Vivre en milieu rural, ce n’est pas toujours le calme assuré

Mon cerveau étant toujours en ébullition ce dimanche (voir ici ) mais de façon plus maitrisée (ou pas), je me lance dans la rédaction d’un autre article qui me titillait l’esprit. Et je le publierais quand je le publierais.

Comme vous le savez surement, j’habite en milieu rural. Un charmant (hum) village où il ne se passe rien de très intéressant mais qui est plutôt pas mal situé géographiquement puisque je suis proche du gros axe de communication du département.
J’ai la chance d’habiter dans une maison non mitoyenne bien que d’un coté on soit vraiment très proche du voisin (mais on y reviendra). Il n’y a pas gros de terrain mais ça fait moins à entretenir.

Ca devrait être parfait non? Ben, pas vraiment. Je comprend finalement les personnes qui choisissent de s’enterrer encore plus dans la campagne. Parce que, habiter dans une maison, ce n’est pas toujours le calme que l’on pourrait espérer quand la configuration n’est pas au top.

Ici, on est proche de tous les voisins finalement. Séparé juste par la route des voisins de devant, j’ai une vue quasi parfaite sur leurs jardins (bouchée simplement par un arbre). Et nous sommes en été. Donc, les gens profitent de leurs extérieurs, normal. Ce week-end, c’était barbecue à fond. Même ce dimanche midi. Et je pourrais presque participer à la discussion en mettant à ma fenêtre.

Sur l’arrière, c’est un peu plus calme. Les maisons n’ont pas de courettes sur l’avant, donc à part les gens qui passent sur la route pour se balader, ça va. Sur le coté par contre. Ils sont plutôt calme depuis un ou deux jours, mais en général c’est plutôt réunion de famille façon colo de vacances, barbecue même par temps de pluie et jeu dans la cour grande comme un mouchoir de poche: ballon ou boules de pétanque ou que sais-je. Tout ce que je sais, c’est que ça résonne et que ça me donne l’impression qu’ils abattent des murs. Alors, qu’ils évitent d’abattre celui de mon garage, y’a ma bagnole dedans, j’y tiens un peu quand même.

Ah! Et il faut que je parle de la boulangerie aussi! Oui, j’habite face à une boulangerie, l’atelier particulièrement mais je ne suis pas loin de l’entrée du magasin non plus. Ils sont très gentils et font de bons produits. Par contre, je garde encore quelques ressentiments pour la nuit où j’ai été réveillée à 2h du matin parce que je ne sais lequel tambourinait sur je ne sais quoi, fenêtre ouverte. J’ai trouvé ça charmant.
Ce matin, un qui gueulait. Bref, je vis chez mes voisins quoi.

Alors, on fait surement du bruit aussi, je ne sais pas si on les dérange autant mais il y a des jours où je sature. Je rêve de pouvoir déménager dans une maison isolée correctement avec assez de terrain autour pour ne pas être emmerdée par les voisins et ne pas les emmerder non plus. Juste pouvoir se sentir bien, chez soi, faire ce que l’on veut dans le respect des autres.

J’ai l’impression que ces «dérangements» de voisinage sont de plus en plus fréquents. Je n’ai pas souvenirs d’avoir ressenti autant d’exaspération face à des bruits de ce type les autres années. Ou c’est moi qui devient moins tolérante (si je l’ai déjà été), plus sensible, plus chiante.

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. C’est vrai que quitte à vivre « au vert » et à en subir les désagréments (peu d’emploi à proximité, devoir faire des km pour trouver des centres commerciaux, etc.), autant profiter de l’avantage que ça peut offrir, à savoir, le calme. Et toi malheureusement tu n’y as même pas droit…
    Et pour vivre dans un quartier bruyant et dégueu comme le mien, je te comprends à 100 % (sauf que moi c’est quand même un peu plus « logique », même si pas normal, que je subisse ça vu que je suis en pleine ville).
    Après je pense que tu deviens, comme moi, de moins en moins tolérante au bruit (même si je pense aussi que les gens étant de + en + sans gêne, ils sont de + en + bruyants vu qu’ils n’en ont absolument rien à foutre des autres et se croient constamment seuls au monde avec leurs potes, leurs chiards et leurs familles) ; ça fait 12 ans que j’habite cette ville, contre toute attente je m’étais faite à la vie en ville alors que j’avais grandi dans un bled au calme, mais là je n’en peux plus, moi aussi je suis devenue intolérante au moindre bruit, alors qu’avant ça je n’ai jamais habité de quartiers vraiment calmes même si celui où je vis actuellement c’est vraiment le pompon…

    Bref j’espère qu’un jour tu pourras tracer d’ici, tout comme je l’espère pour moi !

    Croisons les doigts et serrons-nous les coudes ! 😉

    Réponse
    • « chiards », je n’aurais pas pensé à utiliser ce terme et pourtant, qu’il colle bien aux deux … enfants (un peu de retenue) qu’il y avait hier à Noz. Ou aux « chiards » d’à coté qui semblent ne commencer à vivre qu’à 22h.

