Etats d'âme

La vie passe …

…et moi je reste là. Voilà la réflexion que je me faisais quand, encore une fois, ma mère n’a pu s’empêcher de me dire qu’une de mes anciennes camarades de classe allait être de nouveau maman. Qu’elle était en couple depuis quelques temps avec un homme. Ca me fait le même effet quand elle me dit que truc ou bidule a trouvé un emploi à tel ou tel endroit. De ma vie, il n’y a rien à dire. Je suis au même endroit qu’il y a 10 ans. Différente surement, avec des envies totalement à l’opposé de ce que je voulais il y a 10 ans, mais le fait est que je suis ici, j’écris sur mon ordi dans ma chambre d’enfant, enfin d’ado. Les murs ne sont plus roses, il n’y a plus de posters accrochés, il y a encore quelques peluches qui traînent (Hello Kitty quand même, on ne s’en défait pas comme ça), un TARDIS et un centurion. Mais c’est ma chambre de gosse. Ma ville de naissance. Chez ma mère. Je suis celle qui n’a rien fait, rien construit.

J’ai mis du temps à avoir envie de vivre à nouveau, à oser poser des actions. J’ai conscience que ce réveil tardif joue contre moi. J’aurais du avoir envie de bouger il y a longtemps. Partir faire ma vie ailleurs, me détacher de quelques liens, il y a des lustres. Mais voilà, c’est ainsi qu’est mon cheminement. Mon réveil a débuté il y a quoi ? Deux ans. Et on ne rattrape pas le temps perdu, on ne peut qu’essayer de profiter un maximum du temps présent.
Alors, quand je me vois encore bloquée dans cette chambre, à n’oser rien faire parce que j’en ai marre de me justifier, d’expliquer ce que je fais, parce qu’il n’y a rien à faire aussi il faut l’avouer, ben je me dis que je gâche encore du temps.
Je rêve toujours de liberté.

Cet espoir qui s’est effondré jeudi, cette formation, ça m’a fichu un coup. Je n’ai pas su me défendre en entretien visiblement. Ou leurs avis étaient fait depuis le début parce que mes tests n’étaient pas ce qu’ils auraient du être dans les domaines essentiels de la formation. Toujours est il que j’ai mis beaucoup d’espoir dans cette option, au point d’avoir mal au ventre, de reprendre un peu de poids à cause du stress (les kilos du stress). C’était un nouveau métier à apprendre, une nouvelle vie à investir.
Pour eux, ce n’était peut-être rien tout cela, ces espoirs dont ils n’auront rien su. Pour moi, c’était ma porte de sortie du néant et ma porte d’entrée pour la vie. En tout cas, je l’espérais.
Ce « non » me laisse là avec pour seule perspective un domaine bouché dans lequel je n’ai pas d’expérience significative, un CV constitué de trou et de quelques rares jobs qui n’apportent rien, des formations qui ne m’ont pas aidé à trouver un emploi bien qu’humainement elles aient été enrichissantes, formatrices.
Il me laisse là avec la sensation, encore, de ne savoir rien faire, de ne pouvoir rien faire, de ne pas voir le bout du tunnel.

Je n’ai pas l’impression de demander la lune. Je voulais cette formation en alternance, avoir un job et un salaire pour prendre mon envol. Passer enfin à l’étape suivante de ma vie.
Je n’ai pas les connaissances que beaucoup de mes concurrents ont c’est évident. Jusque là, pour moi, l’informatique c’était un truc inaccessible, une folie, un « tu n’y penses pas ». Un truc que j’avais mis de coté quand un CIP de la Mission Locale m’avait dit (il y a longtemps donc, 25 ans révolu maximum) que ce n’était pas un domaine d’avenir quand j’avais évoqué l’idée d’une formation en maintenance informatique à l’AFPA. J’étais prête à bouger à l’époque, parce que le centre qui faisait la formation était … à Beaumont (centre qui devrait rappeler des souvenirs à quelqu’un). A force qu’on vous dise que tous vos projets ne sont pas possibles, ben, vous les enterrez avant même qu’ils émergent de votre cerveau en fait. On finit par se dire que ça ne sert à rien d’y penser, de l’imaginer, de le tenter.
Alors oui, avec mon profil plutôt littéraire (qui a de bons résultats aux tests d’anglais et de français quoi) et mon esprit à la logique bizarre, il se peut que l’idée de cette formation était un peu utopique. Je dis rarement des choses valorisantes sur moi, je vais en dire une : je suis têtue. Et si parfois c’est un défaut très dérangeant, ça peut être aussi une grosse qualité parce que lorsque j’ai un objectif en tête, si on me donne ma chance, je peux faire beaucoup pour atteindre mon but. Le but ici aurait été de réussir, et, consciente de la difficulté, je pense malgré tout que j’aurais pu le faire. Sans brio et avec beaucoup de sueur mais j’aurais pu.

