Dernières réflexions sur le chomage, l’orientation, la recherche d’emploi

Oui, je sais, ce qui faisait la base de ce blog il y a quelques temps est passé un peu en second plan. Pourtant, ce n’est pas parce que je ne pense plus à mon statut de chômeuse et aux moyens de le quitter si possible durablement. Même si je dois avouer que le petit vélo dans ma tête tourne moins, ou en tout cas m’obsède moins (ou c’est juste que j’ai trouvé des sujets plus utiles pour l’occuper, je ne sais pas), il produit toujours sa dose de pensées en tache de fond et que je ne cesse de réfléchir à ma situation.

Je n’ai pas beaucoup évolué dans mon cheminement, je dois l’avouer. Je suis comme tous les donneurs de conseils que l’on croise régulièrement : je ressasse les mêmes options sans aboutir à une solution satisfaisante. Je n’ai pas l’expérience pro requise ni même le bon diplôme pour accéder aux offres qui pourraient me plaire (quoique en ce moment ce serait plutôt : mais quelles offres ? Où sont elles ? Et oui, on est en juillet et déjà depuis juin, ça ralenti sur les offres auxquelles je pouvais répondre).
Et encore, est-ce que ces jobs me plairaient vraiment ? Je n’en suis pas si sure. Je m’étais orientée vers l’administratif un peu par dépit, parce que c’était le moins pire. Mais si mon avenir là dedans est de trouver des boulots de remplacement de un mois, où on me prend pour cruche et où on me prend pour le larbin de service qui doit stopper toutes taches en court pour répondre aux besoins des petits chefs du service (parce qu’ils ont décidé que ranger tel document était plus important alors que finalement les dossiers ne sont plus là mais envoyés aux archives, qu’assembler des cartons est d’une urgence absolue et j’en passe), je ne suis pas sure que ce soit le bon plan Z dixième du nom (oui, j’en suis là dans mon décompte des plans qui ont foiré).

Mais alors quoi ? Avant de devenir écrivain à succès (quand ma créativité supposée se sera libérée que que je pourrais écrire plus de 20 pages d’une même histoire sans perdre le fil de mes idées), il va bien me falloir un vrai taf qui me permette enfin de vivre !
Le commerce, le contact avec les gens, tout ce qui a lien de plus ou moins loin avec le médical/paramédical, la restauration, les travaux manuels, … et tant d’autres choses ne sont pas pour moi non plus. Je peux aller faire bruler un cierge pour gagner au Loto, mais je ne suis pas sure que ça suffise pour faire partie des grand chanceux qui gagnent des millions. Dommage, parce que se poser sur une petite plage pas trop fréquentée avec une bonne pile de livres à lire, un lecteur MP3 bien chargé et de quoi se sustenter un peu, c’est le métier de rêve.

Et quand bien même, j’aurais la bonne idée là, maintenant ,tout de suite, est-ce que je pourrais financer ce projet si il nécessite une formation par exemple ? Non, et Pole Emploi n’a que peu de formation en réserve et sur des secteurs bien précis. Sans compter que je serais encore débutante dans le domaine et que les employeurs, ça n’aime pas ça les débutantes. Surtout avec un CV ultra vide comme le mien.

Si j’étais sure de tomber sur un prestataire de qualité, je demanderais à mon conseiller Pole Emploi de me diriger vers un bilan ou quelque soit la manière dont ils appellent ça maintenant. Mais les bilans de ce type, on sait ce que ça donne. J’en ai fait et ça ne mène pas à grand chose. Si il s’agit de faire quelques tests d’orientation, je peux faire ça de chez moi, sur Internet et plutôt que d’y passer 1h par semaine sur trois mois, je fais ça en 30 minutes grand maximum.

