Ma vie de chomeuse

Recherche de taf, alternance et changement de vie

Comme vous l’avez compris, j’ai décidé de postuler très sérieusement loin de chez moi. J’avais défini un périmètre pas trop éloigné mais qui incluait quelques grosses villes, normalement plus porteuses d’emploi. Une s’est démarquée et je me suis donc concentrée dessus, et on va dire que niveau perso, ça m’arrange bien aussi.

J’ai commencé par répondre à des offres d’emplois normaux (CCD, CDI), faire des candidatures spontanées pour le même type de contrats, du basique quoi.
Puis sur Pole Emploi, j’ai vu une offre de la CCI pour un contrat en alternance d’un an. Pas forcément que refaire une formation était dans mes priorités mais pourquoi pas. Un contrat de professionnalisation, c’est du taf aussi après tout, il y a juste la partie formation en plus. Un peu plus de boulot mais pourquoi pas. Se remettre au goût du jour niveau connaissances, approfondir, élargir les compétences, ça peut être une bonne option.
Être acceptée en centre de formation, ce n’est pas très difficile. A mon avis il faut être très très mauvais en entretien pour foirer. Le plus dur, c’est de trouver une entreprise. Surtout quand vous avez 37 ans et que vous serez payé 100% du SMIC alors qu’il y a tant de petit(e)s jeunes qui cherchent et seront payés un pourcentage du SMIC. L’avantage de la formation de la CCI, c’est qu’il y a finalement peu de jours en centre de formation par mois. C’est un point que je tente de mettre en avant.
Les centres de formation ont normalement des entreprises partenaires. J’ai été « recruté » par la CCI suite à ma réponse à une offre d’emploi qu’ils ont passé pour un de leur partenaire d’ailleurs. Bon, j’ai pas eu de nouvelles hein. Mais ça n’exonère pas de faire des démarches soi-même pour trouver une entreprise, le centre de formation ne fait pas le boulot à notre place. J’en ai fait pas mal. Des retours négatifs, beaucoup de non retours pour le moment. J’ai tenté de relancer mais bon, pour s’entendre dire qu’il faut x semaines pour traiter une candidature, au bout d’un moment, on abandonne.

Mercredi dernier, je suis allée à la réunion « pédagogique » d’un autre centre de formation, suite à une de leur offre pour une de leurs entreprises partenaire aussi. Une perte de temps. La réunion n’a de pédagogique que le nom, le directeur de centre passe son temps à débiner les autres centres de formation. Au final, j’ai très peu saisi en quoi son centre est mieux qu’un autre, ce qu’il va apporter de plus. Je préfère, à tort peut-être, « bosser » avec le centre de formation de la CCI qui me semble plus connu qu’un centre de formation qui va peut-être disparaître aussi vite qu’il est apparu.
En plus, ce charmant monsieur nous a fait comprendre, aux trois personnes de plus de 30 ans de la salle, qu’il ne présenterait pas nos candidatures à ses partenaires parce qu’ils voulaient tous des personnes de moins de 26 ans et encore, même au delà de 21 ans c’est compliqué. Ben autant vous dire que je suis heureuse que mon après-midi fut réussi parce que ma matinée fut une perte de temps absolu. J’ai juste fait 150 km, c’est rien.
Faisant déjà des démarches pour la formation de la CCI, je ne vais pas en faire de nouveau pour un second centre, c’est idiot.

Hier j’ai eu un contact suite à une candidature que j’ai envoyé. Un poste orienté très commercial. En fait, la personne recherche pour un CDI mais était prête à prendre en contrat de professionnalisation. Quand je me suis souvenue de son offre d’emploi (vu sur Le bon coin), je me suis demandée ce qui se passait pour qu’elle n’ai pas de candidatures à la pelle pour un CDI à temps plein en administratif.
Au téléphone, tout ce qu’elle savait dire, c’est qu’elle voulait quelqu’un de dynamique. Franchement, elle m’a saoulé, je ne l’ai pas aimé. Je ne crois pas lui avoir beaucoup plu non plus. Je ne suis pas dynamique, encore moins au début d’un nouveau taf, quand on découvre une entreprise, de nouvelles taches et tout.
Je ne vais pas donner suite, j’ai vu des avis assez mitigés sur l’entreprise. L’ambiance semble un peu particulière. C’est peut-être ma seule opportunité que je laisse passer, on verra.

