Et si il la fermait?

Je ne suis pas sure de résister aux cinq années à avenir. Oui, cinq ans parce qu’on est plus proche du début que de la fin. Merde ! On ne peut pas le foutre dehors ? Qu’il retourne dans sa p***** de banque !?
J’ai eu du mal à survivre aux années Sarkozy, s’agacer ce n’est aps bon pour le cœur. Hollande n’a pas incarné la douce parenthèse d’indifférence que j’avais attendu, Macron m’insupportait avant d’être élu.

Dans la presse, on appelle ça une « macronade ». Ce n’est pas la première. Les salariés illettrés de Gad, l’histoire du costard, les gens qui ne sont rien et d’autres que j’ai oublié surement.
Celle-ci me touche particulièrement parce qu’elle vise sans aucun doute les salariés de GM&S (on nous la joue, non, juste les syndicats. Et si je dis merde, ça va?). Les salariés mènent une lutte pour leurs emplois, leur usine, leur territoire. Ils ne foutent pas le bordel (mais ils devraient, vraiment, bien fort), ils se font entendre de la seul manière qui leur est accessible pour se faire entendre.

C’est facile de sa tour d’ivoire de dire qu’il suffit d’aller se former pour prendre un emploi à Ussel quand on habite La Souterraine. Il y a 142 km entre les deux villes, 2h de route, pas de transport en commun, pas de voiture avec chauffeur. Déménager ? On ne parle pas d’hommes/de femmes seul(e)s. Il y a des familles derrière. Ca se passe comment pour ceux qui ont un conjoint ? Ils font le trajet un week-end sur deux chacun leur tour ? Super vie de famille ! J’ai bien compris que c’est le genre de chose dont la société se fout totalement, mais merde, encore une fois !

A-t-on le droit d’aimer son territoire ? L’endroit où on vit, où on construit sa vie ? J’ai conscience d’habiter un département sinistré et que moi-même je devrais partir pour construire ma vie ailleurs mais pas n’importe où. Le lieu où on vit est important. On ne peut pas toujours dire aux gens de déménager, de reconstruire ailleurs.
Peut-on simplement aimer nos territoires ruraux ? Tenter de les sauver parce qu’ils ont malgré tout leurs importances pour le pays ? Merde (beaucoup de merde, désolée), je vais lancer un Front de Libération de la Creuse. On ne sera plus en macronie !

Ca lui coutait quoi à ce guignol de prendre un quart d’heure pour parler avec un ou deux délégués plutôt que de lancer une phrase à la con et d’envoyer des lacrymos aux salariés ? C’est quoi ce mépris de classe !? Ils ne sont pas assez bien pour lui les gars de GM&S ? On est trop bouseux dans la Creuse pour mériter le respect de Monsieur Macron ?

Non, vraiment, je ne survivrais pas à ces cinq années. Çà ne va pas le faire.

Publicités

Plus d’enseignes autorisées à ouvrir le dimanche

Petite info écoutée ce matin à la radio qui me permet de réagir sur un sujet dont je voulais parler (ou peut-être reparler car je crois que je l’avais déjà abordé il y a longtemps) mais que je ne savais pas comment aborder. Personne ne dira sur le fait qu’au moment où j’écris, je devrais être en train de suer à faire des abdos et la planche et tout un tas de trucs vachement drôle. On va dire que je muscle mes doigts, ça compte, non ?

En cette fin juillet, 120 enseignes d’habillements, si j’ai tout compris, ont désormais le droit d’ouvrir le dimanche. Je trouve ça fabuleux. Non, vraiment. C’est l’activité qui manquait pour combler mes dimanches. Je pouvais déjà aller en jardinerie, en magasin de bricolage, maintenant, je vais pouvoir aller m’acheter des fringues. C’est trop palpitant comme activité pour un dimanche.

Vous avez compris, je suis contre. Non, mais c’est quoi cette envie que les gens ont d’aller acheter un pull le dimanche ? D’aller acheter un pot de peinture ? Pour info, aller acheter le matos pour bricoler, ce n’est pas bricoler. Faut anticiper les gens, si tu veux bricoler le dimanche, faut acheter avant. Si, si, je suis sure que tu peux vu l’amplitude horaire des magasins.

La prochaine étape c’est quoi ? Les commerces ouvert toute la nuit ? Non parce que, vous savez, sur Internet on peut commander la nuit aussi, donc pour faire face à la concurrence bla bla bla. Sauf que sur Internet, j’ai pas mon achat tout de suite et que généralement, je vais sur Internet pour les choses que je ne peux pas trouver en magasin autour de chez moi.

