Coté coeur

Je suis une loque

L’histoire de ma vie, aimer un type qui ne m’aime pas. Le top, c’est même aimer un type qui en aime une autre. On a beau se lancer dans une aventure, une expérience, en se promettant de ne pas tomber dans le piège des sentiments, le cœur est un peu con (je l’ai dit quelque part déjà ça) et succombe malgré nos envies de ne pas y toucher.
En novembre, bien qu’intriguée, attirée, ayant envie de le découvrir plus, c’est sans aucune envie de tomber amoureuse que je me suis lancée dans l’aventure, vous savez laquelle maintenant. Et c’est en janvier que je comprenais que je m’étais laissée avoir par mon cœur, que je m’étais attachée et un peu plus. Alors que je ne l’avais jamais rencontré, alors que je le connaissais à peine.

Et peu à peu, ce qui ne me gênait pas au début, est devenu plus gênant. Pas tant parce qu’il y avait une autre femme, parce que je savais où j’allais mine de rien (j’en donne l’apparence mais je ne suis pas sotte), mais parce que ça voulait dire qu’il ne me disait pas tout. Et qu’avec mes soucis de confiance, il aurait mieux valu me dire directement les choses, poser cartes sur table dès le début plutôt que de donner des excuses bidons. Mais jusqu’en mars, ça allait parce que j’avais ma dose, il s’occupait de moi. Donc je n’avais rien à dire. Même si j’avais mal à chaque fois qu’elle racontait son amour passionné avec son « Monsieur » (vous m’excuserez mais j’ai pas vraiment l’impression qu’il la domine bien hein. Elle fait un peu ce qu’elle veut, quand elle veut, où elle veut, avec qui elle veut, … bref, c’est ça l’amour sûrement), je me raccrochais à ses « non, ce n’est pas moi » et aux moments que nous partagions lui et moi.

Mars, vous le savez, aura vraiment été compliqué. Le silence. Insupportable, incompréhensible. Avec une seule réponse de sa part : « je suis fatigué, je me repose, je n’ai pas un rhume, … » (oui, au passage, si un jour tu lis ceci, je le sais, un cancer ce n’est pas un rhume). Bref, la maladie quoi. Et elle qui continuait sur le forum à s’étendre sur les visites de cet homme, j’avoue que je me suis dit aussi que c’était vraiment beaucoup de déplacements pour une personne ayant un cancer. J’avais du mal à avoir un SMS et il pouvait faire plusieurs centaines de km comme ça ? Non, c’était un argument « contre», définitivement.
Il y a eu ce petit scandale sur le forum, ce type qui balance en public que visiblement elle baverait sur moi en privé. La manière dont ce fut dit, la manière dont il a refusé ensuite de m’en dire plus en privé. Je note que dans l’histoire, je suis un peu celle dont on se fout alors qu’il semblerait que ça jase dans mon dos. Dans la globalité de l’histoire, ce que je ressens à quelque moment que ce soit, tout le monde s’en tape au final. Quantité négligeable, rien, le néant. Angie ne compte pas.
Il y a eu cette preuve cela dit, cette ultime preuve. Qui indique qu’il est bien celui dont elle parle. En tout cas qu’ils se connaissent, se sont vus, ont … joué ensemble. Le 30 mars. Moi je suis une impulsive, ça a fusé de suite. Puis le lendemain. Mais pas de réponse.

J’ai tenu quinze jours avant d’avoir besoin d’un contact. Vous le savez aussi, je l’ai écris ici que lundi je lui avais envoyé un SMS auquel il a répondu. J’avais espoir que ce soit preuve que je pouvais espérer d’autres réponses de sa part. Si j’avais su, lundi je lui aurait posé mes questions.
Parce qu’aujourd’hui je l’ai fait. Ca me tourne trop dans la tête. Bref, vous me connaissez, des « est ce que », des « pourquoi », des « comment », des … j’en ai par milliers au moins dans la tête. Souvent c’est une bouillasse infâme, parfois j’en tire un article que je partage avec vous. Là, il est le seul à pouvoir me répondre.
Je n’ai pas eu de réponse. Certes, j’ai beaucoup de questions donc mes messages étaient un peu longs et tout n’y est pas. J’ai peut-être mal procédé, encore. Moi, impulsivité, chagrin, manque, soleil, ça ne fait pas bon ménage.
J’avais espéré une ou deux réponses de sa part. Il n’aura pas cette délicatesse visiblement.