Option 1, trouver un taf, en cdd, en cdi. Mais mini 6 mois temps plein. Option 2, l’alternance, qui reste au final un cdd de 12 mois. Option 3, le projet fou. La formation de développeur informatique. Je n’y connais rien du tout, que dalle. Je ne pensais pas survivre aux tests et à l’entretien du 29 juin. Et j’ai pourtant eu la surprise de recevoir un mail m’indiquant que si. J’aurais du faire parti de la session de recrutement du 12 juillet, mais j’ai eu l’appel lorsque j’ai emmené ma mère à un de ses rdv, je n’ai pas pu rappeler assez rapidement. J’espère donc avoir ma place le 25 parce que ça me ferait chier de louper cette opportunité. C’est peut-être totalement idiot, je vais peut-être me planter. Mais je disais depuis quelques temps que faire autre chose que de l’administratif me tentait (vu que c’est bouché) et ça c’est une piste. Une piste qui me plaît plus que d’être aide à domicile ou aide soignante, ou je ne sais quoi. Le fait que ce soit complètement fou est motivant. Apprendre quelque chose de nouveau est motivant. Donc on verra, déjà, avoir une place pour les entretiens du 25 juillet.

J’angoisse pas mal parce que si la recherche de taf aboutie, il faudra que je me lance à la recherche d’un appart et ce ne sera pas une partie de plaisir non plus. Dans l’idéal je voudrais avoir ma chienne avec moi, je ne sais pas si elle se fera à la vie en appart. J’aurais beaucoup de mal à vivre sans elle. Bref, l’étape taf d’abord. Plus vite je trouve, plus vite je peux chercher un logement. Changer de vie. Pour le meilleur j’espère.

Ma vie de chomeuse

Quelques nouvelles coté taf (ne vous réjouissez pas trop vite)

Il y a les EEV demain pour donner des nouvelles mais je ne sais pas à quelle heure je les ferais et j’ai envie d’écrire mais j’ai l’esprit trop en effervescence pour me fixer sur un sujet en particulier. Pas sure que j’aille au bout de cet article d’ailleurs. J’en ai deux autres de débuté et je ne sais pas si j’arriverais à les finir.

Bon, les nouvelles, c’est quoi ? Rien de révolutionnaire. Je cherche toujours un employeur pour faire la formation en alternance de la CCI. Ou un employeur tout court d’ailleurs, sans formation ni rien. J’ai été contacté hier par une entreprise qui recherche une personne en alternance donc on verra. Un peu trop commerciale pour moi mais si y’a que ça …
Niveau alternance, j’avais envoyé ma candidature il y a une semaine, dix jours, pour une autre formation. Je ne pensais pas être rappeler, je croyais que mon CV allait finir à la benne direct et j’ai été appelé hier aussi (le jour où tu décide de ne pas attendre devant le tel). J’ai une réunion d’admission demain et j’avais des tests à faire aujourd’hui. Bon, vu les tests, je ne me fais pas trop de mirage, je ne serais pas prise. Mais il faut faire le trajet pour le savoir. L’avantage ici, si j’ai tout compris, c’est que si on est accepté en formation, on a le patron aussi. Pas besoin de chercher.

Mardi, j’ai postulé à une offre sur Pole Emploi. Elle semblait correcte. Puis dans la soirée, elle a eu plein de petite sœurs. J’ai compris que c’était une arnaque. Confirmation par un mail de Pole Emploi ce matin. Bref, j’ai donc envoyé mon CV (et donc mes coordonnées) à un type qui va en faire on ne sait trop quoi. Je ne suis pas la seule j’imagine. Comme quoi se dépêcher à répondre à une offre, ce n’est pas forcément une bonne option. Parfois, elles sont visible à 10km ces arnaques et là, si elle n’avait pas eu de clones ben j’aurais jamais cru.
Je constate une augmentation de ces offres bidons, ces arnaques, en ce moment. Du coup, j’ai peur de postuler désormais.
Et sur Pole Emploi, le nombres d’offres façon CCI qui proposent un contrat de professionnalisation pour remplir leurs formations, ça me gave aussi. Après c’est démerde toi pour trouver un employeur.

Voilà voilà !