La vie passe et je la regarde passer, sans trouver de prise pour m’y accrocher et enfin amorcer le mouvement. Je suis lasse de faire des CV, des lettres de motivations, de tourner des solutions impossibles dans ma tête. Je suis lasse de faire du surplace, de voir les autres avancer, avoir un boulot, une maison, des enfants, partir en vacances, … Oui, j’aimerais tout ça. Même les enfants bien qu’il soit un peu tard. Quand on fait la paix avec son passé (ou une part de son passé), il y a des envies nouvelles qui émergent. De nouvelles envies qui ne seront pas assouvies.

J’aimerais juste vivre enfin sans restriction, savoir qu’oser porte ses fruits, que ça vaut le coup. Que le mur ne me guette pas à chaque seconde qui passe.

Publicités

29 réflexions au sujet de « La vie passe … »

    1. Non, je débute juste en html.
      Après, en toute logique, une formation c’est fait pour apprendre. Je trouve ça vachement moins glorifiant d’apprendre à des types qui savent déjà.

      Aimé par 1 personne

      1. Sa te semble certainement dur comme décision, mais pour moi elle est totalement logique car avec la meilleure volonté du monde tu aurais avec tes connaissances d’aujourd’hui coulé . En effet l’informatique et la programmation demande un effort très important car c’est comme découvrir une nouvelle langue. Il est souvent question de langages informatique pour parler des différents systèmes de programmation . T’imagine tu maîtriser une langue du jour au lendemain, ou du moins suffisamment rapidement pour la parler et faire des traductions à un niveau professionnel si tu n’as jamais été intéressé par elle et que tu la découvre tout juste ? Mais l’avantage avec l’informatique , c’est que si tu as vraiment envie d’apprendre, tu n’as qu’à utiliser Google qui sera bien souvent meilleur qu’une formation . Alors si tu as envie d’intégrer cette formation tu as une année pour apprendre gratuitement avec les tutos d’internet, les algorithme, l’HTML, le PHP et le SQL pour avoir une bonne base. Du coup il sera plus facile pour toi de trouver une apprentissage et le test d’entré en formation ne sera qu’une simple formalité ^^

        Aimé par 1 personne

        1. Tu sais, ils ont fait leur promo dans le journal en parlant d’une nana qui visiblement n’y connaissait rien non plus. Forlation, faites pour apprendre donc.

          J'aime

          1. Dans ce contexte et connaissant bien la rapacité des entreprises, tu as intérêt d avoir moins de 25 ans pour rien couter sinon je ne vois pas l’intérêt de la prendre en apprentissage. Et vu que toi tu as plus de 25 ans, tu es obligé d’apporter une plus value donc des conaissances 😉

            Aimé par 1 personne

  1. Ah oui, l’AFPA de Beaumont, ça m’en rappelle des choses…

    alors toi aussi tu as suivi les mauvais conseils de quelqu’un à l’époque, et tu le regrettes aujourd’hui ? je crois qu’on en est tous là hélas…

    Je comprends ton découragement quand tu apprends que telle ou telle personne avance dans un domaine de sa vie, là où toi tu stagnes…

    c’est comme quand je vois mes collègues devenir propriétaires les uns après les autres (même des petites jeunes arrivées il y a un an), et que moi je suis la seule à être toujours locataire…
    Je sais que ce n’est pas la même chose car au moins j’ai un taf, une vie de couple, un enfant etc., mais le sentiment qu’on éprouve dans ces moments-là est le même, et on se dit : « et moi c’est pour quand ? »

    En tout cas je te souhaite bien du courage, facile à dire je sais mais surtout ne te laisse pas abattre !

    Aimé par 1 personne

    1. Le problème est que je stagne dans tous les domaines. Si encore un domaine de ma vie en rattrapait un autre, mais c’est al misère dans tous les domaine. Bloquée, ici, éternellement.

      Ben on va dire que pour l’AFPA, je ne sais pas comment ça fonctionne maintenant mais à l’époque si tu passais pas toutes les étapes, tu n’accédais pas à la formation (tu n’accédais pas aux tests en fait déjà). Donc si le monsieur qui avait pouvoir de décision disait : « non c’est pas porteur », ben tu fermais ta gueule et tu oubliais ton projet. J’avais fait un stage et tout pourtant (demandé par PE).

      Aimé par 1 personne

      1. maintenant c’est encore pire : déjà t’as l’étape de la personne qui décide ou non de te positionner, ensuite tu passes les tests, si ils sont bons tu vas à une réunion où tu repasses d’autres tests, en enfin t’as un entretien pour prouver ta motivation et que ton projet est mûrement réfléchi… après ça c’était en 2012, si ça se trouve ya une étape supplémentaire maintenant…

        Aimé par 1 personne

            1. En tout cas c’est le ressenti que j’ai quand je recherche une formation, je trouve qu’il y a moins de choix. Alors qu’on nous parle de formation à tout va, on n’y met clairement pas les moyens. Puis bon, si il faut déjà savoir faire avant d’entrer en formation, bref …

              Aimé par 1 personne

              1. ouais comme la formation d’assistante RH à l’AFPA où ils demandent mois d’expérience… c’est vraiment n’importe quoi !
                Sinon tu disais que ta conseillère était absente, mais tu peux pas te renseigner auprès de quelqu’un d’autre de ton popôle ?

                Aimé par 1 personne

              2. Il me faut le devis de toute façon visiblement. Histoire qu’il gagne du temps pour me dire non. J’avais répondu au mail pour demander la date de son retour, pas eu de réponse.
                J’ai toujours pas de news de ma demande de remboursement de frais pour l’entretien du 25 non plus (j’aurais un non c’est sur mais bon il tarde à venir quoi). Bref, Pole Emploi ne sert à rien, juste à nous claquer des portes au nez.

                Aimé par 1 personne

              3. tu vas voir qu’ils vont te dire non et ensuite ils vont enquiller « par contre on finance telle et telle formation d’aide à la personne, ça vous intéresse pas ? »

                Aimé par 1 personne

              4. Ca c’est évident. J’ai renvoyé le petit coupon réponse pour dire que j’étais pas intéressé par l’aide à la personne déjà. Si j’étais attirée par le métier, putain, je suis pas con et je serais plus au chomage depuis longtemps! Je serais toujours précaire par contre parce que vu les condition de taf…

                Aimé par 1 personne

              5. la magie pôle emploi quoi… à l’époque ma conseillère voulait me forcer la main pour que je bosse en centre d’appels, heureusement j’ai jamais cédé !
                c’est pas à eux de décider du métier qu’on va exercer !

                Aimé par 1 personne

              6. Ca fait 15 ans qu’on me pète les c****** avec l’aide à domicile. Ils ont le pouvoir de refuser ce qu’on propose. Pour le moment on a encore le droit de refuser certaines choses. Jusqu’à quand?

                Aimé par 1 personne

  2. Salut angie, je comprend ton ressenti car je suis exactement dans le même état d’esprit, et je vais fêter mes 30 ans en décembre prochain. Y’a des soirs je m’écroule en pleurs avec tout ce qui m’est arrivés, tout ce que je n’ai pas su faire et tout ce que j’aurais,tellement aimé faire ou avoir. Je me sens très seule aussi et j’ai du mal voir les,autres être heureux, pas par jalousie, juste j’ai l’impreSsion de m’enfonCer un peu plus.

    Il faut rester forte et tenter des trucs même aussi infime soit-ils. Je suis comme toi, je m’accroche au,travail, je me dis je vais faire telle formation etc… mais rien ne mène à rien et çà me désespère. Mes amies me disent « de me trouver un mec » comme solution à tout, en trouvant quelqu’un tout va s’arranger etc. Mais j’ai l’impression que la variable relation amoureuse est pire que la variation travail. Comment trouver un être humain qui tombe suffisamment amoureux de nous pour se mettre en couple et déclancher le processus famille, elles, elles y arrivent. Mais pas moi.

    Aimé par 1 personne

  3. même situation pour moi alors que j’ai plus de 40 ans, J’ai rien a raconter, rien ne change/avance. J’y suis résigné je crois lol…..

    Bon je suis indépendante et la maison de mon frère est bien, mais bon la commune où je suis ya strictement rien en taf surtout en administratif , pas de zone industrielle, seulement un collège et un EHPAD ( quelle joie mdrr) et évidemment structure aide à domicile et le moindre déplacement hyper compliqué/long, résultat cela va faire 5 ans déjà que j’y suis et le calme plat. Donc j’y suis car je peux rien louer d’autre c’est par choix.

    Et pareil je vois tout le monde qui avance, évolue dans la vie…. encore récemment la petite soeur de la compagne de mon frère, à peine 20 ou 21 déjà un CDI depuis deux ans!! et chômage que 6 mois, et son copain qui a trouvé employeur pour sa licence professionnelle dans la commune où elle demeure. Donc ils vont vivre ensemble, évoluer, sans doute plus tard devenir proprio etccc

