Playlist du week-end




Publicités

Et toi, t’écoutes quoi n°4!

Mi décembre et je crois bien qu’il est temps de faire le ETTQ du mois! Lancé par A blue feather, le but, c’est de parler musique, d’en découvrir, bref,voilà.

Décembre, qu’est ce qu’on écoute en décembre comme musique? Vous me voyez venir hein ^^ Il est temps (ou il faudra se taire pour un an) de parler musique de Noël! De redevenir des gosses et de chanter Mon beau sapin! Mais si enfin! Bon, on peut aussi se tourner vers les albums de nos artistes préférés qui se plient souvent au passage obligé de l’album de chansons de fête. Alors, j’ai hésité et finalement, je vais vous faire un mix entre mes deux albums préférés (en même temps, j’en ai trois, donc je n’ai pas un choix immense).

En 1994, Mariah Carey sortait Merry Christmas et le désormais cultissime All I want for Christmas is you

Si l’album est porté par ce tube, j’apprécie énormément God rest ye merry gentlemen

mais aussi Joy to the world :

Je m’arrête là parce qu’en fait j’adore tout l’album, c’est la Mariah que j’aime.

Je ne ferais pas l’impasse sur Wrapped in red de Kelly Clarkson. Mes préférés sont :



Et ma préférée de mes préférées ( ce qu’elle est douce cette chanson) :

Et pour ceux qui auront été jusqu’à la fin de l’article, je vous dis :

« Pourquoi as-tu un blog? »

Oui, toi qui es timide, as peur du jugement, as peur de t’exposer, pourquoi as tu un blog ? Tu pourrais écrire et simplement garder tout pour toi, pourquoi tout balancer comme ça à la vue de tous ? Pourquoi ce besoin, cette envie ?
Avouez que le questionnement n’est pas idiot ! C’est que je croise des gens pas idiots en fait. Du coup, pourquoi un blog en effet, parce que ces remarques sont vraies. Et quand on tient un blog, on s’expose forcément, même si on reste discret sur sa vie, on se livre malgré tout (même si c’est juste sur sa marque de lessive préférée, certains trouveront à redire). Alors pourquoi prendre ce risque ?

C’est vrai que je pourrais simplement tenir un journal intime que je planquerais sous mon matelas, honteuse, craignant que quelqu’un tombe dessus. Bon, dans les faits, je le tiendrais sur mon PC et donc il serait protégé. Mais je pourrais garder pour moi ce que j’écris. Sauf que parfois, on a envie de partager. On a envie d’un avis extérieur. On a envie éventuellement de conseils. Parfois, le processus pour lâcher ce qui nous mine passe par la publication .
C’était déjà vrai lorsque je ne parlais que chômage. Ça l’est encore plus maintenant.
Partager mes réflexions sur la vie, la société, mes questions existentielles à la con, mes chagrins, mes questions sur moi (très narcissique pour le coup), tout ça m’a apporté des réponses, des commentaires de votre part qui ont guidé mon cheminement, l’ont enrichi. Seule on tourne en boucle. Même en étant conseillée, on tourne en boucle en fait. Mais moins longtemps peut-être. Pas de la même manière.

On s’expose, on a peut-être pas toujours les réponses que l’on attend, qu’on est pas compris comme on le voudrait, c’est aussi la richesse des échanges. Je crois quand même avoir croisé principalement des personnes bienveillantes. Pour les autres, ben tant pis.
Il y a toujours une peur quand j’écris et que je publie quelque chose. Comment ça va être compris, accueilli ? Est-ce que je me suis bien exprimée ? Il y a la peur du jugement et pourtant il faut bien la dépasser quand on veut tenir un blog. Quel qu’il soit. On n’a pas toujours les commentaires qu’on attend, ce que l’on écrit n’est pas toujours perçu comme on s’y attendait.
C’est un peu le contrat qu’on accepte en ouvrant un blog, on ne contrôle pas qui y passe en général, qui commente, qui va réagir à ce que l’on écrit. C’est comme ça. Il y a toujours du bon à tirer de ce qu’on nous écrit, ça m’a aidé ces derniers mois. Ca ne se voit peut-être pas, ça ne se lit peut-être pas. Je suis en questionnement perpétuel, je donne l’impression de stagner. J’ai cette impression aussi et pourtant, si je n’ai pas avancé beaucoup sur le chemin, j’ai avancé. Et c’est déjà énorme pour moi. Parce que je partais de loin.

J’ai pris le risque de me livrer beaucoup ces derniers mois, trop peut-être. J’en avais besoin. C’était nécessaire. Le blog a totalement perdu sa fonction première qui était de parler de ma recherche d’emploi. C’était déjà délicat de parler boulot ou manque de boulot mais parler de soi plus intimement, même si j’ai tenté de rester assez pudique, c’est quand même autre chose. Ca surprend quand on constate ma timidité, ma réserve, ma difficulté à parler de moi de vive voix. Quand je dis que lire mon blog permet de mieux me connaître que mes proches, c’est la vérité.
Il est plus facile de se livrer à l’écrit. Et probablement à de parfait inconnu aussi. Le revers de la médaille, c’est que vous ne savez que ce que je veux bien partager. Vous n’avez qu’une part de moi. C’est toujours ce qu’on a au final. Une part de l’autre.

Voilà pourquoi un blog. Et pas une chaîne Youtube par exemple. L’écrit, le partage, garder une trace du chemin, avoir des avis, des conseils, des tranches de vos vies aussi. Se dépasser un peu aussi. Même si ça paraît peu. Oser faire face au jugement.Oser mettre des mots sur les émotions, sur ce qui fait mal. Oser s’exposer.

Utopie?

Je reblog parce que c’est vraiment très très vrai. Et puisqu’il faut tomber les masques, ben j’avoue que j’ai pleuré en lisant cet article. Je vous laisse deviner où j’ai cessé de lutter contre les larmes.

Lula 3.0

Je suis fatiguée d’être forte, d’être fière. Je rends les armes. Je baisse la garde. Drapeau blanc.

J’en ai marre de faire semblant. De faire croire que rien ne m’atteint. Que les choses glissent. Marre de faire comme si rien ne me blessait. Marre d’être intouchable.

J’en ai assez de cette mascarade, où quand tu dis ce que tu ressens, tu es jugé faible. Marre d’être jugée tout simplement. Marre que quoi que tu fasses, quelqu’un aura toujours son mot à dire. Marre de devoir plaire. Marre de devoir faire plaisir. Marre de sourire bêtement. Marre des rôles sociaux. Marre de faire genre. Marre de me méfier de tout et de tout le monde.

J’en ai marre de porter le masque.

Je veux pouvoir pleurer quand une chanson m’émeut, sans que les autres me disent que je suis trop sensible. Je veux pouvoir m’énerver, sans qu’on me dise que j’exagère…

View original post 302 mots de plus

Surpris

Qui n’a jamais eu besoin d’un petit coup de pouce pour se lancer? Venez jeter un coup d’oeil, laissez un petit mot (ça ne coute rien et ça fait toujours plaisir), partagez!

Histoire d'humain

Euh… je ne sais pas trop quoi dire a pars merci :p

je m’y attendais pas, ça redonne du courage en tout cas 😉 bien que je n’aurai pas lâché si facilement. 🙂

de plus j’y ai découvert les blog de certain et de certaine 😉

bonne nuit a tous, il commence a se faire tard maintenant 🙂

View original post