Ma vie de chomeuse

Ma vie de chomeuse

Ca faisait longtemps que je n’avais pas parler emploi, chomage, tout ça tout ça. Alors, allons y !

Ces derniers temps, j’ai vraiment élargi ma zone de recherche, sans aller trop loin non plus pour rester assez proche d’ici sans avoir à dépenser un plein pour venir voir ma famille. J’ai constaté qu’un secteur géographique en particulier était assez riche en offres et donc je me concentre un peu dessus. Ca ne donne rien de concret pour le moment, le fait d’être éloignée ne doit pas m’aider, forcément. Je vais vous parler de mon entretien de ce matin d’abord.

J’ai répondu à une annonce sur Pole Emploi et décroché un entretien, youpi. C’est à 60km de chez moi, pour 3 mois mais c’est toujours ça. Poste administratif, pour renforcer l’équipe l’été. Rien de folichon mais ça ressemble aux offres de mon département quoi. Pas de perspectives d’avenir, pas de taches intéressantes, du précaire.
Me voilà donc en route ce matin, ne sachant pas trop quoi raconter parce que je n’ai rien trouvé sur l’entreprise (et je n’ai pas eu le temps de bien chercher à dire vrai). Je découvre cette ville où je ne suis jamais allée, je navigue dans les mini rues qui donnent l’impression que même ma Twingo ne passera pas, tout ce que j’aime. Mais j’arrive à destination et coup de bol, il reste une place sur le parking !
Me voilà face à mon éventuel futur employeur, je me présente un peu, pas très bien (fatiguée, vous verrez pourquoi tout à l’heure), et mon interlocutrice reprend ensuite la parole et aborde très vite un point qui me fait comprendre qu’il a du lui poser soucis avec les autres candidats.
Oublié le joli poste tranquille dans un bureau, non, en fait, la majeur partie du contrat consiste à aller équiper les logements des bénéficiaires de l’association du nouveau système de pointage des aides à domicile. Elle a bien du voir que j’ai bloqué, parce qu’elle a de suite proposé de mettre fin à l’entretien.
Ok poulette, je vais me taper 1h de route le matin (et ensuite le soir) pour encore me taper des bornes dans la journée (avec ma voiture perso ? Pas pensé à demander). J’ai postulé à poste de larbin qui fait du classement et fait ce que les autres ne veulent pas faire durant 3 mois, pas à autre chose.
J’ai beaucoup aimé son excuse pour justifier la non mention de cette tache pourtant très importante vu qu’elle occupe les 2/3 du contrat hein : pas de place pour le glisser dans l’annonce sur PE. Ok, heu, ton annonce elle fait 3 lignes, comment ça se fait que certains peuvent t’en écrire 10 ? Ils achètent un bonus à PE ?
Bref, entretien qui a duré 5 minutes. Et je pense que vu l’habilité avec laquelle elle a mené le truc, je ne suis pas la seule à avoir montré mon … étonnement sur la différence entre le poste pour lequel j’ai postulé et celui réellement proposé. Je n’étais pas en forme sinon, ça, c’est le cas typique où Angie se fait moins réservée et balance une pique ou deux.
Mais hier, j’ai eu une journée chargée donc je suis crevée.