Je me demande si il s’est intéressé une fois à ce que je pouvais ressentir. Ce que ça pouvait me faire de voir sa copine étaler leur vie privée en public. Il savait, il a peut-être su avant moi, que j’avais des sentiments pour lui. Que j’ai des sentiments pour lui. Ok, je n’étais que sa soumise, je suis une personne malgré tout. Je n’ai même pas compté un peu pour lui. Je me demande (par milliers les questions, par milliers) si je n’étais là que pour qu’il puisse faire ce qu’il ne fait pas avec Madame vu qu’elle semble libre comme l’air. Etais je un jouet, rien de plus?
Je me suis inquiétée pour lui, je m’inquiète encore, je me suis livrée, j’ai joué le jeu, j’ai appris beaucoup sur moi et je l’en remercie, j’aurais encore beaucoup à apprendre. Je n’ai pas joué un rôle, j’étais moi, définitivement. Avec ma sensibilité, mes peurs et mes doutes, mon manque de confiance, une confiance que je peine à accorder et pourtant je l’ai fait, à ma manière peut-être, avec des restrictions, mais je l’ai fait. Mon impulsivité, mon coté rebelle, mes questions par paquets et des nouvelles qui naissent chaque jour, mon envie de m’abandonner, de ne plus penser parfois, ma curiosité mais aussi ma méfiance, mes « non ça je ne veux pas » mais finalement on tente quand même et ça passe. Mes envies d’aller plus loin que j’ai gardé sous silence par pudeur, peur aussi surement. Et parce qu’il est malade et qu’il a des choses qui me paraissent mal adaptées à faire avec une personne malade.

Je suis là avec mes questions ce soir. Des questions dont j’aimerais avoir les réponses pour avancer parce que ne pas savoir parfois c’est pire, même si la vérité peut être moche parfois. Je lui demande sûrement une chose qu’il ne peut ou ne veut pas m’accorder : un peu de considération. Il s’est senti insulté fin mars. Je me suis sentie être rien tellement souvent en mars. Je me suis sentie être rien quand je demandais la vérité, une situation claire et que je n’ai visiblement eu qu’un mensonge (Es tu X ? Je ne suis rien. Ca c’est la dernière fois que je lui ai demandé). Je n’avais pas à savoir, je n’avais pas à comprendre, je n’avais pas à me poser des questions. Mais je suis comme ça. Je m’en pose et je ne l’ai jamais caché. Je pose très facilement mes défauts sur la table, on sait à quoi s’attendre avec moi en général.
Parfois, je me dis que j’aurais du lui donner l’adresse du blog. Il ne serait peut être pas content que je parle de lui. Je n’y dis rien qui permette de le reconnaître pourtant. Sauf pour quelqu’un fréquentant le fameux forum éventuellement. Je ne vous ai jamais donné son initiale, vous connaissez son département, c’est vrai. Pour vous, il est Lui. J’aimerais lui donner l’adresse du blog et qu’il prenne le temps de lire ce que j’ai pu ressentir (pas besoin de tout lire, la catégorie Coté cœur suffit). Ma part de l’histoire. Je veux bien écouter sa part de l’histoire aussi, parce que comme je lui ai souvent dit, il se livre tellement peu. Finalement ce que je sais, c’est par elle, par ses étalements sur le forum. Étalements qui ont cessé peu après le 30 mars au passage. Ca aussi c’est une question dont j’aimerais la réponse. Coïncidence ? Encore ? C’est une histoire remplie de coïncidences !

Aujourd’hui j’ai envie de tout et son contraire. Revenir en arrière, ne pas tout foirer le 30 mars, être toujours dans cette relation bizarre mais au moins avec un lien avec lui. Je voudrais aussi oublier, passer à autre chose, quelque chose de mieux, de vrai, de transparent et une histoire dans laquelle je compte parce que je le mérite (parce que je suis chiante et un brin psychopathe mais je suis aussi terriblement intelligente, jolie, curieuse (et c’est un atout), joueuse, si on me donne du temps créative,… ).
J’ai juste envie de rencontrer quelqu’un qui m’aide à progresser sur le chemin que j’ai emprunté en novembre et qui m’a fait tellement de bien. Je ne parle pas forcément de bdsm (quoique), juste qu’à un moment, il y a des choses pour lesquelles il faut être deux pour avancer.
Je suis allée faire des courses jeudi, je suis allée à Rouge Gorge, je voulais acheter de la lingerie (vous voyez j’ai pas tout perdu). J’ai pensé à Lui bien sur. A moi aussi, c’est moi qui la porte cette lingerie, elle doit me plaire avant tout. Avoir quelqu’un pour qui porter de jolies choses, se faire jolie, jusqu’en mars, j’ai eu ça, j’ai trouvé ça agréable, excitant. Se faire belle pour soi est une chose mais on prend tellement de plaisir aussi à vouloir séduire l’autre.
Je voudrais ne plus l’avoir en tête constamment. Mais je voudrais tellement être dans ses bras. Je voudrais ne plus m’intéresser à lui mais je ne peux pas lâcher. Il va falloir, je sais. Je ne veux plus être amoureuse et pourtant c’est si bon. Je voudrais juste que ce soit réciproque pour une fois.

