Et toi, t’écoutes quoi? ETTQ#2

Alors, ce mois-ci, je vous épargne Kelly Clarkson. Ne le prenez pas pour habitude, ne vous en faites pas, elle va revenir en force la prochaine fois à mon avis.
Voici le ETTQ, rendez vous créé par A blue feather!

Hier soir, je suis allée voir Uros Peric et son concert hommage à Ray Charles. Uros Peric moi pas connaitre, mais je me suis laissée séduire par l’idée d’écouter des titres de Ray Charles en live.
J’ai acheté mon billet il y a un mois, j’ai eu un grand choix de places à ma disposition. Une (large) allée devant moi, une allée à ma droite. Mon espace vital était assuré! Et j’étais toute proche de la scène, j’aurais aimé être à cette place là pour Gauvain Sers!

C’était vraiment bien, une super énergie, on sentait une bonne ambiance sur scène. Ca a duré pas loin de 2h il me semble et je n’ai pas vu le temps passer. Bon, avec du Ray Charles, on avait une bonne base quand même.
Des titres très connus (Unchain my heart, Hit the road Jack, Georgia, …) D’autres qui l’étaient moins pour moi.

Je serais bien repartie avec le piano et le saxo. Le saxo, c’est classe quand même!

Bref, je n’ai pas pris de vidéos, alors j’en ai trouvé une petite sur Youtube:

Et pour le plaisir, j’ai découvert celle-ci hier soir, je vous la met aussi. Mais par Ray Charles :

I’ve got new books to read
But they ain’t what I need
And this picture of you
Just won’t do, no, no, baby

And the postcards you send
Would never, never mend
The pain in my heart
When we’re apart

Girl, I can make it thru the day
Say but oh, please help me thru the lonely nights
Well, and honey, I think you ought to know this too

Publicités

Et toi, t’écoutes quoi? ETTQ #1

Oui, je sais, je sais, je monopolise WordPress, j’ai besoin de m’exprimer (même les cartes le disent, moi je n’y peux rien). Mais, c’est pour débuter un rendez-vous musical mensuel lancé par A blue feather que je vous enquiquine une nouvelle fois.

Le but est de présenter une chanson ou une playlist (attendez vous à des playlist avec moi je pense, j’aurais surement pas le courage d’aller les faire sur Youtube mais on fera au feeling, comme toujours), Ce que vous écoutez actuellement quoi.

Il faudra en prendre l’habitude, Kelly Clarkson risque d’être ma reine de cette rubrique. Désolée.
Je redécouvre actuellement certains de ses titres, sur l’album Breakaway en particulier. Ca respire la joie de vivre (ironie), tout à fait ce qu’il me faut donc en ce moment. Hear me et Addicted tournent en boucle :


Tout à fait l’état d’esprit dans lequel je suis.

Je ne l’écoute pas trop (pas dans l’ambiance), mais il y a aussi la sortie de Love so soft, qui annonce l’album Meaning of life :

Si je peux être honnête, revenir à un style du genre de l’album Stronger, non? Ou Breakaway? Let me down, Einstein, Behind these hazel eyes,… moi je dis ça comme ça.

Je me suis enfin décidée à écouter Dumbo de Vianney et j’aime beaucoup :

Voilà, c’est un peu fouillis, c’est le premier. Je vais prendre mes marques ^^

Petite pause musicale

J’ai envie de parler un peu musique. Et comme il n’y a pas d’occasion particulière, ben j’en ai trouvé une. Je me suis fait deux playlists il y a peu. Deux objectifs bien différents. J’ai fait une petite sélection dans ces deux playlists (sinon on ne s’en sort pas) et en voici donc un échantillon.

