Coté coeur

Ne pas s’attacher

Je garde ça en tête, comme une consigne suprême. Ne pas s’attacher. Pire, ne pas avoir de sentiments. Ne rien attendre, ne rien espérer, ne pas envisager de conte de fée, de miracles, de … je ne sais quoi. Profiter des bons moments, des belles soirées au téléphone, des instants où il me laisse simplement l’écouter parler de son jeu et où je … le trouve trop craquant. Oui, je sais, ça y est, je suis foutue. Alors je prend un peu de distance ou pas, je reconstruis quelques barrières tout en laissant le champs libre. J’ai peur de perdre ce que je n’ai pas, de nouveau. Fini le temps de la légèreté, du lacher prise, du renoncement, je suis là, toujours moi. Et le mur n’est pas loin, c’est inévitable.

Je guette mon téléphone, désespère quand il n’y a pas un sms d’arrivé, quand on n’a pas convenu d’un rendez vous dans la soirée. Je désespère quand je n’ai pas la certitude que j’aurais ma dose. Il me tient, je suis accro à ce qu’il m’a fait découvrir, ce qu’il a réveillé en moi. Entre gène, honte et plaisir. L’envie d’être femme, d’être aimée, d’être désirée. Mais il n’a jamais été question de ça entre lui et moi. Juste de bons moments, sans engagement, la possibilité de se voir un jour (oui, oui, oui ! Quand ? Comment ? J’y réfléchis) mais rien d’autre.

Mais j’ai envie, besoin d’aimer autant que d’être aimée. Et il est adorable. Pourquoi lui ? Pourquoi ça ne me pose pas de soucis d’être au téléphone durant des heures avec lui ? Pourquoi si je n’attend rien je ne saisis pas l’occasion avec le type numéro je-ne-sais-plus-combien sur AUM qui revient à la charge faute d’avoir de quoi se satisfaire actuellement sûrement ? Il est plus proche en plus ! Mais non, ça me saoule même. Je ne le veux pas lui. Je sais qui je veux. Je sais ce que je veux.

Ne pas s’attacher était un vœu pieux. Une promesse à moi-même que je n’aurais pas tenu. Une de plus. Le mur est là, je le construis sans me préparer vraiment à le prendre. La nana pleine d’envies que je suis est un peu con, Je sais pourtant, je sais que je ne dois pas m’attacher et non, je n’y arrive pas.
Pourquoi lui ? Pourquoi ça a été si facile avec lui (de parler, de se laisser aller) et pourquoi pas J ?
Préparez-vous à ramasser les morceaux.

Publicités

18 réflexions au sujet de « Ne pas s’attacher »

  1. « ce à quoi tu résistes persiste »
    Se promettre de ne pas s’attacher c’est le meilleur moyen de s’attacher justement. C’est humain. Se promettre de ne pas avoir de sentiments, c’est impossible, on ne maîtrise pas ses sentiments.
    Pourquoi se poser tant de questions et ne pas vivre ce qu’il t’est donné de vivre avec lui. Tu ne sais pas ce que ça va donner, tu n’as que les cartes d’aujourd’hui entre les mains. Profites justement de ce qu’il a réveillé en toi. Tu te sens bien avec lui, c’est un grand pas.
    Pourquoi le mur obligatoirement? Pourquoi penser à la fin avant le début?
    Tu as autant que les autres le droit d’être heureuse Angie.

    Aimé par 2 personnes

        1. Non, du tout, capricorne ascendant vierge. Mais je souris beaucoup quand je lis les comm de Tony sur ton blog et qu’il ramène les choses à votre signe. Je ne suis pas scorpion et pourtant, … ce que je peux me retrouver parfois (je ne fais pas que hurler dans les cousins au passage, j’ai un très bon coup de pied dont quelques meubles se souviennent, et j’envoie très bien tout valser à travers une pièce. Ca parait pas sous mon apparence calme lol).