Ce soir je me sens comme une loque. J’espère entendre la sonnerie qui lui est attribuée retentir. Ca ne sera pas le cas je le sais. Ca ne fait que renforcer mon idée que je n’étais rien. Je ne saurais pas d’où vient le basculement de mars.
Je peine à faire des rencontres dans la vraie vie. Je ne vais plus sur Adopte, j’ai donné ça va. J’ai encore un site sous le coude mais les types sont loin. Et ceux qui m’intéressent lui ressemblent tellement. Pour tout dire, l’age et la description physique ne correspondent pas mais j’ai discuté longuement un soir avec un jeune homme (oui, jeune, façon cougar) et j’aurais pu croire que c’était lui tellement ils sont semblables. C’était à la fois flippant et plaisant.
Quand au fameux forum, je vais lire, je passe en coup de vent. Mais je ne discute plus, je ne partage quasiment rien si ce n’est de la musique l’autre jour. Et j’ai été happé sur le chat il y a quelques soirs alors que j’allais répondre à un MP de l’administratrice (au sujet d’un récit que j’ai écrit et qu’elle publiera. Un récit, voyez vous ça ! Vous n’en saurez pas plus, c’est que je vous cache des choses 😉 ) donc j’ai parlé un peu, je ne suis pas totalement une sauvage. C’est un peu compliqué de se livrer sur un forum après qu’on vous ai dit que ça jacassait dans votre dos.

J’essaie de ne pas reculer, j’essaie d’envisager la suite mais c’est compliqué.

Publicités

45 réflexions au sujet de « Je suis une loque »

  1. Je retiens la toute dernière phrase :
    -J’essaie de ne pas reculer, j’essaie d’envisager la suite mais c’est compliqué.
    Tu dois te battre, un jour après l’autre Angie.
    Bon weekend malgré tout.
    Tony

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai vais donné l’adresse du blog a des amies, elles sont venues une fois et plus jamais.
    Tu as besoin de t’exprimer, qu’il t’écoute, mais il est passé à autre chose, cela ne l’intéresse plus, cela l’importune sûrement.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais je l’emmerde. J’en ai soupé durant 4 mois avec sa maladie à devoir le comprendre. Qu’il fasse preuve lui d’un peu d’empathie ça lui ferait pas de mal. Mais ça doit être trop compliqué pour sa petite personne, y’a pas de place pour des sentiments humains en lui. Ce n’est qu’une merde!

      Aimé par 2 personnes

        1. C’est pas une manière un peu facile de se dédouaner des problèmes ça? Si je blesse quelqu’un, je me sens concernée. C’est bine un truc de mec de se dire que ça c’est pas son problème.
          Puis chut, je flirte avec un Toulousain là 🙂

          Aimé par 1 personne

              1. Oui ce soir c’est un peu ça. De la rage, de la colère, et comme quoi je peux impulsive mais me retenir parce que je serais bien rentrée dans les plumes gourdasse tout à l’heure sur le forum.

                Aimé par 1 personne

              2. Je me rapelle il y a quelques mois aller me promener dans les bois pour crier à tüte tête, exprimer ma colère, ma douleur

                Aimé par 1 personne

              3. Aujourd’hui, mon défi était de trouver un parking désert (vive les magasins fermés) pour pleurer autant que je voulais.
                Je devrais peut-être me mettre à la boxe, je suis sure que ça défoule bien.

                Aimé par 1 personne

              4. Je suis d’accord avec toi Angie, j’ai aussi l’impression que nous sommes obligées de tourner la page parce que c’est Messieurs le font bien plus vite que nous. Encore que… ce n’est peut-être que ce qu’ils nous font croire, par fierté – tellement de choses sont contrôlées par la fierté des Messieurs!

                J'aime

  3. Coucou Angie! Je comprends que tu te poses beaucoup de question et que tu te demandes ce que tu as pu faire de travers, que tu veuilles retourner en arrière… mais a mon avis tu n’as pas à te remettre autant en question, on a tous été impulsif un jour et dans ce genre de situation c’est plus que largement compréhensible: je crois que c’est surtout lui qui est un gros connard (si tu me pardonne l’expression) de ne plus te donner ni de nouvelle ni d’explication… tu as raison d’essayer d’avancer, c’est ce qu’il faut faire même si c’est dur. Enfin tu vas me dire que c’est facile pour moi de donner des leçons, c’est facile de commenter quand on n’a jamais rien vécu… mais je voulais juste te dire que je comprends tes questions et que je te trouve courageuse, je sais que tu est forte tu vas réussir à tourner la page, même si cela prend du temps. Gros bisous Angie, j’espère que mon commentaire n’étais pas trop maladroit…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Lili et ton commentaire n’est pas maladroit du tout.
      Avancer et passer à autre chose. Que ça a faire de toute façon. Un connard de passer, je m’approche de la personne qui va me convenir et à qui je vais convenir aussi.