      Ce matin j’ai eu droit aux charmants boulangers qui gueulent à je ne sais plus quelle heure. Un jour, peut-être, je ferais une vrai nuit avec un bon sommeil réparateur. Mais bon, j’apprends à ne pas trop espérer ça évite trop de déception.

      Réponse
      • pour moi « chiard » c’est la version enfantine de « chieur » mdr…
        Ah oui la boulangerie d’à côté aussi, pas mal dans le genre…

        Réponse
  2. Bonjour Angie, comme je te comprend parfaitement. J’ai toujours vécue dans des vieux immeubles pourris très mal isolés, et je peux conclure une chose l’enfer c’est les voisins. Et le fait que l’on ne supporte pas le bruit des enfants conduisent les gens à dire « vous n’aimez pas les enfants » alors que pas du tout. J’ai déjà eu des enfants en bas âges au dessus de ma tête, l’ENFER!! Quand je repense à cette période de ma vie, j’ai envie d’en chialer. Quand on est chez soi on veut du calme, on veut de la paix et entendre les autres nous rend dingos. Surtout la musique, j’avais des voisins antillais, j’avais le droits à du zouk matin midi soir, et bien des fois j’étais obliger d’aller dormir chez des personnes de ma famille tellement le boum répétitifs me filait des migraine.

    Réponse
    • Il s’est calmé mais j’avais le fils des boulanger à une époque qui écoutait la musique à fond, porte ouverte. Vu que chez moi c’est mal isolé, même tout fermé, j’entendais tout. C’est un enfer quand on entend plus ce que font les voisins que ce qui se passe chez soi.

      Réponse
  3. Sweet-Things

     /  05/08/2017

    En ville il y a tellement de bruits et de voisins que tu n’y prêtes plus attention 😉

    Réponse
    • Je ne fais plus attention aux bruits de la circulation, les gens qui passent (si ils restent dans un niveau sonore acceptable), mais pour le reste ça me tape sur le système. Ce soir, un chien dans le voisinage. Ses maitres ont du le laisser seul et il n’a pas l’habitude. Ca va être concert de jappements jusqu’à ce qu’ils rentrent.

      Réponse
  4. Sweet-Things

     /  05/08/2017

    Hier soir c’était le rire sonore des voisins à 1heure du mat 😉
    Courage

    Réponse
    • C’est sympa aussi ça. Toujours agréable. Une ile déserte, y’a que ça de vrai.

      Réponse
  5. laurence3374

     /  06/08/2017

    je crois que niveau bruit l’été c’est pire; les gens étant bp dehors. Chez moi jusqu’à présent je n’avais pas à me plaindre, mais depuis fin juin et l’arrivé je crois de la famille chez des voisins de derrière; c’est un peu bruyant; les gosses sont quasi toute la journée dehors à jouer, donc parler voire crier, pleurer, et hier ap le top du top; le père s’est mis à nettoyer je crois leur terrasse au karcher , cela a duré un temps fou, et un autre voisin utilisait un truc bruyant genre scie pour couper sa haie….pour lire tranquille dehors ct pas gagné….. et le soir, comme avant hier se sont amusé à faire tite feu d’artifice…..

    Réponse
    • Ah les maniaques du ménage, ils font durer le plaisir lol Je tente même plus de faire quoique ce soit fenêtre ouverte ou dehors, c’est pas possible. Ou alors lire, mais avec le casque sur les oreilles pour être coupée du monde. Ce que je fais déjà le soir de toute façon (mauvaise habitude prise avec ce foutu ronflement qu’on écoutait à une époque. J’ai l’impression qu’il s’est calmé. Ou je me suis bien habituée).

      Réponse
  6. Hier soir ô miracle j’ai pu dormir dans le calme, car comme le temps s’était rafraîchi, personne ne squattait le petit parc en face de mon immeuble… Donc pas de disputes, discussions animées, rires idiots, musique à fond de toute la nuit ! Pourvu que ça dure…

    Et je précise que mon immeuble est neuf, donc niveau isolation on est censés être au top… Eh ben malgré ça, les bruits de voisinage (qu’il s’agisse des gens de l’immeuble ou de ce qui se passe dans la rue) on les entend plein pot !

    C’est pour ça qu’Angie a raison quand elle dit qu’une île déserte est la seule solution…

    Réponse
    • J’aurais du venir dormir chez toi en fait. Ca tombe bien, la chambre supplémentaire était libre du coup lol Le petit chien a arrêté de japper au retour de ses maitres, à 2h30 environ. J’ai pas dormi avant 3h, puis 6h/6h30 réveillée. J’ai somnolé mais ça repose pas.

      Une ile déserte, des livres, de la musique. Y’a que ça de vrai.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :