Evolution

Égarement du mercredi

Ca vous arrive ces jours où vous avez envie d’écrire mais rien ne vient ? L’inspiration est ailleurs, pas dans votre tête, et pourtant le stylo (ou le clavier) vous démange. Un désir, un besoin, d’écrire que vous avez envie de satisfaire sous peine de devenir dingue. Mais rien, rien du tout ne se passe dans votre cervelle.
Voilà, c’est moi aujourd’hui. J’ai envie d’écrire mais je ne sais pas sur quoi. Les sujets ne manquent pas pourtant mais aucun ne se démarque des autres.

Je pourrais continuer de parler des déceptions du passé. Mais à quoi bon. C’est du passé justement. Et si des leçons sont à garder de tout ça, seul le présent compte car c’est lui qui nous guide vers l’avenir. Et c’est là que se trouve ce que l’on cherche, si on ne l’a pas trouvé dans le passé.

Je pourrais parler de l’espoir de demain (pas demain demain, mais dans un sens plus général). L’envie que le meilleur arrive, que le chemin s’éclaircisse, de continuer à apprendre et de grandir, être plus libre, être plus moi. C’est un travail de chaque jour. Trouver équilibre qui fait qu’on ne se sent plus perdu dans la vie et qu’on avance plus sereinement.

Peut-être que je n’arrive pas à écrire parce que je suis au croisement de ces deux options : parler du passé, ruminer, ou regarder l’avenir et y envisager le meilleur. Et ne surtout pas oublier que dans tout ça, le seul moment que l’on vit est celui qui se passe ici et maintenant et que c’est là qu’il faut être présent.

Publicités

18 réflexions au sujet de « Égarement du mercredi »

    1. J’apprends à profiter sans anticiper. C’est difficile parce qu’on met toujours de l’espoir dans ce qui nous arrive. Mais le passé m’a appris qu’on ne peut rien prévoir. Alors j’ai envie d’être agréablement surprise, éblouie même, mais écrire sur l’avenir, j’aurais peur de lui faire un affront. Mais je vais y songer, pourquoi pas. Un article façon « je passe commande à l’Univers ». Ne dit-on pas que pour recevoir il faut demander?
      Bises Tony 🙂

      Aimé par 2 personnes

  1. Il y a beaucoup dans ces quelques lignes Angie.
    Oui seul aujourd’hui compte. Tu sais que pour que demain soit différent il faut oser. Le passé t’aura donner ça, un peu plus de confiance, et l’envie surtout de cheminer vers toi!

    Aimé par 2 personnes

    1. Et le chemin vers soit est long et difficile. Ça me fait penser à cette citation de Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part : Je vois déjà le bout de tes ailes, mais la métamorphose est un processus long et éreintant.
      C’est terriblement vrai.

      J'aime

        1. C’est un chemin qui ne prend jamais fin en fait. Notre « moi » évolue toujours, au gré des rencontres, des évènements de la vie, de l’age, de tout. Le plus dur c’est d’apprendre à être, sur l’instant. Pas à vouloir être ou devenir. Etre tout simplement.

          J'aime

  2. Moi ton texte me fait penser à la phrase « profite de l’instant, cet instant c’est ta vie »… Mais c’est le genre de citation qui me fait plus stresser plus qu’il ne me libère. Car dans le fond c’est de bien jolie paroles. La réalité est plus trivial. Comment profiter quand on a pas ou peu un entourage aimant ou un cercle amical solide. Comment évoluer quand on a peu ou pas d’études. Comment aimer quelqu’un d’autre quand on se sent le déchet de l’humanité.

    N’ayant pas le don de l’écriture, je dirai qu’il y a des jours j’ai envie de tout lâcher, enfin le peu de choses que j’ai, notamment ce travail que je n’aime pas, mais auquel je m’accroche comme une huître sur le rocher car oui je ne dois pas me plaindre d’avoir un travail…

    Aimé par 1 personne

    1. Une chose que je tente d’apprendre aussi : c’est que le bonheur ne doit pas venir des autres. Pas uniquement. Sinon on est forcément malheureux parce que les autres, même quand ils nous aiment profondément, ne peuvent pas répondre à toutes nos envies, nos attentes. Les autres, ils ont leurs vies, leurs soucis, leurs démons à combattre. Alors oui, quand on trouve des personnes sur qui s’appuyer, des personnes de confiance, ça aide, c’est certain. Mais la personne sur qui on peut compter le plus, c’est nous même. Même si ça implique d’admettre que parfois, on a besoin d’aide.

      J'aime

      1. Oui, je suis entièrement d’accord avec toi, sauf que moi j’ai un regard plus pessismiste vis à vis de cela. Même si toi tu pars positif, et que tu te sens bien et prêt à invertir les choses, il y a la société, les critères, les organismes, des paramètres, brefs des murs qui se dressent contre toi. Et qui font que tu te sens piégée, bloquée.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s