Mon cerveau papillonne

Ce soir, j’ai le cerveau qui part dans tous les sens. Il ne se fixe pas sur une idée, sur une activité. C’est le grand n’importe quoi dans ma caboche et je ne sais pas pourquoi.

Même là, j’écris mais je pense à autre chose : à twitter, à lire, à aller sur tel ou tel site, à jouer de la guitare, … Du coup, je pose mon stylo et je papillonne d’une activité à l’autre.

C’est comme si je cherchais quelque chose mais sans savoir quoi et donc où. Comme lorsqu’on va faire des courses et que malgré la liste, on sait qu’on oublie quelque chose d’essentiel. Ou qu’on a un nom, un mot, sur le bout de la langue. On sait que c’est prêt à jaillir mais il y a rétention d’information quelque part.

J’avais envie d’écrire alors j’aurais au moins réussi ça, même si mon texte est court et mauvais. Mais à la base, j’avais une idée d’article tout autre et comme le reste, elle est passée dans la grande lessiveuse qu’est mon cerveau.

Je n’aime pas être comme ça parce que j’ai la sensation d’avoir un million de chose à faire sans arriver à faire quoi que ce soit de productif et d’utile. Ca promet une nuit sympa en général, le cerveau qui ne se met pas sur pause.

Je suis en train de me demander si je vais publier ça ou pas. Au risque de passer pour terriblement dérangée. Ce ne serait pas une donnée totalement nouvelle.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Sweet-Things

     /  29/07/2017

    Tu as bien fait de publier

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  2. brayer

     /  30/07/2017

    Papillons de fleurs en fleurs
    D’amour en amour de coeur
    Ce qui n’ont qu’une etoile
    Ou ceux qui brulent leur voiles

    Serre-moi – Tryo ^^

    J'aime

    Réponse
  3. Merci de l’avoir publié, je me sens moins seule en tant que « dérangée » du ciboulot hihi 😉

    J'aime

    Réponse
    • Oh! ne t’inquiète pas, ça m’arrive régulièrement d’être dans cet état. Juste que là, j’ai eu envie d’écrire, presque compulsivement, à ce moment et c’est tout ce qui est sorti.
      Mais ça m’a fait du bien, je n’ai pas si mal dormi finalement. Peu mais pas si mal. Généralement, je ne dors pas quand mon cerveau mouline comme ça.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :