Etats d'âme

Ce corps que je n’aime pas

Ca fait quelques jours que je pense à écrire sur le rapport que j’ai avec mon corps. Et je remettais. Je me disais que ça ne valait pas le coup. Et comment expliquer ? C’est finalement encore plus difficile que de parler de ce qu’on ressent, de ce qui fait souffrir. Comme il est difficile de dire pourquoi on ne s’aime pas de façon globalement, c’est difficile de parler de ce qu’on n’aime pas dans notre corps. C’est à la fois tout et rien. Des détails et un ensemble.

Je ne crois pas avoir déjà aimé mon corps. Au mieux, il m’était indifférent lorsque j’étais plus jeune. Ni une fierté, ni un soucis. Juste un corps. Dont je n’ai jamais eu conscience au final. Ca fait bizarre de dire ça. Comment peut on ne pas avoir conscience de son propre corps ?
Enfant, j’étais plutôt mince. Il parait que c’était un soucis d’ailleurs (qu’est ce qui ne l’était pas?) . Pour m’habiller. Taille fine, longues jambes (ouais), rien ne m’allait, bla bla bla. J’en ai entendu.
Je crois que jusqu’au lycée, j’ai gardé cette tendance à être mince. J’ai ensuite grossi peu à peu. Insidieusement. Sans que ce soit vraiment flagrant. Ca n’était pas vraiment gênant à l’époque. Ca a continué comme ça jusqu’à cette période dont je parle souvent, où je me suis oubliée. Corps, esprit et âme.

Maintenant que je me réveille, que je voudrais plaire à nouveau, je ne vois qu’un corps que je déteste. Je ne vois qu’un corps qui ne peut que repousser. Un corps que je ne peux pas mettre en valeur.
Il n’y a rien de féminin dans ce corps. Il n’y a rien de beau. Il n’y a rien d’attirant. Tout est gros, disgracieux, difforme. Le manque de fermeté, les kilos en trop, tout. Les cicatrices, la cicatrice surtout, pas imaginaire, bien présente, visible, laide.
Je peux trouver de quoi dire sur chaque partie mais rien de bien. Je suis la fille ronde, moche, fade, sur laquelle on ne s’attarde pas.
J’ai perdu un peu de poids, je me suis un peu raffermie, mais ce n’est pas assez. Je ne sais pas si j’y arriverais un jour. Est ce que je pourrais avoir un ventre moins gros, des fesses plus fermes, des cuisses plus fines ? Est ce que j’en suis capable ? Est ce que ce sera suffisant ?

Je voudrais être comme ces femmes à la silhouette agréable, qui paraissent toujours féminines, toujours élégantes, ces femmes que les hommes regardent, que les hommes désirent. Ces femmes qui n’ont à rougir de rien.
Je voudrais me trouver belle, je voudrais pouvoir me regarder dans un miroir et ne pas avoir envie de fuir, de pleurer, sans me dire que personne ne voudra jamais toucher ce corps. Ce corps qui voudrait être aimer pourtant.
Je voudrais que mon corps ne soit plus un frein, plus une barrière, plus une barricade. Qu’il ne soit plus une source de dégoût. Peut-être même qu’il soit attirant. Désirable, en capacité d’être aimé. Que je sois en capacité d’être aimer.
Vendredi, ma monitrice de Tai chi m’a dit : quand vas tu prendre soin de ton épaule ? Ayant débuté ce texte le matin même, je me suis dit que vraiment, ce jour là, c’était un questionnement sur mon rapport à mon corps. Un questionnement sur mes douleurs. Sur ce que je retiens et qui me fait mal. Ce que je retiens sans en avoir conscience.
J’ai répondu assez spontanée que j’en prendrais soin quand je saurais prendre soin de moi. Mais je ne sais pas prendre soin de moi. Qui a déjà pris soin de moi en fait ? Vraiment ? Avec bienveillance ? Personne ne m’a appris, je ne sais pas comment on fait. Je ne sais pas comment apprendre.

Un jour je voudrais me sentir bien avec ce que je suis. Avec mon corps, ma façon d’être, mon caractère, mes faiblesses, mes failles, mes doutes et mes peurs. Voir au milieu de tout ça ce qu’il y a de bon, de beau peut-être.

Publicités

24 réflexions au sujet de « Ce corps que je n’aime pas »

  1. On peut être ronde et à l’aise avec son corps comme mince et complexée…

    Ce n’est que l’image de soi même que l’on a construit…

    Je me trouve moche et pourtant certains me disent le contraire… J’accepte leur vision.

    Aimé par 3 personnes

    1. C’est vrai qu’on peut être complexé quelle que soit notre corpulence. Est ce qu’on la construit seul l’image qu’on a de nous?

      On me dit aussi que je ne suis pas moche, que j’ai du charme (qu’il manque juste un sourire), mais bon, j’ai du mal à le croire.

      J'aime

  2. Je vois 2 types de sentiments: le désamour et la honte. Je crois que l’on peut s’accommoder de ne pas aimer son corps. A mon sens il faut vraiment être narcissique ou bien danseur ou mannequin (ce qui représente un pourcentage faible de la population) pour se regarder et s’admirer. D’ailleurs, j’ai déjà constater que les « beaux » n’ont pas toujours conscience de leur beauté.