La première, je l’ai appelé « Calme » mais ce ne sont pas forcément des chansons toutes douces en fait. C’est juste un terme plus court et plus politiquement correct que « la playlist de la déprime quand tu déteste ta vie, l’univers et tout ce qui a été, est, sera ».
Dedans, on trouve :
I refuse, Aaliyah
When I was your man, Bruno Mars
Skyscraper, Demi Lovato
Give me love et Save myself, Ed Sheeran
Because of you et Never again, Kelly Clarkson
Sad, Maroon 5
1000 times, Sara Bareilles
Full of grace, Sarah McLachlan
Chandelier, Sia
It doesn’t matter, Alisson Krauss
Breathe again, Sara Bareilles
Rester seule, Louane

L’autre, c’est celle que j’écoute pour au contraire retrouver le moral.
In common, Alicia Keys
Marvin Gaye, Charlie Puth et Meghan Trainor
Eraser,Galway girl et Bibia be yeye, Ed Sheeran
Dans la bagnole de mon père et Dans mes poches, Gauvain Sers
Elle habite ici, Gérald de Palmas
Feel good Inc, Gorillaz
Silver lining, Imany
Moves like Jagger, Maroon 5 et Christina Aguilera
Sent from up above, Mariah Carey

TAG : La Chanson qui …

Je change un peu de registre, les questionnaires livresques c’est cool mais je vais étaler mon inculture musicale aujourd’hui. J’ai donc cherché un peu ce qui se faisait en la matière et je suis arrivée sur ce tag sur le blog de Mélie musique et il m’a semblé intéressant.

1- La chanson qui vous fait rire : One way or another de Blondie

2- La chanson qui vous donne la pêche : Ces derniers temps, You can’t hurry love, The Supreme

3- La chanson qui vous rappelle celui que vous aimez : Je ne suis pas amoureuse mais Hearts don’t break around here me donne envie de l’être.

(Dans un monde idéal, où les personnages de roman seraient de vraies personnes, je répondrais Heart of glass de Blondie. Il faut avoir lu un certain livre pour comprendre).

4- La chanson que vous auriez aimé écrire : Il y en a un paquet mais je vais dire Looking in de Mariah Carey.

5- La chanson qui vous rend nostalgique : Somewhere only we know par Lily Allen (j’aime la version de Keane aussi mais ça ne donne pas la même ambiance)

6- La chanson qui vous rappelle votre adolescence : En toute logique, un titre de Mariah Carey donc. Always be my baby.

7- La chanson que vous aimez d’un artiste que vous détestez : Irreplaceable de Beyoncé

8- La chanson que vous admettez aimer honteusement : Les quelques titres de Britney Spears que j’aime écouter.

9- La chanson dont vous aimez les paroles : Il y en a trop pour n’en citer qu’une.

10- La chanson avec laquelle vous aimez vous réveiller : A une époque, je me réveillais avec Make your own kind of music de Mama Cass Elliot. C’était un poil violent dès le réveil.

11- La chanson qui vous rappelle votre enfance : le générique de Creamy, merveilleuse Creamy, ça compte?

12- La chanson qui vous fait pensez aux vacances : OOC de Mariah Carey

13- La chanson qui vous rappelle votre meilleure amie : «Je serais là, toujours pour toi, …» Pardon. Je n’ai pas de meilleure amie (c’est une arnaque, comme le prince charmant).

14- La chanson qui vous fait pleurer : Because of you de Kelly Clarkson.

15- La chanson qui vous fait penser à votre solitude : Big girls cry de Sia.

16- La chanson que vous aimez chanter : Ces derniers temps, Mon rameau de Gauvain Sers et Clio.

17- La chanson qui reflète votre état d’esprit du moment : Nobody not really de Alicia Keys

18- La chanson qui vous rappelle votre ex : Il n’y en a pas mais quand j’ai envie d’une chanson qui me rappelle que l’amour est dégueulasse, Behind these hazel eyes de Kelly Clarkson me convient assez.
En mode paquet de mouchoirs et pot de glace (ou paquet de Schoko-Bons), Goodbye to you de Michelle Branch.

19- La chanson que vous détestez par dessus tout : Par dessus tout, je ne sais pas, mais Reuf de Nekfeu et Ed Sheeran me déplait assez. Ca doit tenir principalement au fait qu’il y a Nekfeu dessus.

