Coté coeur·Evolution

In real life

J’ai cette idée d’article qui me traine dans la tête depuis des jours, mais je n’arrive pas à le démarrer, je n’ai aucune vision de comment le mener. Alors, tant pis, je me lance, on verra ce que ça donne.

Ma vie depuis des années et des années et des années, c’est d’être enfermée à la maison. Je reproduis le modèle maternelle en fait, on ne sort pas, on ne fait rien, c’est même le modèle familiale parce que les sorties en famille, je n’ai jamais connu ça. Parce que tout est trop cher, tout est trop loin, bref, il y a toujours une bonne excuse.
Internet permet de rompre artificiellement cette solitude. On papote avec plein de gens, d’horizons différents, de pays différents. C’est enrichissant. Mais je constate que ça ne comble pas tous les manques. Loin de là.

Parce qu’avoir des amis proches de chez soi avec qui sortir, à qui se confier (si ils sont dignes de confiance), c’est quand même pas mal. Avoir des amis rencontrés sur Internet c’est cool, mais sortir boire un verre ensemble quand on est séparé par des centaines de kilomètres, c’est un peu compliqué. Leur faire un gros câlin quand ça ne va pas, c’est difficile aussi du coup.
Ca m’a convenu durant longtemps. Cette distance imposée par l’écran, qu’il suffit de ne pas allumer si on veut être seule, si on ne veut « voir » personne. Et si je ne nie pas les avantages de ces échanges, ici avec vous par exemple, et combien ils sont importants pour moi, l’appel du « vrai » se fait sentir de plus en plus.

Il en va de même pour les amours. J’ai toujours un compte sur deux réseaux de rencontres (et bon sang après la journée d’hier faut du moral pour continuer là dessus. Je suis trop compliquée, j’ai un problème psy et je suis un déchet de la société parce que je suis au chomage. Vous comprenez pourquoi je cours vers le seul homme qui ne m’a jamais questionné sur le taf?) mais au final je discute avec des gens très intéressants (enfin, ça dépend) mais de partout en France sauf de chez moi ou proche mais très con. J’ai donné. Un : je ne ferais plus des kilomètres pour être la bonne poire de quelqu’un. Deux : … je ne sais plus ce que je voulais dire (la vieillesse que voulez vous).
Alors là, j’en connais qui vont me dire : « heu Angie, l’autre jour tu nous as dit que le type à qui tu semblais plaire habitait ton bled et que ça t’a refroidi ». En effet. Alors que ça semblerait être la solution idéale, en fait non. Je ne suis pas à un paradoxe près, pas loin mais pas à quelques mètres non plus. Mon envie d’évasion sûrement.

Mais, comme je l’ai déjà dit, j’ai du mal à me faire des amis, j’ai l’impression que c’est compliqué passé un certain age de se constituer un cercle d’amis. Alors je continue les sorties avec OVS et ça se passe toujours bien jusque là. Mais voilà, ça reste dans le cadre des sorties avec le site pour le moment. Bon, il est vrai que sortir au V&B n’est pas l’endroit idéal pour discuter et nouer des amitiés. Trop bruyant.
Sortir seule n’est pas forcément un bon plan, même si je ne l’ai fait qu’une fois pour ce qui concerne un bar (parce que concert, tout ça, je fais toujours seule au final). Seule dans un bar, je me sens comme une potiche. Tout le monde autour est au moins à deux (j’évite le mot en « c » qui fait mal), je ne vois jamais une autre âme solitaire à laquelle me joindre pour ne plus être seule.

Depuis des mois je le dis, et ce sentiment ne fait que se renforcer, j’ai envie de vrai, j’ai envie de chaleur humaine (peut-être que j’aime les gens en vrai ? Non, je blague), j’ai envie de renouveau et rester à la maison enfermée dans ma chambre comme lorsque j’avais 15 ans m’est de plus en plus difficile. Et si je n’avais pas à rendre de compte (parce qu’au final à force de petites remarques lancées innocemment, c’est ce que je suis obligée de faire), je sortirais plus. Parce que j’ai envie de vrai, j’ai envie de rencontres, j’ai envie de la rencontre ou même d’une rencontre qui sera différente des autres et qui pourrait donner naissance à une belle histoire.

