Coté coeur

« Mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation. »

Ah ! Cette citation de Nos étoiles contraires. C’est un peu comme : « Le monde n’est pas une usine à exaucer des voeux ». Une incontournable de ma panoplie.
L’envie d’écrire est là, mais dans ma tête, rien ne prend forme. Comme je le dis souvent, c’est une grosse bouillasse informe qui est encore trop occupée avec des questions qui n’auront pas de réponses, trop occupée à penser et s’inquièter (si, si, je vous jure) pour un type qui se fiche royalement de ce que j’éprouve, deviens, ressens, bref. Ma caboche a du mal à lacher, mon cœur aussi. Il y a des hauts, il y a des bas. Mais j’aimerais surtout que les hauts reviennent, rencontrer d’autres personnes, vivre d’autres expérience, aller de l’avant. Pouvoir le placer loin dans mon passé en fait.

Focaliser sur lui, j’ai du mal à faire autre chose.
A lire, simplement lire. Je traine les livres comme ce n’est pas permis. Et pourtant j’ai des tas de choses intéressantes à lire. Je dois chroniquer un livre pour Babelio, finir le Bussi, finir le Laetitia Reynders que j’ai entamé aussi, lire le Sophie Jomain/Maxime Gillio (<3) et tous les autres de ma PAL et après tout ça, il y a tout ce que j'ai en numérique. Au train où je lis, une vie n'y suffira pas !
Ecrire, je n'en parle pas. Je vous saoule avec lui, je saoule Choupette aussi, je perds la tête. J'ai envie d'écrire, j'en aurais même besoin. Mais voilà, ce qui me vient, c'est encore écrire sur lui.

Alors je range, pour m'occuper. Je tris encore mes fringues, en écoutant de la musique, je chante un peu parfois pour me défouler, mais un coin de mon cerveau guette une certaine sonnerie qui pourrait jaillir du téléphone. Il n'est jamais bien loin dans mes pensées. Et c'est usant. Et quand je ne pense pas à lui, c'est son prénom que je lis, une phrase qu'il m'a dite que j’entends quelque part, ou même un article ou une infos en lien avec son département. Quand je ne pense pas à lui, c'est lui qui s'impose indirectement à moi.

L'envie d'autre chose est là pourtant. Si de façon tout à fait irrationnel, je me sens encore attachée à lui, la partie de moi qui sait que c'est fini veut aller de l'avant et vivre autre chose avec quelqu'un d'autre. Je suis ouverte aux possibilités je crois. Je suis certaines de me planter encore, mais j'ai envie d'essayer à nouveau.

Publicités

18 réflexions au sujet de « « Mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation. » »

  1. Bonjour Angie,
    Un pas après l’autre…
    En revanche ce qui serait bien, c’est bannir les mots comme : me planter, je vous saoule, je suis une loque, c’est une grosse « bouillasse »…
    Je veux voir la petite Angie positive que j’ai cru entrevoir il y a deux ou trois semaines…
    Belle soirée à toi.
    Tony

    Aimé par 3 personnes

    1. Ca va venir Tony, ça va venir, le positif. Il y a 3 semaines, j’étais sous le coup de l’euphorie d’avoir retrouver ma « liberté » après ce mois de mars compliqué. Là, c’est le manque qui prime, s’impose. La peur d’une solitude longue durée qui viendrait reprendre sa place dans ma vie aussi.
      Merci pour tes mots toujours gentils Tony,
      Bonne soirée à toi aussi

      Aimé par 1 personne

    1. Il ne faut pas rester sur un échec. Il y a d’autres poissons dans l’océan, avec un peu de chance on trouve le « bon », avec un peu moins de chance, il y a de bons moments à passer malgré tout.

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s