20- Votre chanson du moment : Unkiss me de Maroon 5 (et je répare donc l’erreur de ne pas avoir encore cité Maroon 5, l’honneur est sauf!)

A chaque fois que je lance mon iPod, je me dis que j’aurais pu mettre des dizaines de réponses à chaque point. Je me suis limitée.

A vous!

Wallen – Apprendre à espérer

Depuis que j’ai un lecteur MP3 qui a une capacité de stockage sympa, j’ai mis des albums que je n’ai pas écouté depuis longtemps, des choses que je voulais redécouvrir, ce genre de choses. La discographie de Wallen en fait partie. Ce n’est plus vraiment ce que j’écoute désormais mais j’étais très fan de Wallen à l’époque. Puis, elle a un peu disparu des radars quand même.

L’album Miséricorde, son troisième, n’est pas forcément celui auquel j’ai le plus accroché à sa sortie. Un peu plus dans « l’urbain » peut-être. Je ne sais pas. On est loin de l’approche plus commerciale de Avoir la vie devant soi ou des débuts avec A force de vivre.

Mais je redécouvre cet album et ses textes qui me parlent maintenant. Je n’y avais pas prêté attention à l’époque (et pourtant, je porte beaucoup d’attention aux textes des titres que j’écoute en général) mais il y a des choses assez fortes dans cet album au niveau des paroles. Comme ça, je pense aux titres : Dites au désespoir, Ciao pantin et Apprendre à espérer. Je partage les deux derniers avec vous aujourd’hui parce que j’écoutais déjà Dites au désespoir au moment de la sortie de l’album mais ces derniers sont des découvertes récentes.

Showcase de Gauvain Sers

Mon anonymat pourrait en prendre un coup mais tant pis. J’ai envie de vous parler vite fait de ma bonne après midi d’hier! Je l’ai vu en concert en mai et j’ai attendu la sortie de son album avec impatience pour enfin me replonger dans ces textes que j’aime tant. Mais suite à l’annonce d’un showcase et d’une séance de dédicace ce 1er juillet pas loin de chez moi, j’ai décidé d’attendre pour l’acheter.

Et c’était donc hier! J’ai profité de l’occasion pour aller faire les soldes (ça faisait longtemps que je n’avais pas acheté autant de fringues. J’ai pas été déraisonnable non plus, mais trois hauts et deux paires de chaussures, dans la même journée, ça ne m’arrive pas souvent). Et puis quand on fait les soldes, on peut avoir de bonnes surprises.

J’étais à Camaieu, et juste en face, les préparatifs du showcase étaient en route. Quand je suis arrivée, on nous passait simplement de un cd quelconque, avec les tubes plus ou moins du moment. Je faisais donc mon petit tour à Camaieu et d’un coup, j’entend une guitare. Je me tourne donc vers l’entrée (j’étais sur le point d’allée essayer) et je vois qui sur scène en train de faire des essais son? Gauvain et Martial! J’ai essayé, suis allée en caisse et je me suis ensuite posée un moment, comme quelques autres passants, devant la scène pour profiter tranquillement du « spectacle ». Sans foule, sans bruit.

Gauvain Sers et Martial Bort

J’ai pris quelques photos, quelques vidéos et je suis allée manger un peu quand même, il était autour de 13h15 si je me souviens bien. Puis j’avais vu que j’avais des commentaires sur le blog, je voulais lire vos petits mots et y répondre aussi, vite fait, du téléphone. Mais j’aurais pu rester un peu plus parce que de loin, j’entendais un peu et finalement les essais ont été fini assez peu de temps après que je sois partie. Pas grave, j’en ai vu un bout.