Publicités

26 réflexions au sujet de « In real life »

  1. Ça va le faire Angie, je sais c’est dur et au fond on se sent très seul mais ne lâche pas l’affaire !
    On est des introvertis, pas pour autant des « malades ou des sauvages » LOL…
    On est juste diffèrent…
    Prends soin de toi.
    Tony

    Aimé par 1 personne

    1. Je me fais l’effet d’être une grande malade lors de discussions comme hier. D’attendre autre chose que les questions toutes banales qui ne disent finalement rien de la personne, ces mecs qui voudraient qu’on se dévoile (visage, attentes, étaler sa vie) mais qui au final ne disent rien sur eux, savent juste se vanter de leurs petits statuts sociaux (et recherchent au final un autre statut social, plus qu’une personne). Comment accrocher sur des profils aussi lisses? Qui ne le sont peut être pas en réalité, j’avoue que ce n’est pas simple de faire connaissance sur ce genre de site, mais ils manquent de fantaisie, on a la sensation qu’ils ont tous le même script devant les yeux. Et dès qu’on veut sortir des sentier battus, élargir le début, pimenter la conversation, on est soit compliquée, soit folles, soit cas social.

      Je désespère.

      Aimé par 1 personne

      1. Peut-être que tu ne cherches pas au bon endroit, tout simplement ma petite Angie.
        Et chuuuuut, je ne veux pas t’entendre te dénigrer, tu es sur le bon chemin fais-moi confiance !
        Des bisous
        Tony

        Aimé par 1 personne

          1. La meilleure piste que je connaisse est l’ouverture réelle extérieure…Le supermarché, un club de Salsa, une bibliothéque, un Opéra, un ballet …La vie quoi !!!

            Aimé par 1 personne

  2. Je te comprends Angie, à un moment les vrais contacts sont importants, pour ne pas dire vitaux.
    Après tout, nous sommes des animaux sociaux (plus ou moins selon nos caractères, mais quand même!)
    Je n’ai pas spécialement de conseil à te donner – désolée – parce que je pense que tu fais ce qu’il faut pour rencontrer des gens et parce que moi-même je suis de nature solitaire (même si je suis en couple et que j’ai des enfants; je sais que je peux toujours compter sur quelqu’un, que ce soit dans mon cercle amical, familial ou professionnel). Cependant si tu as toujours baigné dans ce milieu et que c’est ta nature, ça va être difficile de changer cela.
    Je te l’ai déjà dit, vais te le redire ici: LA rencontre (parce qu’il me semble qu’au final, c’est ça que tu attends) se fera un jour et, comme on dit, quand tu t’y attendras le moins. Mais il faut mettre toutes les chances de son côté pour ça, car on n’a rien sans rien.
    (Bon je vais arrêter là car mon texte est plein de lieux communs, mais réels malgré tout).
    Je suis de tout cœur avec toi, sincèrement!

    Aimé par 1 personne

      1. Oui, je pense que c’est ce que tout le monde attend.
        LA rencontre (du mec à qui je plairais et qui me plairait en synchronicité 🙂 – avec certains aspects physiques dont j’avais envie et un caractère / un mode de vie pas trop éloignés des miens) je n’y ai pas ou plus cru en tout cas pendant des très nombreuses années. Et elle s’est faite malgré tout, au bout de 34 ans d’existence…
        Alors, là aussi je l’ai déjà dit, même si je l’aime ce n’est pas facile tous les jours (famille recomposée, caractères bien « trempés » des 2 côtés) mais c’est LUI, je le sais.
        Je comprends que tu doutes et que tu désespères, j’en étais à ce stade moi aussi.
        Après ma rupture, je me suis inscrite pour 3 mois sur le site de rencontres MA. J’en ai fait quelques-unes. Après les presque 3 mois, je me suis dit que si je ne rencontrais personne qui me plaisait, j’arrêterais de chercher et laisserais la vie suivre son cours. C’est quand j’ai enfin lâcher prise dans ma recherche qu’elle est arrivée.
        Je crois que c’est une piste à creuser, non, de ne plus être dans cette attente?! (mais je sais pertinemment que ce n’est pas évident)

