Et toi, t’écoutes quoi? ETTQ #1

Oui, je sais, je sais, je monopolise WordPress, j’ai besoin de m’exprimer (même les cartes le disent, moi je n’y peux rien). Mais, c’est pour débuter un rendez-vous musical mensuel lancé par A blue feather que je vous enquiquine une nouvelle fois.

Le but est de présenter une chanson ou une playlist (attendez vous à des playlist avec moi je pense, j’aurais surement pas le courage d’aller les faire sur Youtube mais on fera au feeling, comme toujours), Ce que vous écoutez actuellement quoi.

Il faudra en prendre l’habitude, Kelly Clarkson risque d’être ma reine de cette rubrique. Désolée.
Je redécouvre actuellement certains de ses titres, sur l’album Breakaway en particulier. Ca respire la joie de vivre (ironie), tout à fait ce qu’il me faut donc en ce moment. Hear me et Addicted tournent en boucle :


Tout à fait l’état d’esprit dans lequel je suis.

Je ne l’écoute pas trop (pas dans l’ambiance), mais il y a aussi la sortie de Love so soft, qui annonce l’album Meaning of life :

Si je peux être honnête, revenir à un style du genre de l’album Stronger, non? Ou Breakaway? Let me down, Einstein, Behind these hazel eyes,… moi je dis ça comme ça.

Je me suis enfin décidée à écouter Dumbo de Vianney et j’aime beaucoup :

Voilà, c’est un peu fouillis, c’est le premier. Je vais prendre mes marques ^^

Publicités

Petite pause musicale

J’ai envie de parler un peu musique. Et comme il n’y a pas d’occasion particulière, ben j’en ai trouvé une. Je me suis fait deux playlists il y a peu. Deux objectifs bien différents. J’ai fait une petite sélection dans ces deux playlists (sinon on ne s’en sort pas) et en voici donc un échantillon.

La première, je l’ai appelé « Calme » mais ce ne sont pas forcément des chansons toutes douces en fait. C’est juste un terme plus court et plus politiquement correct que « la playlist de la déprime quand tu déteste ta vie, l’univers et tout ce qui a été, est, sera ».
Dedans, on trouve :
I refuse, Aaliyah
When I was your man, Bruno Mars
Skyscraper, Demi Lovato
Give me love et Save myself, Ed Sheeran
Because of you et Never again, Kelly Clarkson
Sad, Maroon 5
1000 times, Sara Bareilles
Full of grace, Sarah McLachlan
Chandelier, Sia
It doesn’t matter, Alisson Krauss
Breathe again, Sara Bareilles
Rester seule, Louane

L’autre, c’est celle que j’écoute pour au contraire retrouver le moral.
In common, Alicia Keys
Marvin Gaye, Charlie Puth et Meghan Trainor
Eraser,Galway girl et Bibia be yeye, Ed Sheeran
Dans la bagnole de mon père et Dans mes poches, Gauvain Sers
Elle habite ici, Gérald de Palmas
Feel good Inc, Gorillaz
Silver lining, Imany
Moves like Jagger, Maroon 5 et Christina Aguilera
Sent from up above, Mariah Carey

TAG : La Chanson qui …

Je change un peu de registre, les questionnaires livresques c’est cool mais je vais étaler mon inculture musicale aujourd’hui. J’ai donc cherché un peu ce qui se faisait en la matière et je suis arrivée sur ce tag sur le blog de Mélie musique et il m’a semblé intéressant.

1- La chanson qui vous fait rire : One way or another de Blondie

2- La chanson qui vous donne la pêche : Ces derniers temps, You can’t hurry love, The Supreme

3- La chanson qui vous rappelle celui que vous aimez : Je ne suis pas amoureuse mais Hearts don’t break around here me donne envie de l’être.

(Dans un monde idéal, où les personnages de roman seraient de vraies personnes, je répondrais Heart of glass de Blondie. Il faut avoir lu un certain livre pour comprendre).

4- La chanson que vous auriez aimé écrire : Il y en a un paquet mais je vais dire Looking in de Mariah Carey.

5- La chanson qui vous rend nostalgique : Somewhere only we know par Lily Allen (j’aime la version de Keane aussi mais ça ne donne pas la même ambiance)

6- La chanson qui vous rappelle votre adolescence : En toute logique, un titre de Mariah Carey donc. Always be my baby.

7- La chanson que vous aimez d’un artiste que vous détestez : Irreplaceable de Beyoncé

8- La chanson que vous admettez aimer honteusement : Les quelques titres de Britney Spears que j’aime écouter.

9- La chanson dont vous aimez les paroles : Il y en a trop pour n’en citer qu’une.