          J'aime

  2. Profites et tu verras après…
    Ce que tu prends aujourd’hui ne t’enlève rien demain…
    Et ne pas prendre ce que tu peux avoir aujourd’hui ne pré-détermine pas ce que tu auras demain.
    Tu es clairement sous le charme depuis quelques temps, qu’as tu à perdre ?
    Au pire tu as déjà vibré, tu vas encore le faire, que du bonus pour une fille qui se crois moche, pas féminine, pas maline, in interressante, sans imagination,… 😉 et qui est le contraire….

    Aimé par 2 personnes

  3. Bonjour Angie,

    ça fait quelques temps (jours) que je te suis maintenant.
    Loin de moi l’idée de te juger ou autre mais, quand je te lis, j’ai l’impression qu’en quelque sorte tu as « envie » que ça échoue. Alors tu me diras certainement que c’est par expérience que tu dis ça.
    Mais, si je peux me permettre, la vie change et la roue tourne. De mon côté j’ai pas mal galéré jeune, tout a commencé dans ma vie réellement à 21 ans biens tassés. Ca n’a pas été facile depuis, mais je suis maintenant avec LE gars, celui que j’aurais aimé avoir ado mais que je n’ai pas croisé à ce moment-là parce que d’une part je ne l’aurais pas supporté niveau caractère et, d’autre part, je ne lui aurais pas plu à cette époque (c’était le grand drame de ma vie, plaire à ceux qui me plaisaient, et non pas à ceux qui ne m’intéressaient pas…). Je l’ai rencontré il y a presque 3 ans, à l’aube de mes 34 ans. (Entre-temps, j’ai été avec quelqu’un 12 ans, qui m’a permis de prendre confiance en moi etc.).
    Je crois vraiment que tout vient à point – à qui sait attendre, ou pas.
    C’est dur quand on est jeune, on a envie de vivre ce que les autres vivent, les belles histoires – mais qui ne le sont peut-être pas forcément.
    Il faut y croire et ça viendra, ne pas partir perdant(e).
    Avant que je me sépare de mon ex-mari, je disais à ma psychologue que je voulais rencontrer quelqu’un, le « bon », mais que je ne pensais pas que ça y arriverait, et elle m’a dit que de faire cette démarche de « recherche » ça mettait déjà pas mal de chances de mon côté… Avant de le rencontrer LUI, je désespérais des « blaireaux » sur Meetic Affinity et je me suis dit si là ça ne marche pas tant pis, je laisse tomber. Et IL est arrivé. Parce qu’IL devait arriver à ce moment-là , pas avant (lui-même était séparé depuis 3-4 mois avant qu’on apprenne à se connaître par MA).
    Je crois aux synchronicités de la vie (il y a un mot pour ça que je ne retrouve pas).
    Crois-y.
    Ca va peut-être être long et (encore) douloureux – même après (et je t’assure que, même si je l’aime et n’ai jamais autant aimé quelqu’un avant lui et que je n’ai foncièrement pas envie de le perdre, ce n’est pas facile tous les jours, bien loin de là…) mais si c’est vraiment ce que tu souhaites, ça viendra.
    Je te le souhaite.
    Sincèrement!

    Aimé par 1 personne

    1. C’est plus par expérience que par envie que ça échoue. En grande romantique, je rêve de mon « conte de fée » mais c’est rarement ce qui arrive. J’ai une tendance à me protéger, même du bonheur par peur qu’il ne soit qu’illusoire.

      J'aime

      1. Moi aussi je croyais au « prince charmant », avant.
        Mais il n’existe pas, certains s’en rapprochent mais ils restent des hommes. Si tu n’attends qu’un conte de fée comme tu l’écris, tu ne pourras qu’inévitablement être déçue.
        Mais je suis malgré tout de tout cœur avec toi.

        J'aime

  4. Salut angie, ton texte est oscille entre grand bonheur et peur. Je pense que tu manques de bonnes expériences, tout ne peux pas conduire aux fracas. Après je te dis çà mais je suis comme toi, quand je démarre un truc je me dis à quand la catastrophe. Ton texte fais plaisir à lire. On sent bien que une partie de toi est entrain de s’ouvrir.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s