J’ai fini ma pause déjeuner assez vite finalement, le stress et l’excitation montaient gentiment. Je suis retournée faire un tour et j’ai fini par prendre place parce que l’heure approchait et que les gens commençaient à arriver. Je suis pas entrée dans l’espace directement devant la scène, j’avais pas envie d’être trop serrée dans la foule non plus. J’ai préféré rester derrière les barrières.
Quand on est petite, c’est pas forcément facile de bien voir, mais j’ai quand même bien profité du concert. Surtout sur la fin, quand les gus derrière moi (enfin derrière nous, j’étais pas seule dans le public) ont décidé d’arrêter de brailler n’importe quoi et que mes voisins de gauche ont eu fini de m’envoyer (indépendamment de leur volonté) la fumée de leurs clopes en pleine tronche.

Gauvain Sers, Martial Bort

Il y a eu cinq ou six chansons. C’était bien sympa. Par contre, j’ai bien fait de ne pas me mettre là où il y avait vraiment une foule assez compacte parce que sur la fin, j’ai du m’éloigner un peu, je commençais à être pas trop bien, j’avais besoin d’espace.
J’ai du me replonger dans la foule pour aller à la séance de dédicace puisque les portes étaient fermées, il fallait suivre le parcours prévu par l’équipe du magasin. Je n’était pas trop loin du début, donc ça va. J’ai du ruser un peu pour ne pas être en milieu de rangée mais sur un bord, histoire d’avoir un peu d’air.

Il y avait beaucoup de commentaires très positifs, bon un peu logique, les gens qui vont se faire dédicacer un cd, c’est qu’ils aiment en général. Une jeune fille derrière moi, digne des plus ardentes Beliebers, était à la fois très impatiente et angoissée de rencontrer Gauvain, se demandant quel téléphone (de son père ou du sien) prenait les meilleures photos, et puis Gauvain il est trop beau, … ça m’a fait sourire et patienter durant l’attente.
Mon tour est venu, j’ai fait signer mon CD (et celui de quelqu’un d’autre qui se reconnaitra si elle passe par là), j’ai eu un petit bisous. J’ai pas demandé de photo, suis pas assez à l’aise avec mon image encore pour me voir en photo. J’étais un peu cruche car intimidée (oui, c’est un peu con je sais. Surtout qu’il est sympa Gauvain) mais je l’ai fait et c’était un chouette moment.

Depuis hier, j’écoute l’album en boucle, sans avoir à supporter les pubs de Deezer. Vraiment, j’aime cet album. Mon rameau est un gros coup de coeur. Elle pourrait me tirer des larmes si je me laissais aller totalement. Je la trouve d’une douceur et ce duo avec Clio est magnifique (faut que je pense à découvrir un peu plus cette jeune artiste).
Je sautille toujours autant sur Dans mes poches, j’ai envie d’aller faire une manif sur Entre République et Nation, Hénin-Beaumont reste criante d’actualité, Comme si c’était hier fait remonter des souvenirs de gosse élevée à la campagne, … Et je ne parle même pas de Pourvu, ni des autres. Il faut écouter l’album pour comprendre.

Je suis en amour avec l’univers de cet artiste. Il est un ambassadeur talentueux pour notre département!

Petit instant musical

Je suis en train d’écouter de la musique, et mon iPod me balance ce son. J’évite de l’écouter parce que je pourrais faire ça en boucle tellement je trouve que c’est un nuage de douceur. Et je finirais pas me dégouter et je ne veux pas être dégoutée de ce titre. Je suis amoureuse de l’accompagnement, de la mélodie, des paroles, de tout. Je suis amoureuse de l’Univers en entier quand j’écoute Hearts don’t break around here de Ed Sheeran et ce soir, j’ai envie de la partager.

edit : et ceci est mon 200ème message sur le blog. Un chouette 200ème selon moi ^^

Encore un petit pas de fait, bis

Bonjour à tous, ou bonsoir, selon l’heure à laquelle vous lirez ces lignes. J’ai repris volontairement le titre d’un billet précédent parce qu’on reste sur la même thématique. Oser sortir de sa zone de confort pour se faire plaisir ! J’ai réitéré hier soir et j’en suis très contente !