10- La chanson avec laquelle vous aimez vous réveiller : A une époque, je me réveillais avec Make your own kind of music de Mama Cass Elliot. C’était un poil violent dès le réveil.

11- La chanson qui vous rappelle votre enfance : le générique de Creamy, merveilleuse Creamy, ça compte?

12- La chanson qui vous fait pensez aux vacances : OOC de Mariah Carey

13- La chanson qui vous rappelle votre meilleure amie : «Je serais là, toujours pour toi, …» Pardon. Je n’ai pas de meilleure amie (c’est une arnaque, comme le prince charmant).

14- La chanson qui vous fait pleurer : Because of you de Kelly Clarkson.

15- La chanson qui vous fait penser à votre solitude : Big girls cry de Sia.

16- La chanson que vous aimez chanter : Ces derniers temps, Mon rameau de Gauvain Sers et Clio.

17- La chanson qui reflète votre état d’esprit du moment : Nobody not really de Alicia Keys

18- La chanson qui vous rappelle votre ex : Il n’y en a pas mais quand j’ai envie d’une chanson qui me rappelle que l’amour est dégueulasse, Behind these hazel eyes de Kelly Clarkson me convient assez.
En mode paquet de mouchoirs et pot de glace (ou paquet de Schoko-Bons), Goodbye to you de Michelle Branch.

19- La chanson que vous détestez par dessus tout : Par dessus tout, je ne sais pas, mais Reuf de Nekfeu et Ed Sheeran me déplait assez. Ca doit tenir principalement au fait qu’il y a Nekfeu dessus.

20- Votre chanson du moment : Unkiss me de Maroon 5 (et je répare donc l’erreur de ne pas avoir encore cité Maroon 5, l’honneur est sauf!)

A chaque fois que je lance mon iPod, je me dis que j’aurais pu mettre des dizaines de réponses à chaque point. Je me suis limitée.

A vous!

Un peu de musique

Petits bonheurs du moment!

Je me suis dit qu’en ce moment, l’ambiance est pas géniale sur le blog. Ça doit être à cause du froid, de la fin de l’année qui arrive, des tracas de la vie en général (petits ou grands), de mon fichu ordi qui me mange des lettres lorsque je saisis un texte du coup y’a encore plus de fautes que d’habitude dans mes écrits (true story). Mais même si ce n’est pas la joie, la sérénité et le bonheur intégral, il y a malgré tout des petites choses qui illuminent ma vie. Et une en particulier.

Je vous parle généralement lecture quand j’aborde mes loisirs. Mais en ce moment je suis en panne, je ne lis plus, ça me fout en panique parce que j’ai un petit stock de livres d’avance et j’aimerais bien faire descendre ma Pile A Lire (PAL pour les initiés). Je crois que mon mois de taf m’a plombé (pourtant l’an dernier j’avais bossé à la même époque à peu près aussi, et j’avais un bon rendement), sans parler de mes choix de livres probablement pas en adéquation avec ce qui me plait.

J’ai décidé d’abandonné ma lecture du livre de Antoine Laurain, Le chapeau de Mitterrand. Ce n’est pas pour moi. Et je met de coté Mémé dans les orties de Aurelie Valognes, je pense que ça pourrait me plaire mais c’est pas le moment. Je vais revenir à du Young Adult de préférence avec un monde qui part en c******s, des univers totalement imaginaires, de la magie, ou des trucs comme ça. Je ne l’ai pas en stock mais j’avoue avoir très envie de lire La mer infinie de Rick Yancey, suite de La 5ème vague.
Je continue par contre doucement (parce que c’est assez dense et technique) ma lecture de La magie des huiles essentielles de Sandra Kynes. Ce livre est une brique, une enclume, le tenir 30 minutes en main est épuisant lol Mais il est très explicatif (trop parfois peut être), et très intéressant à parcourir. C’est aussi un très bel objet livre, il est sublime.

Mais pour être tout à fait honnête, je crois que c’est mon autre loisir qui me rend la lecture moins attractive. Je vous en ai déjà parlé dans des articles précédents, peut-être un peu vaguement. Je me suis lancée le défi de réaliser un rêve de gosse, j’y prend beaucoup de plaisir (même si il y a des moments de frustration aussi) et je regrette de ne pas avoir sauté le pas avant. Mais j’étais comme dans un profond sommeil et je ne sais pas trop comment, cette partie de moi s’est réveillée. Elle est moins puissante que lorsque j’étais ado mais elle est là. Et ça me plait.