    Par contre avoir honte de soi, de son corps, je pense que l’on tape dans le niveau au dessus. C’est quelque chose de très dur voir handicapant. Perso, j’ai très honte de moi. Enfant, j’étais grosse, et j’ai eu le droit à une ribambelle de sobriquet. Ce qui m’amène à penser que la honte se crée, qu’elle vient du regard de l’autre. Si l’on ne m’avait pas dit toutes ces choses, même si je ne l’exhiberait pas, je crois que je n’aurais pas cette nécessite de le cacher, d’en avoir honte. Plus dure encore c’est de s’en débarrasser et là, j’en appel au remède miracle.

    Aimé par 1 personne

    1. Le regard des autres. En parlant avec une autre personne, on m’a donné le terme de narcissisation positive. Je crois que ça nous a manqué. Un regard positif sur nous. On se fait aussi par le regard des autres, quand il n’est pas bienveillant ça a un impact vraiment négatif.

      J'aime

      1. oh que oui! Je ne peux qu’acquiecer! surtout a l’adolescence ou l’on passe la moitie de son temps dans un milieux miné de regards critiques. parfois les gens devraient prendre conscience des mots qu’ils prononcent. je trouve qu’on neglige l’importance du compliment, on a plus souvent une facilité aux critiques

        Aimé par 2 personnes

      2. Le regard des autres, c’est vrai qu’il joue énormément sur notre façon d’aimer, de détester ou juste d’accepter son physique… Ah les railleries au collège, on est tellement nombreux à en avoir subi ! À en croire certains de mes camarades, j’étais une sorcière boutonneuse aux cheveux gras qui s’habille toujours pareil. Rien de tel pour me renfermer dans une timidité maladive qui ne me ressemblait pourtant pas du tout !

        Angie je trouve triste que tu détestes autant ton corps : tu as des kilos en trop. So what ? De plus en plus de femmes rondelettes s’assument et tant mieux !
        Et franchement, une nana mince qui tire une gueule de 3 pieds de long donnera moins envie d’aller la voir et de parler avec elle qu’une nana ronde épanouie, qui s’assume et qui respire la gaieté…

        Et pour conclure je dirais que le physique c’est hyper subjectif : toi tu te trouves moche mais je suis sûre que certains hommes te trouveraient canon ! Tous les goûts sont dans la nature… 😉

        Aimé par 1 personne

  3. Tout est un apprentissage je pense. Ou un réapprentissage. Certaines personnes aiment leur corps, d’autres pas. Certains le regardent avec bienveillance, d’autres avec dégoût. Certaines apprennent à l’aimer, après un choc, une grossesse, un accident, une relation difficile.
    Le dégoût de soi est quelque chose de douloureux j’imagine. Il ne faut pas hésiter à se faire aider je pense quand on sent qu’on ne peut pas ou plus gérer cela seul(e).

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense aussi à la chirurgie, c’est quelque chose de mal perçue en France je trouve mais moi je me dis si le fait de se refaire les seins ou liposuccer le ventre permet de changer les choses ou de se sentir mieux pourquoi pas…

      Aimé par 1 personne

  4. Le corps c’est difficile à apprivoiser parce qu’on ne le choisit pas et on est enfermé dedans. On le maltraite, on le déteste, on l’aime parfois un peu, par petit bout.
    J’ai toujours eu honte du mien et puis on m’a fait comprendre qu’il était désirable parce que je suis un tout. On m’a rassurée sur lui et du coup sur moi…
    Je me soigne.

    Aimé par 2 personnes

  5. Encore une fois un bel article. Je radote mais tu dois vraiment écrire, ton expression est parfaite pour transmettre des choses, du moins ça marche avec moi.

    Le corps et l’esprit sont liés, l’un et l’autre se reflètent après tout. Mais le plus important au delà de l’apparence, de la beauté c’est le charme. De très belles femmes, stéréotypées n’ont pas de charme, pas de profondeur, l’inverse est possible.
    Je parle très peu du corps dans mon article – Révolution – mais c’est en toile de fond finalement. Il y a toujours moyen de torturer avec sa vision de son corps, le plus rassurant est qu’on est libre (donc contraint) de moduler et de travailler cette vision.

    Au passage je ne sais pas si c’est qu’une impression mais tu sembles plus te livrer depuis quelques semaines dans tes articles, et ils sont vraiment très bien écrits (Je radooooooootttttttteeeee).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ^^ Visiblement, l’écriture est un de mes points forts, où que je passe, j’en tire des compliments. Je vais finir par prendre le melon ^^

      Oui, je me livre plus, surement. Plus on creuse, plus on touche des choses intimes, personnelles. Peut être que des barrières tombent aussi. Ca n’atténue a
      pas les complexes et les douleurs mais ça libère la parole.

      Le corps t l’esprit se reflète en effet. Je n’aime ni l’un ni l’autre chez moi.

      Aimé par 1 personne

  6. je te comprend tellement, après avoir perdu presque 50 kilos, je ne me suis toujours pas aimé, j’avais toujours ces complexes et ce mal etre avec et de moi même et personne autour de moi ne comprenait pas, aie confiance en toi, perso, je me suis mise au sport de façon assez intense, mais j’aime cela, la musculation m’aide enormément à prendre confiance en moi et en mon corps

    Aimé par 1 personne

  7. Je viens de tomber un peu par hasard sur ton blog, et c’est un petit coup de coeur que j’ai eu, car tu parles avec le coeur et chacun peut se retrouver dans tes articles. Une jolie découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s