Hier donc, j’ai eu un entretien aussi. Suite à une annonce sur PE aussi. Bon, je ne me fais pas d’illusion, ça ne mènera sûrement à rien. Hier, c’était la partie fastoche, celle qui est dans la poche quasi à coup sur.
Vendredi, j’ai postulé à une offre de la CCI de Clermont pour une offre en contrat de professionnalisation. Donc sur cette offre là, il y a certes un employeur, auquel sera proposé mon CV bien sur (j’y reviens sur ça aussi, le CV) mais forcément, pas sur que je sois retenue donc il va falloir que je cherche aussi de mon coté.
Etre acceptée en formation par la CCI, c’était fastoche. Contact vendredi soir, j’ai rempli le dossier et je l’ai renvoyé par mail, lundi j’avais le lien pour passer les tests, ce que j’ai fait dans l’après midi et mardi, j’étais convoquée pour l’entretien. Hop, emballé !
Hier donc, j’étais à Clermont. Et trouver la CCI c’était plus fastoche que trouver l’association ce matin. Si si. Et c’est moi qui le dit. En plus c’est cool, parce que le quartier de la CCI, il y a tout. De quoi manget, de quoi faire du shopping et autre chose que je tairais (chut pour ceux qui savent lol).
J’avais peur d’y aller pour qu’elle me dise que j’avais loupé les tests et que donc elle ne
retenait pas ma candidature mais apparemment j’ai bien réussi mes tests (et au passage, j’ai plutôt bien géré l’entretien d’hier, je suis fière de moi. Sachant que j’ai eu le rdv la veille à 17h 30 passées et que j’ai préparé à la va vite parce que je devais aussi lui préparer les dernières pièces pour compléter mon dossier).
Mon profil de personnalité correspond à celui d’une assistante, j’ai pas trop merdé les tests de logique (mais ne me demandez pas de compléter une suite de cartes, de nombres ou ce genre de trucs, ça je ne sais pas faire), j’ai eu une bonne note en français et paraît que mon niveau d’anglais équivaut à B2 (bref si ça vous parle tant mieux) et il parait que c’est bien.
Donc si je trouve une entreprise, je peux être en contrat de professionnalisation pour 12 mois dès septembre et préparer un titre de niveau 3 d’assistante de manager. Et le programme est plutôt sympa donc ça me plairait beaucoup. Surtout que 12 mois, ça fait pas mal de temps à être tranquille niveau boulot, ça donne le temps de s’installer et de connaître une ville. De débuter une nouvelle vie.
Elle m’a juste demandé de refaire mon CV, de faire mieux ressortir mes compétences parce qu’il parait que j’en ai mais qu’elle ne sont pas assez mise en avant. Je devrais être en train de faire ça en fait plutôt que d’écrire mais bon, j’ai le cerveau en compote, j’ai juste envie de dormir.

Donc ami blogueur, si tu connais quelqu’un de Clermont ou sa région (non parce que la dame de la CCI, elle me parlait aussi de la Creuse ou de Montlucon pour trouver une entreprise, heu, j’ai plus 20 ans, si je pouvais rester sur un seul lieu pour la formation et le boulot ce serait cool) qui ne serait pas contre embaucher une assistante motivée en contrat de professionnalisation pour lui donner une chance de changer de vie, penses à moi !

Voilà les dernières infos.

Ma vie de chomeuse

Quand Pole Emploi te fait chier dès le matin

Il y a quelques jours, j’ai eu droit à un appel matinal de Pole Emploi (qui a donc décidé de me gâcher une journée qui débutait pourtant divinement bien). Un de leurs fameux coup de fil pour « faire le point ». Te fliquer serait plus juste et débiter des conneries ressasser mille fois aussi.

La dame me rappelle que j’ai fait une évaluation de mes compétences pro. Non !? C’est vrai, je n’y étais pas pourtant, c’est bien de me le dire ! Sérieux, bien sur que je me rappelle que j’ai faire leur connerie d’évaluation à la con ! Le monsieur a même indiqué « avis positif » quant à mes compétences sur le bilan.
Elle veut savoir si je l’indique bien quand je postule. Non, non, non, bien sur que non. C’est comme mes diplômes, je les planque. J’ai tellement d’autres atouts dans ma poche, comme mon sens innée de l’ironie et du sarcasme, que je ne vois pas pourquoi j’aurais besoin de tous ces bouts de papiers pour séduire un employeur. Pourquoi leur dire qu’on m’a jugé apte à occuper le poste qu’ils proposent au vu de mon profil hautement rassurant pour un employeur ! Vraiment, elle en a de bonnes la dame de Pole Emploi.

S’en suit une discussion autour d’une éventuelle formation de secrétaire comptable (comptable grrrrrrrrrr, je hais les chiffres, bordel de merde!), je sais que si on commence à m’en parler c’est qu’à terme, si je ne trouve rien, je n’y couperais pas. Alors j’ai cherché un peu ensuite ce qui était proposé à ce niveau là comme formation, je crois avoir trouvé celle dont elle parlait. Je trouve ça hautement réjouissant et ça va être aussi utile que celle du GRETA. Plutôt que de financer des formations dispensées par des organismes plus ou moins sérieux, il serait peut-être temps de permettre aux demandeurs d’emploi de suivre une vraie formation, qui a un vrai poids lors d’une candidature.
1 – Je ne serais jamais douée dans le domaine comptable, même à petite dose, c’est comme ça.
2 – Une sortie niveau bac, je ne suis pas sure que ce soit vraiment très pertinent sachant que je n’ai pas d’expérience pro dans le domaine. Un bac+2 serait mieux. Mais je ne ferais, je ne réussirais, jamais un BTS en compta par exemple, je suis nulle en compta.