        J'aime

  3. C’est encore une fois tout à fait humain Angie. Rien ne peut remplacer le contact humain. Quand je suis revenue d’Irlande c’est ce qui m’a le plus manqué au quotidien, des amies avec qui refaire le monde autour d’un verre! J’ai fais plusieurs sorties avec OVS, de bons moments mais éphémères.
    Pour ce qui est des sites de rencontres ça n’a pas changé en quelques mois. Mais on peut espérer que dans le lot, un sorte du lot justement.
    Douce journée Angie.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne sais pas si un peut sortir de lot. Ca me saoule, je n’ai pas envie d’y retourner sur ces sites. Hier c’était la journée de trop. Et comme je n’étais pas bien, ça n’arrangeait rien. Je crois que c’est pour ça que j’ai eu besoin de lui écrire. J’aurais eu besoin de plus mais bon, on ne revient pas en arrière.
      OVS, je me suis inscrite pour une sortie début mai. On verra.

      J'aime

      1. Si tu n’as pas envie, laisse tomber Angie. J’ai des couples d’amis qui se sont rencontrés comme ça mais force est de constater que pour moi non plus aucun n’est sorti du lot par ce biais…
        OVS ça permet de rencontrer du monde. Mais je pense qu’il faut y aller libre de toute attente.

        Aimé par 1 personne

        1. OVS c’est plus pour ne pas sortir seule, pas pour une rencontre amoureuse. L’ambiance est plutôt bonne, je revoie régulièrement les mêmes têtes avec qui ça passe bien. Il y a 10 jours j’ai fait une super sortie, je me suis bien amusée. Bon, j’ai dérogé à la règle du pas d’alcool, ça m’a peut être aidé à me dérider un peu aussi. C’était pas raisonnable mais semaine 1 d’après « rupture », je n’avais pas envie d’être raisonnable. Je voulais oublier.

          Aimé par 1 personne

  4. Salut angie, je suis exactement dans la même situation que toi. J’habite le 93 et je vis seule avec ma mère. Enfant et adolescente, jamais de sortie, voir interdis de sortir car trop dangereux et « je veux pas que ma fille traîne dehors » Du coup, enfermée chez soi, h24 sans jamais rien faire, rien découvrir. Je vais reprendre une phrase que tu m’a dis « la solitude est une chance avant de devenir une prison ». Et c’est un peu ce que je ressent aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir construit ma propre prison. Petit à petit. Et aujourd’hui, je me retrouve piégée de toutes part, car pas de vie sociale, pas d’expérience, pas études, trop vieilles, pas assez confiance en moi. J’ai vraiment du mal à sortir de cette situation. J’ai essayé comme toi ovs et les sites de rencontres. Mais j’ai l’impression que l’on ne va pas assez en profondeur.

    Aimé par 1 personne

  5. Déjà tu es très dure avec toi-même. Je suis aussi au chômage mais ne vois pas les choses de la même manière. Je me reconstruis une vie personnelle riche qui est essentielle pour vivre en ce moment. Ce n’est pas parce que l’on est sans emploi, que l’on est un déchet. On EST, on ne FAIT pas à cet instant T. Et alors ?
    Les choses arrivent quand elles doivent arriver. Profites de ces instants en allant dehors, en visitant des choses que tu souhaites visiter, en profitant du soleil, en t’organisant ton futur voyage. Équilibre les choses entre ta recherche de boulot et ta vie personnelle car cela peut te manger toute crue et te faire croire des choses terriblement négatives. 🙂
    Bises, à très bientôt !