      Aimé par 1 personne

      1. merci 🙂 oui aller de l’avant… Si il t’a permis de te découvrir un peu plus et de savoir quel type de personne tu recherche, cela peut t’aider pour la prochaine fois que tu rencontreras quelqu’un, c’est déjà une avancé… courage Angie ❤

        Aimé par 1 personne

  4. Aller de l’avant, oui. Mais puisque tu songes à lui donner l’adresse du blog, donne la lui.

    Au lieu de te faire un cinéma en te disant : et si je la lui donnais, peut-être que…, donne la lui et tu verras.

    Quand tu as un doute, lève le.

    Il faut lever le doute pour passer à autre chose.

    Aimé par 1 personne

    1. Non, je vais garder mon espace pour moi. Il ne mérite pas de lire tout le bien que j’ai pensé de lui, ni les mercis que je lui dois encore pour m’avoir aidé sur certains points (pas la confiance, soyons clair).
      Si il ne veut pas répondre à mes sms (et mes questions dérangeantes), il ne lira pas plus le blog de toute façon. Tant pis pour lui, je n’écris pas que des bêtises, la lecture aurait pu s’avérer intéressante.

      J'aime

    1. Attends il s’est peut etre senti insulté, encore. Monsieur a le droit d’avoir des états d’âme lui. Vu que je persiste avec elle mais que lui persiste a dire qu’il n’est pas lui.
      Qu’il aille se faire voir. Maintenant qu’il vive leur amour caché.

      J'aime

  5. Le plus dur c’est d’accepter qu’on aura jamais toutes les réponses. Lui donner l’adresse du blog – à mon avis c’est une erreur. Sur le moment on se dit que c’est un bon moyen pour l’autre de comprendre notre ressenti. Mais ça ne sert à rien. Parce que si il est intéressé par nous il aurait dû percevoir ces choses avant. Il est clair qu’il s’en fout – ce n’est plus son problème.
    La colère fait partie du processus de deuil. Écris la, crie la, sors la Angie. Et regarde vers l’avenir…

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Angie,
    J’espère que tu vas bien ?
    Ah au fait, le titre ne reflète pas la personne que tu es réellement.
    Je peux comprendre que tu étais dans cet état d’esprit au moment ou tu as pondu l’article…
    Bref, la Angie que je connais partiellement, mérite un meilleur sort et surtout du respect.
    Bon dimanche
    Bises
    Tony

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Tony, c’est vraiment un très gentil message et il me touche beaucoup.
      Nous méritons tous d’être heureux et d’être respecté.
      Je te souhaite un bon dimanche également. Merci encore pour ces gentilles paroles qui me touchent.
      Bises

      Aimé par 1 personne

  7. J’ai cru que j’avais un problème aux yeux : Angie qui dit qu’elle est « terriblement intelligente, jolie, curieuse (et c’est un atout), joueuse, si on me donne du temps créative,… ». 🙂 C’est ce qu’on veut lire de toi. Lui a été une étape dans ton évolution, maintenant va falloir passer à autre chose, continuer dans l’appréciation de toi-même, et tu rencontreras celui qui tombera amoureux de la nouvelle Angie, plus enjouée, un peu plus sûre d’elle, celui qui est fait pour toi.
    Cabrel chantait « Elle n’était rien et voilà qu’aujourd’hui… », à toi d’écrire la jolie suite à venir.

    Aimé par 1 personne

    1. Celui qui est fait pour moi, qu’il cesse de se planquer!
      Faut que j’évite de tomber dans la prétention aussi, lol ce serait un comble après avoir été reine de l’auto flagellation (j’ai ma couronne pas loin cela dit, faut pas croire 😉 )

      J'aime

  8. les mecs ne nous explique jamais pourquoi, c’est en vain que d’essayer attendre une explication.
    le mieux c’est de l’oublier vraiment, ne plus lui donner de nouvelles et encore moins l’adresse du blog… et s’il revient, faire la morte ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Non mais c’est bien, avec un peu de patience c’est sa meuf qui va me donner les réponses sans que j’ai à demander sur le forum.
      Il ne reviendra pas. Et tant mieux au final. Même si il y a des moments où il me maque plus que d’autres, je suis sure que je peux trouver mieux que lui même juste pour le fun.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s