Elle m’a ensuite balancé les conseils de base à la con, ceux qu’on vous sort à chaque entretien, chaque atelier, chaque … bref, tout le temps. Ceux que le boulanger du coin vous fait aussi d’ailleurs, c’est pourtant pas son taf le suivi des chômeurs. Regarder les offres (non, merde, c’est vrai!?), relancer (vous vous êtes jamais fait envoyer chier par la secrétaire qui en a marre des demandeurs d’emploi qui relancent, ou qui vous fait gentiment comprendre que vous la faites chier là en vous disant qu’on vous recontactera quand votre candidature aura été étudié), …
Devant mes réponses blasées elle a fini par me dire : vous connaissez mieux mon métier que moi. Heu … presque. J’ai juste les même conseils depuis 10 ans, toute sympathique qu’elle puisse être (ou pas) c’est pas parce que elle va les débiter par téléphone que ça va changer ma vie.
Elle termine en me disant d’aller sur le site (mais bordel de merde, j’y vais au moins 3 fois par jour, pas besoin de faire du forcing!) parce qu’il y a des offres dans mon domaine. Quand on raccroche enfin et que je peux faire mon taf de chercheuse d’emploi, je vais sur le site de PE et … non, pas d’offres dans mon domaine datées du jour. Elle parlait de celles de décembre peut-être, auxquelles j’ai postulé sans que PE me tienne par la main.

Alors qu’on entend encore parler de durcir les contrôles envers les chômeurs, parce qu’on est forcément tous de mauvaise volonté et qu’on a pas le droit d’être des êtres humains démoralisés par les postes actuellement sur le marché, alors qu’il n’y a pas de financement sérieux pour de vraies formations (on préfère financer des bilans à la con qui ne valent pas grand chose), il y a du fric qui sert à payer des agents (sûrement précaires en plus) à Pole emploi pour servir ce genre de débilités.

Ma vie de chomeuse

L’ECCP, c’est fait!

Mardi, c’était le grand jour ! Le jour où on allait évaluer mes compétences professionnelles. Ouais, heu, je ne vous explique pas ce que je pense de mes compétences pro, vous avez saisi l’idée je crois. Mais si il faut évaluer le néant, évaluons le néant ! Au moins ce n’est qu’une journée contrairement à un Activ’Emploi. C’est donc avec joie et entrain (ce qui me caractérise donc) que je me suis rendue à ce qui promettait d’être une journée bien chiante !
Pour situer un peu le truc, ce n’est pas PE qui fait l’éval mais un prestataire. J’avais espéré qu’on serait dirigé vers le GRETA, ça me paraissait logique mais non, c’est un autre prestataire au nom tout nouveau pour moi. Encore un qui veut se prendre l’argent des « formations » et autres prestations PE.
Et le tout se passe dans une salle louée à une chaîne d’hôtel restaurant. Normal lol

Vu le temps, je serais bien restée chez moi. Vent, pluie, froid. Un temps à rester sous la couette. J’arrive en avance (je ne suis toujours pas guérie de cette manie), sortir de la voiture est une torture mais il faut se lancer. Une chance, le type qui me reçoit est content que je sois très en avance. Youpi !
Il fait mon dossier, tout ça, m’explique un peu le truc et me file les feuilles de mon test que je vais remplir dans une salle à coté de celle qui lui sert de bureau. Il y a 3 personne déjà présentes.
Je m’installe, regarde les documents et … je me dis que je ne suis pas déçue. C’est juste un peu la galère pour savoir qu’elle feuille de réponse va avec quel énoncé, trier ce qu’il faut faire sur PC ou pas, … bref. Tu perds déjà 10 minutes au minimum. Heureusement, visiblement, il se fiche du temps qu’on y passe.
Je me lance à faire ce que je dois faire, je prépare le brouillon de ce que je dois saisir sur Word, je fais ce que je peux faire sans ordi et sans partenaire de jeux de role. J’ai deux mises en situation à faire (oui, j’adore les jeux de rôle, joie de devoir parler), je vois qu’autour de moi, tout le monde à l’air aussi sceptique que moi. Ca me rassure un peu.