Au mois de mai, c’est Gauvain Sers que je suis allée voir en concert et c’était trop bien, il doit faire un showcase dans quelques semaines et je pense y aller. Hier soir, j’ai non seulement bousculé mes habitudes en sortant mais j’ai aussi découvert un autre style de musique. Enfin découvert, on va dire que ce n’est pas ce que j’écoute spontanément.

Je suis allée à un concert de musique classique. Ca a fait gentiment sourire mon entourage, les ignorants, ils ne savent pas ce qu’ils ont manqué ! J’ai sauté sur cette occasion pour me pousser à aller dans une autre salle de spectacle, une autre ville, un coin que je commence à connaître maintenant mais pas cette salle de spectacle (j’y suis allée une fois il y a plusieurs années et pas seule. Je ne conduisais pas).

La soirée s’est très bien passée. Le trajet pas de soucis ni à allée, ni au retour. Je me suis garée facilement. J’avais prévu de me garer sur le parking du supermarché qui est pas loin et en fait j’ai poussé la découverte jusqu’à trouver le parking de la salle de spectacle. Le tout sans aucun stress, ou presque. Il n’y avait pas trop de monde et je ne faisais pas trop tache avec mon jean, je n’étais pas la seule à être plutôt relax, même si d’autres se sont donnés la peine de s’habiller hyper classe.

J’étais contente de voir qu’à l’entrée de la salle, on nous distribuait un programme. Parce que bon, je suis pas très connaisseuse en musique classique, pas du tout même. Ca me permet de garder une trace de cette sortie et de savoir ce que j’ai écouté et apprécié. J’ai adoré Tchaikovski ! Je n’ai pas vu passer cette partie.

Encore une fois, j’ai remarqué à regret que je semblais être la seule à être … seule. Les gens étaient là en famille, entre amis, en couple surement. Moi, comme une naufragée, j’étais seule. J’avoue que c’est quelque chose que j’aimerais qui change mais je n’ai jamais vraiment su me faire des amis et des amis qui auraient des centres d’intérêt assez similaires aux mieux encore moins (comprendre qu’ils ne voudront pas me trainer en boite tous les week-end quoi).
En attendant et à défaut de voir cela changer, je tente d’oser seule.

Voilà donc encore un petit pas grand chose pour beaucoup mais un pas de plus pour moi.

J’implore votre indulgence

Ok, voilà un petit moment que je voulais faire ça. Je m’étais dit que pour mes un an de guitare ça aurait été cool, puis c’est l’époque où j’ai eu des entretiens, où je me suis perdue, j’étais pas bien du tout. Bref. J’ai pas vraiment trouvé le courage de le faire depuis même si l’idée ne m’a jamais quitté.

Je vais faire appel à toute votre indulgence et à votre bienveillance. Je me livre un peu plus ici. Toujours pas de photos en vue, juste ma guitare et ma voix. J’espère que ça va fonctionner, j’ai uploader sur Soundcloud et je connais pas vraiment le site.

Je ne joue pas très bien, je ne chante pas (plus) très bien. Mon anglais est ignoble. Mais j’adore ce titre de Kelly Clarkson.
Je m’entraine mais je n’arrive pas à retrouver l’assurance que j’avais ado dans la voix. Je suis punie pour avoir laissé le chant de coté trop longtemps.

Aller, je poste avant de changer d’avis!

Encore un petit pas de fait?

Je vais vous parler de ce que j’ai fait ce week-end. Et le week-end dernier aussi en fait, parce que j’ai cassé mes habitudes. C’était peut-être les deux seules fois de l’année alors ça mérite bien qu’on s’y attarde. C’était surtout les premières fois depuis longtemps. C’est tout à fait anodin pour beaucoup, et vous aurez raison de trouver ça anodin parce que ça devrait l’être pour moi aussi.