Il faut dire que les nouvelles technologies aident dans ce genre de démarche. On peut trouver de tout sur Internet, du bon comme du moins bon. On y trouve des cours de guitare (puisque c’est de cela dont il s’agit). Et ça, quand j’étais ado (il y a 20 ans donc) ça n’existait pas. Ils ne se rendent pas compte de leur chance les gosses aujourd’hui. Je veux dire, bien sur le monde n’est pas facile, flippant sur bien des points. Mais ils ont accès à des choses qu’on n’aurait pas cru possible à notre époque. Exemple : lorsque je voulais emmener de la musique au lycée, je devais me trimballer mon Walkman, avec une foutue cassette (ou deux). Aujourd’hui, avec les lecteurs MP3, c’est quasi tous les cd de la maison qu’on peut emporter avec soi. Punaise, je n’ose imaginer l’état orgasmique dans lequel j’aurais été ado. Enfin non, parce que ça m’aurait semblé normal.

Et un gosse qui veut apprendre la guitare aujourd’hui, il a le choix de différentes chaines dédiées sur Youtube. Alors je sais, y’a du bon et du moins bon sur Youtube, mais y’a des types tout à fait compétents et sérieux qui proposent des cours, des tutos, des conseils, … le tout en vidéo et parfois même par écrit, sur un site.
A mon époque, il fallait s’acheter une méthode papier dans le commerce, avec un peu de bol, on trouvait une VHS mais à mon avis, ce n’était pas d’aussi bonne qualité que les plus doués du Net.

img_1322-copie Ça fait donc bientôt 7 mois que j’ai débuté. J’ai ressorti le jouet que j’avais eu quand j’étais ado (Mundia, classique ¾), et je bossais dessus en m’informant en parallèle sur comment choisir une guitare et en cherchant où acheter cette tant désirée guitare pas trop loin de chez moi. Je manque peut être de motivation, mais faire 120 km pour essayer des guitares dans mon budget, bof. Suffit de devoir faire le trajet plusieurs fois et la route aurait couté plus cher que l’instrument lui-même. Ca vaut le coup pour un instrument qui coute cher mais je voulais juste une bonne petite guitare, fiable et sympa, dans mes moyens.

Pour tout dire, je l’avais en tête depuis le début quasiment, le coup de foudre. Mais aucun magasin à 30 km à la ronde ne la proposait dans ses stock. Faut dire que niveau magasin qui vend des instruments de musique, j’ai un choix limité. Ce fut donc 6 bons mois de questionnement avant de me décider à aller au Cultura à 30 km de chez moi. Des années que je me dis qu’il faut que je sache aller dans cette zone commerciale mais que j’avais la frousse. Pourquoi ? J’en sais rien. Ville que je ne connais pas, surtout ce coin là. Je ne suis pas à l’aise en voiture, tout ça. Mais j’ai franchi le cap. Et j’en suis bien heureuse.
Ils ne l’avaient pas en stock non plus, on me l’a fait venir (je crois que le vendeur a eu pitié de moi et de ma détresse face à ma recherche d’une guitare ^^). Je m’étais préparée à ce que le coup de foudre ne reste que virtuel, sur image. J’avais demandé un essai sur une deuxième guitare d’ailleurs (très bien aussi en fait). Mais il fut auditif aussi. Parfois, notre instinct ne joue pas au con !

img_1326-copie Je suis donc propriétaire d’une magnifique Lag T80D. J’ai eu peur au début de ne pas m’habituer au format dreadnought. Faut dire que par rapport à mon jouet, ça change. J’écris cet article 4 jours après mon achat (et je pense le faire paraître pour sa première semaine avec moi) et je crois pouvoir dire que je suis rassurée. Je n’ai pas mal à l’épaule outre mesure, pas plus qu’avec l’autre en fait. Je commence à m’habituer à elle, elle commence à me dompter. Je suis loin de savoir jouer encore, je grattouille, je tâtonne, je tente d’intégrer les bases. Mais je me fais plaisir. J’ai hâte de jouer (là par exemple, je trouve que mon article commence à être long, elle m’attend!) mais j’avais hâte aussi avec ma classique. J’aime ça, apprendre. Et apprendre la musique, même modestement, c’est un plaisir que j’aurais aimé avoir très jeune.

J’espère pouvoir tenir le même discours dans 6 mois, avec pour seule différence que je maitriserais un peu plus, que je saurais jouer, un peu. J’ai très envie d’y arriver. C’est vraiment un rêve. J’ai l’impression d’être moi, d’être bien quand je joue. Même si ce n’est pas facile, si j’en ai pour trois vies à savoir jouer. C’est juste plaisant de se sentir en harmonie avec ce que l’on fait.

%d blogueurs aiment cette page :