Ca sent le truc super bien organisé. Confirmation : je rappelle qu’on est quand même si j’ai tout compris là pour évaluer les compétences pro de personnes qui bosser en administratif, on est plusieurs et … on a qu’un seul PC. Alors tout ne se fait pas sur ordi, une chance.
Du coup, une fois qu’on a fini ce qui se fait sur papier, ben on passe tour à tour pour les mises en situation qu’on a. Puis faut attendre pour avoir le PC.
Ensuite, on est censé attendre nos résultats mais le type propose de les envoyer par mail. Donc : poireauté 2h peut-être plus ou recevoir par mail et se barrer ? Ben, c’est qu’il était 13h passé et on avait tous la dalle en fait. Donc hop, on prend tous l’option par mail.

Je suis allée manger, jusque là, tout va bien. Jusqu’à ce que mon téléphone me fasse une mauvaise blague : s’éteindre et ne pas se rallumer. Sale bête. Ca m’a démoralisé (quoi ? J’ai une relation profonde avec mon 4S, j’y peux rien!). J’ai failli me prendre un mur en me garant aussi, merci les feuilles humides au sol dans un parking.

Je suis assez mitigée sur les tests, l’organisation, tout ça. Au moment où j’écris, j’attends encore les résultats bien sur. J’imagine que le but c’est de nous envoyer en formation ensuite. Ca me fait un peu peur. Les formations, j’ai déjà donné. Mais au moins, les tests c’est fait.

Ajout : et donc selon les résultats (que j’ai enfin), je suis tout à fait apte au métier de secrétaire. Voilà, voilà.

Ma vie de chomeuse

Quand Pole Emploi illumine ta journée

Un titre comme ça, on ne s’y attend pas. Et pourtant !

Ce matin, j’avais rendez vous à Pôle Emploi pour une réunion d’information sur la prestation ECCP. Durée prévue : 3h.
Ce n’est donc pas toute joyeuse que j’ai débuté ma journée, persuadée de perdre 3h dans une salle pleine de monde à écouter blablater sur une prestation que beaucoup ne pourront de toute façon pas refuser sous peine d’être de mauvais chômeur.
Histoire de ne pas tout voir en noir, j’ai décidé de mettre ma nouvelle chemise, jamais porté encore. Juste comme ça, pour me faire plaisir parce que les fringues neuves, c’est la vie !

8h40, je suis à Pôle Emploi (en avance oui, je sais, je me soigne). Je me présente à l’accueil et là, je sens le gros malaise. Je vérifie la date, on ne sait jamais. Mais pas d’erreur de ma part, j’ai bien saisi quand ma conseillère me l’a donné il y a 15 jours. Ca fait des messes basses, on voit que tout le monde hésite. Ben quoi ? Y’a réunion ou pas ?
On me dit enfin de patienter. Je me doute, je suis en avance (et eux toujours en retard). Ils vont chercher une collègue. C’est al règle de base à PE : on ne t’explique pas directement, on va chercher une collègue. Qui arrive assez vite heureusement et qui elle me permet de comprendre ce qui se passe, même si ayant aperçu la feuille des convoqués à la réunion, j’avais commencé à saisir vaguement.
L’administration dans toute sa splendeur a oublié d’envoyer les convocations aux heureux élus ! Et nous sommes deux chanceuses à l’avoir eu en main propre de notre conseiller. Pas de foule en vu donc. Du coup la gentille dame me dit qu’on va passer la réunion collective (bah oui, hein, ça va être chaud de toute façon) et passer directement à l’entretien individuel. Et là, tu comprends que non seulement on t’aurait emmerdé avec une réunion collective normalement mais qu’en plus il aurait fallu refaire un entretien individuel pour valider l’inscription à la prestation. C’est beau la vie !
Mais comme la journée a décidé d’être chouette, entretien individuel, j’ai fait m gentille chomeuse qui dit oui à la prestation, qui par chance ne dure qu’une journée, voire une demi-journée. Ca va être cool d’évaluer mes compétences professionnelle, j’ai hâte ! Et du coup, au lieu de perdre 3h à Pole Emploi, j’étais dans ma voiture à 9h15 grand max !