    Aimé par 2 personnes

    1. Mais la vie ne se résume pas à ce cv de façade !! Que savez-vous des casseroles, doutes, peurs, egoismes de ces personnes qui selon vous « réussissent » ? Hormis le fait que nous devons subvenir à nos besoins, qu’est-ce que réussir ? Correspondre aux clichés types ou être bien SOI ? Perso, je suis célibataire depuis une décennie, je n’ai pas de voiture, etc etc.. et bien chaque point de ma vie, je peux le justifier car c’est un choix qui me convient, qui me rend libre. Et si au regard des autres, « j’ai raté ma vie », je m’en fous ! Le bonheur n’est pas le cdi; le bonheur, après être assuré de pouvoir manger, se soigner et avoir un toit, c’est d’apprendre à se connaître Soi et de s’aimer. Ne vous rongez pas sur ce « qu’ont les autres » (qui n’est pas ce qu’ils ressentent vraiment), mais apprenez à vous connaître. La vie n’attend que çà de vous. Seule l’évolution intérieure peut nous voir évoluer favorablement, sinon, au moindre licenciement, à la moindre rupture (qui arriveront car rien ne dure, ni bonheur, ni malheur), vous vous effondrerez et aurez l’impression de « tout rater ». Pour ma part, j’ai vécu des expériences différentes, j’ai vécu à Beverly Hills où je travaillais en tant que nounou, et aujourd’hui, je travaille au coeur d’une cité sensible. Rien n’est mieux ni pire, tout n’est qu’expériences. L’humain est le même partout. Et la vie n’est pas une seule voie ascensionnelle. Si vous étiez au Bouthan, vos critères seraient différents. Preuve que vous ne choisissez pas vos propres critères: la question est : qui êtes-vous ?

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis d’accord avec toi, les problèmes de travail sont un peu le sommet de l’iceberg. C’est un peu le masque d’un vrai problème de fond sur notre éducation, notre parcours, notre faille, nos blessures. Il y a des tas de gens qui ont un taff « de merde » avec tous le respect pour ce genre d’emploi, lais,qui par derrière ont une vile de famille épanouie ou des passions assouvi.

        Aimé par 1 personne

        1. Certes, enfin, si le travail plombe le moral, c’est dur d’apprécier le reste de sa vie aussi sachant qu’au boulot on y passe quand même pas mal de temps. Alors si on a une vie équilibrée et satisfaisante à coté, je dis pas.Après chacun a ses propres critères d’une vie satisfaisante.
          Avoir un boulot, pour faire des projets, être indépendant(e), payer le loyer et le frigo tout simplement, c’est quand même mieux. Perso j’en ai marre de me contenter d’être une grande ado. Alors est ce que le problème serait résolu en prenant n’importe quel taf qui me donne un smic? Non surement pas, Pour moi le travail fait parti d’un projet de vie où tout doit s’équilibrer. Si le taf parfait n’existe pas, foncer dans le mur en prenant n’importe quoi n’est pas une option non plus.

          J'aime

          1. Oui il faut aimer ce qu’on fait un minimum avec une bonne ambiance et des collègues sympa. Après si le soir tu rentre et tu as un mari et enfants aimant avec lequel passer des vacs et avoir des projets de vie (immobiliers), je crois que tu peux supporter plus facilement ce taff « de merde ». (Note que je ne considère aucun emploi comme de la merde). C’est un équilibre. c’est très rare les jobs épanouissant, c’est pour cela qu’il,faut chercher l’épanouissement ailleurs. Mais aussi, tout cela en fonctionndes horaires, j’ai eu un jobs pourri 39h par semaine, j’ai tenu 2 mois, après si j’avais été en 28h, je pense que çà aurait pu passer.

            Aimé par 1 personne

  4. J’ai relu tes anciens billets (jusqu’en 2013) de la section « ma vie de chômeuse » et je trouve que tu ne l’as pas eu facile. Je comprends que ça te rende amère. Je retiens trois choses, ton côté créatif, ton intérêt pour l’écriture et pour la musique. C’est probablement autour de cela que, dans un monde idéal, se dessinerait l’emploi de tes rêves, celui qui te donnerait envie de te lever pour aller au travail le matin. Tu as le droit d’y croire.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais il n’y a pas de boulot pour les « créatifs », les littéraires. Quand à la musique j’ai tellement peu de connaissance dans le domaine …
      Je fais parti de ces demandeurs d’emploi qui tentent de trouver des voies pour s’en sortir mais qui ne trouvent que des portes fermées. On ne propose que des job précaire … pour sortir de la précarité ça tente moyen.

      J'aime

  5. Coucou la belle,
    La vie passe, et tu avances !!
    Non, tu n’es plus la même qu’il y a 10 ans ..
    ni qu’il y a deux ans d’ailleurs !!

    L’nfromatique, il y a rien de sorcier, il faut juste s’y mettre ….

    Si j’étais toi je chercherais des MOOC de HTML, CSS, PHP .., c’est pas très compliqué. et je me ferais mon propre blog, comme une grande.

    EN plus cela te servira de CV et si u cherches un boulot de secrétaire qui sait aussi gérer un site internent cela peut intéresser du monde….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s