Et non, se trainer dans un centre commercial le dimanche ne constitue pas une sortie familiale divertissante. Il faut aller profiter de la nature, aller dans un parc, au musée, se faire une toile, … On est en été, y’a pleine de brocantes partout ! C’est cool les brocantes, on y trouve des livres à 1€ (sauf quand quelqu’un passe avant toi et achète tous le stock). Il y a plein d’activités culturelles, amusantes, sportives, … à faire autre que de se tasser dans un préfabriqué. Alors, il y a des gens qui doivent aussi travailler le dimanche pour que le secteur du tourisme et des loisirs fonctionne, on est d’accord. Ca fait parti des contraintes de ces métiers, être au travail quand les gens sont -normalement- disponibles pour le loisir.

Je ne supporte vraiment pas cette société qui se dessine. Consommer à tous prix, chaque jour de la semaine. Ca me déprime. Et cette pseudo argumentation autour du volontariat du salarié, la blague. J’aurais du la garder, j’ai vu une offre d’emploi qui ne laissait pas le choix. Qui y croit au fait que le salarié aura le choix ? Des grands naifs ?

Quelle tristesse !

Revenu de base = RSA selon Emmanuel Macron. WTF !!!?

Selon Emmanuel Macron, le revenu de base défendu par Benoit Hamon existe déjà sous l’appellation RSA. Alors j’avoue que si j’approuve le fait que Benoit Hamon aie mis la mesure en avant, ce qui a permis d’en parler un peu (souvent mal mais bref), je n’ai pas vraiment lu en détail la manière dont il l’envisage. Cela dit, Macron fait un raccourci bien malheureux. Alors j’imagine que dans les banques et tout ça, on ne lui a pas trop expliquer ce qu’est le RSA et ce que pourrait être le Revenu de Base, mais brièvement Manu (tu permets hein?), je vais t’expliquer un truc.

Il est difficile de vraiment parler du RdB vu que ce n’est pour le moment qu’une idée assez abstraite et que différentes visions existe. Mais le principe voudrait que ce revenu soit versé à chaque citoyen sans condition de ressources. A tous ! Tu bosses, tu bosses pas, tu es riche ou moins riche, pouf, ça tombe. Tu bosses pas puis tu bosses un, deux ou trois mois, ça change rien à ton RdB. Pas de stress, pas de calculs, tu sais que tu as un filet de protection pour le moment où tu n’auras plus de taf.

Le RSA ne permet pas cette tranquillité d’esprit. Il est conditionné aux revenus. Quand tu es en couple, quand tu bosses, quand tu as un peu (ou beaucoup, c’est pas interdit, juste plus dur) d’épargne, … ce sont des ressources qui comptent dans le calcul du RSA et le font aller à la baisse. En couple, pas besoin que le conjoint gagne beaucoup pour ne pas y avoir droit. Quand on travaille, il faut déclarer le salaire lors de la déclaration trimestrielle qui influera forcément sur le montant du RSA. Si on bosse très régulièrement ça se gère peut être pas trop mal (à revenu constant, histoire d’un peu de stabilité hein. Ce qu’on est exigent!). Pour une personne qui va trouver un petit taf de temps en temps, ou des emplois parfois à temps plein parfois à temps partiel, ça demande une gymnastique mentale assez costaude pour prévoir le budget à long terme.

Je prend mon exemple, parce que c’est celui que je connais le mieux mais il n’est ni unique ni exceptionnel (malheureusement). En octobre 2016, j’ai trouvé un poste de vacataire pour 1 mois dans une administration. Temps plein au SMIC. On nous fait poser les deux jours de congés payés. Pas de prime de fin de contrat. A la fin c’est 1115€, ni plus ni moins (enfin c’est pas tout à fait ça, j’arrondis à l’unité supérieure). En décembre, déclaration trimestrielle auprès de la CAF, je déclare donc ce magnifique revenu d’un mois. Le résultat : durant trois mois, RSA et prime d’activité cumulés, j’ai droit à 130€ (enfin 127, on va pas chipoter). Autant vous dire que je vais y réfléchir à deux fois avant d’accepter un taf d’un mois qui n’apporte rien à mon CV. Et j’ai de la chance d’être hébergée gratuitement, d’avoir peu de charge et de ne pas sortir de chez moi pour dépenser 50€/week-end minimum. Alors peut être y aura-t-il rattrapage à la prochaine déclaration, en attendant, durant 3 mois, faut faire avec.

C’est une situation qui n’existerait pas avec le revenu de base. On pourrait accepter sans trop de crainte un petit boulot, parce que les deux revenus se cumuleraient. Le RSA lui est diminué par tout autre ressource. Donc, non, Monsieur Macron, le revenu de base n’est pas la même chose que le RSA. Et tant que j’y suis, être sans activité salarié ou professionnelle plus largement, ne signifie pas être oisif. Mais ça serait à développer dans un autre billet.