Et comme le temps froid et gris du matin commençait à s’améliorer, c’était d’autant mieux d’être libre plus tôt. Je suis allée faire les magasins, j’ai acheté des carnets (Je vous ai déjà parlé de ma passion pour las carnets? Passion, pardon, obsession), j’ai commencé à jouer la mère Noël (j’adore acheter des cadeaux^^), j’ai une carte postale à envoyer, et vu que le soleil se montrait quand même un peu, j’ai décidé de prendre un truc à emporter au McDo et d’aller manger sur le parking de Jardiland. Cherchez pas, j’adore le parking de Jardiland entre 12h30 et 14h. Il y a des plantes partout, on est assez au calme, quand c’est la saison, y’a de la lavande partout (tout s’explique, c’est la lavande qui m’attire, enfin pas là). Bon le vent était un peu chiant, mais on ne peu pas tout avoir (je met vraiment des « mais » partout, il faut que ça cesse!)
Et comme la journée était cool, je me suis dit qu’il était temps d’aller voir le tatoueur pour les minis retouches de mon tatouage. C’est compris dans le prix, autant être tatillon ! C’est donc chose faite, le rendez vous est pris !

Voilà comment Pole Emploi a illuminé ma journée, en oubliant d’envoyer des convocs.

Ma vie de chomeuse

Soucis administratif

Je vous fais un « vis ma vie de rsaste ». J’ai des emmerdes avec la CAF.

Comme vous le savez peut-être, quand on touche le RSA, on est tenu de faire une déclaration de ressources chaque trimestre. Exercice auquel je me plie volontiers, ça ne prend pas très longtemps, on fait ça par internet maintenant, mais bon même sur papier, ce n’est pas très long. Généralement, on reçoit un mail comme quoi, il faut la faire, dans la journée je m’y colle, je conserve le justificatif en PDF, et hop, roule.

Ben visiblement, en septembre, y’a eu un soucis quelques part. Je reçois bien le mail, je fais ma déclaration le 2 septembre (à 15h10 précisément), je récupère mon justificatif. Et je retourne à ma vie, l’esprit léger de cette tache à accomplir.

Quelques jours plus tard, je reçois de nouveau un mail me disant de faire ma déclaration. Bon, ok, je ne pige pas trop, mais je retourne sur le site, qui me dit que ma déclaration est enregistrée et que je n’ai plus accès au module. Je recherche mon justificatif, il est bien là. Donc, ben, je retourne à ma vie, encore.

Quelques jours encore plus tard, je reçois une rappel par courrier. Oui, je sais, là, j’aurais du commençais à m’inquiéter un peu. j’étais juste énervée parce que je l’ai faite cette déclaration, bon sang! Mais je renvoie le tout par courrier, en lettre suivie (et courrier bien distribué) et je ne pense pas à passer un coup de fil ni rien, pour moi, c’est bon.
Y’a 2 jours, nouveau rappel par courrier. Je ne pense toujours pas à appeler (je vous ai déjà dit que moi, le téléphone, je n’aime pas?). Je renvoie de nouveau le truc, en lettre suivi.
J’envoie, quand le site est enfin opérationnel (parce que la CAF, c’est comme la CPAM, le jour où tu as vraiment besoin du site, ça merde, tu n’as pas accès à ton compte, bref, tu peux rien faire)

Je guette le 5, jour où est versé le RSA normalement, rien. J’attends le 6, on sait pas. Rien. Doc je fouille peu mieux le site de la CAF, et je tombe enfin sur l’endroit qui dit qu’en octobre, je n’ai aucun droits parce que j’ai pas fait cette fichu de merdique de déclaration. WTF? Mon historique dit le contraire les mecs!

Je suis donc sans ressources, une chance que je vis chez ma mère, sinon, j’aurais rien pour vivre en fait. Je serais à stresser pour payer le loyer et les charges.
Je vais donc passer un week-end formidable à stresser et à préparer un dossier avec mes différents justificatif. Lundi, je passe – enfin- un coup de fil. Au pire, mardi matin comme je dois aller en ville, j’irais directement à la CAF.

J’aime ma vie!