    J'aime

    1. J’ai longtemps été uniquement dans la recherche d’emploi, oubliant d’être tout simplement, de vivre, de me construire en tant que femme et que personne. Etre sans emploi n’est pas simple, longue durée encore moins, le regard de la société, des proches, les remarques qui arrivent inévitablement, … Mais si ça me pèse parce que ça bloque forcément pour certainement choses (ne plus vivre chez ma mère par exemple), j’ai pris conscience que je ne suis pas un statut social, je ne suis pas une profession. J’ai des années à « rattrapée » pour me construire, devenir moi et j’avoue que ces types qui balancent ce genre de choses sur un site de rencontre, ça fait mal. Pourtant il ne me connait pas, il n’a pas cherché à me connaitre de toute façon.
      Une fois, un type a mis fin à la conversation parce que j’ai dit que je ne voulais pas avoir d’enfant. D’un coup, je n’étais plus un statut social mais je me suis sentie comme un utérus.
      Je n’ai pas encore discuté avec un homme qui cherche vraiment à connaitre et rencontrer une personne, une ame. Ni même qui se dévoile en tant que personne. Je passe surement pour une marginale pour eux, mais, ce qu’ils font pour satisfaire la société m’intéresse peu, ce qui fait d’eux des personnes, des êtres m’intéresse plus.

      Aimé par 1 personne

      1. Je te comprends tout à fait. Il m’arrive aussi de penser à ce que les autres pensent de moi. J’ai compris que cela ne m’apportait absolument rien. Je prends ce qu’il y a à prendre et je jette le reste. Etre sans emploi est difficile. Je te comprends tout à fait et je comprends aussi ta reconstruction… je la vis également. J’ai passé presque 10 ans avec ma béquille dont je t’ai parlé. J’ai remarqué une chose, c’est que lorsque j’étais finalement « ok », bien en moi. C’est à dire : ma tête, mon coeur et mon corps alors je me détachais facilement de cette béquille… mais je n’y arrivais pas vraiment car je retournais dans mes travers lorsque je me perdais de nouveau. J’ai donc compris maintenant que j’ai arrêté d’utiliser mes béquilles que j’étais plus forte que je ne le pensais. On est plus forte que l’on ne le pense. Ces hommes que tu as rencontré ne sont pas des personnes qui te correspondent, elles n’ont pas d’âme, tu l’as dit. Alors ne t’y raccroche pas. 🙂
        Pour la petite anecdote, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a aidé à retirer mes béquilles. Grâce à lui et surtout à moi, ma force mentale, je suis arrivée à m’en passer. J’apprends aujourd’hui à vivre avec moi, à accepter mes down que je n’avais pas avant. Et oui, lorsque l’on recherche un travail, il faut garder beaucoup de motivation et de positive attitude car c’est ce qui fera aussi la différence. Je tiens même à dire que si tu es en accord avec toi-même alors tu sauras dire « non » à quelque chose qui ne te convient pas et dire « oui » à ce que tu ressens de positif. 🙂
        Je vis aussi chez ma mère pour l’instant et aimerais faire ma vie ailleurs mais il faut voir le positif là-dedans aussi. Tu fais des économies, tu n’es pas à la rue donc tu peux choisir le job que tu souhaites, tu peux partir quelques jours pour te ressourcer… tu peux aussi discuter avec ta mère de ce qui te perturbe. Elles sont de bons conseils la plupart du temps… mais restes toi même quoiqu’il advienne. Si tu es positive et ouverte alors tu obtiendras tout ce que tu veux (quelque soit le temps que ça prend). 🙂 Belle journée à toi,
        Jessica

        Aimé par 1 personne

        1. Merci Jessica.
          Parler à ma mère, difficile. Je ne crois pas qu’on ait la même vision de la vie elle et moi. Et finalement, elle sait assez peu de choses (pour ne pas dire rien) sur mes expériences récentes, ce qui me chamboule.
          Bonne journée à toi aussi.

          Aimé par 1 personne

            1. J’ai été voir un psy il y a quelques années. Expérience non concluante. Pas l’envie d’en tester plusieurs durant des mois pour peut être trouver celui/celle qui convient.

              Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s