Dans mes oreilles

Playlist du week end

Choupette s’invite dans mes choix musicaux du week end. Non pas parce qu’elle a sorti un album, mais pour la découverte de Mademoiselle K avec ces morceaux là :

Et le reste (oui, Good goes the bye est ma chanson du moment)

Je crois que je vais arrêter là ce week end. Mademoiselle K en boucle!

Dans mes oreilles

I’ve Had The Time Of My Life

Le titre ne fait aucun doute (sauf pour les grands incultes), je vais vous parler de Dirty Dancing. Pas le film, le spectacle. Je l’attendais depuis des mois, j’ai acheté ma place le jour où j’ai su qu’il était programmé pas loin de chez moi (en gros j’ai ma place depuis décembre je crois). Je ne pouvais pas louper ça, hors de question. Parce que même si je ne connais pas le film par cœur, ça reste un cultissime qui m’a marqué, par sa bande son surtout mais aussi les danses. Et j’étais curieuse de voir ce que ça donne sur scène.

J’ai acheté ma place sur Internet, je n’ai donc pas choisi l’emplacement. Erreur que je ne commettrais plus. La salle n’est pas grande donc être en hauteur n’était pas dérangeant, on voyait assez bien. Enfin, sauf quand on est petite et qu’on se retrouve avec des têtes devant soi. Quand je choisis mes places, que j’ai cette possibilité, je m’arrange pour avoir un minimum de rangs devant moi, être pas loin d’une allée, bref, limiter les risques d’avoir la vue sur la scène occultée. Bon, je n’ai pas non plus eu tout le spectacle gaché, fallait jouer avec les mouvements de tête de la personne devant moi, mais je n’ai pas chopé de torticolis, donc ça va.

Le spectacle en lui même était vraiment sympa. Il ne tient bien sur pas la comparaison avec le film (Patrick Swayze, Jennifer Grey quoi !), mais en reprend bien la trame. Les parties dansées sont vraiment géniales, le final en particulier, et pas uniquement grâce au porté (fabuleux à voir sur scène).
Tant qu’on en parle, la scène d’entraînement du porté, dans l’eau, fait un peu kitsh par contre sur scène. Vraiment. Mais bon, c’est un passage essentiel, on n’apprend pas cette figure en claquant des doigts.
Par contre, ça en fait du changement de décors, à vous en donner la nausée.

Vraiment, c’est un excellent moment. J’en suis ressortie avec l’envie de revoir le film, j’écoute en ce moment même la B.O. (Patrick Swayze et She’s like the wind), je me suis laissée porter par ce que je voyais et entendais, les musiques sont intemporelles, on ne s’en lasse pas. J’ai eu un petit décrochage au détour d’une réplique qui m’a emmené … ailleurs, mais j’ai réussi à profiter du reste de la représentation malgré tout.
J’ai beaucoup aimé les petites touches d’humour de ci de là (la voix off qui nous plonge en tout début du spectacle dans l’ambiance, qui pose le contexte et rappelle qu’en 1963, les portables n’existaient pas pour appuyer le fait qu’il est interdit de filmer, prendre des photos et tout. Consigne pas toujours respectée). Les artistes sur scène qui ont gentiment communiqué avec le public (Jacques a dit : levez les bras!).

Le gros point négatif ? Les nanas hystériques qui ne savent pas se tenir. J’avais derrière moi des grandes malades qui m’ont donné l’impression d’être à un spectacle de chippendale par moment. Vraiment. Sérieux ? Est on obligé de hurler comme des cruches en manque quand un artiste apparaît torse nu ? Sérieux ? Oui, le type qui joue Johnny est vraiment bien fichu (un peu trop), oui il est agréable à regarder, c’est certain. Ce n’est pas un bout de viande pour autant. Par respect pour lui et les autres spectateurs, elles auraient pu retenir leurs cris de nanas pas bien dégrossies.
Mais bon, j’imagine que c’est le risque avec un public à 95% féminin (faut que je pense à aller voir des spectacles pour mecs moi. Ou aller au Paddock lors de la diffusion d’un événement sportif. Parce que els soirée karaoké, y’a que des nanas aussi).

J’ai passé une bonne soirée, on se laisse prendre au jeu même si sur scène ça ne vaut pas le film.