Je suis sortie. Oui, j’ai quitté le cocon de mon chez moi pour me mêler au monde. Ou presque. Parce qu’il n’y a pas eu d’échange avec d’autres. Je devais même avoir l’air un peu gourde à être seule. On ne profite pas pareil quand on est seule, du coup j’avoue qu’il m’a manqué un peu quelqu’un chose, quelqu’un avec qui partager l’instant. Mais tant pis, c’est comme ça et même si j’étais seule, j’ai profité quand même.

Je suis allée au cinéma voir La Belle et la Bête avec Emma Watson. J’avais vraiment envie de voir ce film et il passait au ciné de mon village. Alors j’ai sauté le pas, j’ai bougé mon cul jusqu’à la salle. Et j’ai bien fait parce que c’était un moment magique. Ce film est magnifique. Il y aurait une autre séance ici, j’y serais allée. J’avoue avoir la flemme de me trainer jusqu’en ville pour voir un film. Les cinés sont en centre ville et c’est chiant de se garer. Rien que ça m’angoisse.

Mais hier, j’ai aussi passé outre (ou presque) cette angoisse. Et j’ai fait quelque chose qui me tient encore plus à cœur que voir un film au ciné. Quand il y a quelques semaines, j’ai vu qu’un artiste que j’ai découvert il y a peu, originaire de mon département, devait jouer dans notre « Zénith » comme il le dit pour plaisanter (c’est une salle de spectacle tout à fait modeste, à l’image du département), j’ai sauté sur l’occasion. J’avais tellement regretté de ne pas être aller le voir quand il avait fait la première partie d’un célèbre artiste français lors d’un concert pas loin de chez moi, que je m’étais dit que si il passait à nouveau pas loin, j’irais. L’Univers m’a entendu et en guise de défit, il y avait ce concert. Je crois que j’ai relevé le défit, Monsieur l’Univers.

Je suis donc allée à un concert. Et ça s’est super bien passé. J’avais peur de ne pas trouver de place pour me garer, mais j’ai pas galéré. J’avais peur de me sentir pas super bien dans la foule mais j’ai géré. J’avais peur de ne pas savoir apprécier pour ci ou ça (allez savoir ce qui peut me passer par la tête), mais j’ai adoré. J’avais peur qu’une galère m’empêche de profiter de ma soirée, mais y’en a pas eu. Même pour repartir, j’ai pas galéré. Je suis partie assez vite à la fin du concert, et vu qu’il n’y avait personne sur le parking (ou presque), on a été quelques uns à en profiter avant que ce soit la cohue.

J’ai adoré voir un artiste que j’apprécie en live. C’était géant. J’avais des frissons, j’aurais été seule j’aurais pu pleurer de joie je crois. C’était bon et mes rêves de gosses me sont revenus mais n’ont pas gâché mon plaisir. Même la première partie était bien. Une soirée à écouter des artistes en live, guitare à la main, les plaisanteries entre deux morceaux, … Mon corps réagissait (tout en discrétion, j’étais pas seule dans la salle) aux notes, aux sons, à la voix. Il s’en nourrissait. C’était délicieux ! C’était trop court !

Alors ça paraît banal comme ça pour ceux qui ont une vie sociale « normale », mais pour moi c’était un méga pas de géant d’oser. En fait, je ne me suis pas trop laissée le temps de réfléchir. Quand j’ai appris qu’il y avait ce concert, mon cœur (oui parce que pour être aussi spontané, c’était le cœur qui s’exprimait) a dit : « il faut y aller, achète une place !!!! ». Je l’ai fait dans la soirée. Donc une fois la place achetée, la machine était lancée. Plus de dérobade ! Et dès que j’ai eu la place dans les mains, j’ai attendu le jour J avec impatience. Et angoisse : pour la route à faire, pour me garer (oui c’est un vraie phobie chez moi), pour repartir, …

J’espère avoir une ou deux autres occasions d’ici la fin de l’année. D’aussi bonnes occasions et d’aussi bonnes soirées. C’est un nouveau petit pas de fait. Ca ne paraît rien mais c’est beaucoup. Ca ne va pas changer ma vie mais ça met du baume au cœur.

%d blogueurs aiment cette page :