D’autant plus que pour moi, un emploi, même si ça reste en première chose un moyen de gagner de l’argent, s’inscrit aussi dans un projet de vie plus globale. Je ne conçois pouvoir être heureuse de façon générale si je rumine 7h par jour dans un emploi qui ne me convient pas et qui me mine. Alors je vois les choses comme ça peut-être parce que ma vie perso est un néant sans nom mais je pense que même avec une vie perso épanouie, il en serait de même.
Supporter un taf qui ne nous convient pas, ça va sur une courte durée, quelques mois. Je sais que beaucoup de personnes supportent cela beaucoup plus longtemps. Je n’ai pas leur courage et par certains cotés, je le regrette. J’aimerais être moins lâche, moins difficile. Ca me simplifierais surement la vie. Mais je suis comme je suis, je peux faire des efforts sur certains point surement mais je ne peux pas me renier.

Je suis donc à bout d’idée pour revoir ma manière de voir les choses. Je n’ai plus de pistes à explorer. Je ne sais plus où me diriger. Voilà où aboutissent mes réflexions. Je tourne en rond.

Publicités
Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. Sweet-Things

     /  15/07/2017

    Coucou la belle,
    tu parles un petit peu de ce que tu ne veux plus faire, mais pour le reste, ton rêve, faire un taf qui te plaît dans un domaine qui te plaît, si tu devais le décrire en 20 mots ce taf, ce serait quoi ?

    J'aime

    Réponse
    • C’est une excellente question à laquelle je ne sais pas répondre à l’heure actuelle. Ca doit être un peu la cause de mes blocages pour trouver de nouvelles idées de carrière ^^
      Je crois que, comme je le fais actuellement sur un plan plus personnel, il va falloir que j’entreprenne de détruire les barrages que je me suis mise à force d’entendre dire et de me dire à moi-même « non, ça c’est pas possible », « ça, je peux pas », « ça, ce n’est pas pour moi ». Et faire le tri ensuite entre ce que je veux, ce que je peux et ce qui est réalisable. Mais sachant que ce qui est réalisable sera très restreint, voir inexistant, ça me désespère d’avance.

      J'aime

      Réponse
      • Sweet-Things

         /  15/07/2017

        On trouve toujours comment se motiver pour ce qui nous intéresse…
        Trouve ce qui t’intéresse et puis le reste suivra plus facilement..
        Dans tes meeting pole emploi, pas de retour intéressant sur ton profil ?

        J'aime

        Réponse
        • Dans ma courte expérience pro, le seul truc qui ne m’a pas rebuté aura été de bosser sur ordi. C’était de la saisie, c’était pas supra folichon, mais je savais ce que j’avais à faire donc tant qu’on ne venait pas me dire d’aller faire une autre tache à la con à la place, j’étais bien sur mon ordi à faire ce que j’avais à faire.

          Dans ma vie perso, ce que je fais n’est pas vraiment transposable en compétences pro. J’aime lire, j’aime écouter de la musique, j’aime apprendre à en jouer (même si je fais plus du bruit que de la musique), j’aime écrire quand une idée me vient, j’aime écrire parfois, quand une idée me vient. j’aime faire ce que j’aime (c’est d’une logique imparable).

          Peu de retour après les entretiens de façon générale. Les réponses négatives sont des lettres types le plus souvent. Je sais que je fais trop réservée en entretien pour les postes d’accueil, en contact avec le public (et pour être honnête, je suis pas sure que sur du long terme ce serait des emplois que j’arriverais à gérer), ce qui bloquent le plus souvent est l’absence d’expérience pro (contrairement aux idées reçues, les petits taf, ça compte pas). Le retour le plus détaillé que j’ai pu avoir, c’est suite à l’entretien d’embauche que j’avais eu à Pole Emploi, j’en parlais un peu ici : https://avisdunechomeuse.wordpress.com/2017/06/04/peut-on-tout-soigner-doit-on-tout-soigner/
          Mon conseiller n’est pas d’une grande aide.

          J'aime

          Réponse
  2. weygand

     /  15/07/2017

    Le problème dans cette société, c’est que même pour un taf pourris, il faut aujourd’hui des relations. expérience ? pipo , diplôme ? pipo car il passera toujours après le fils de, l’ami de, la copine de… Il faut juste connaître la bonne personne qui donnera le travail au bon moment . Dans une société individualiste il est donc de plus en plus dur de trouver un véritable travail .

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  3. Je suis assez d’accord avec le commentaire d’avant: si tu veux un taff en ce moment, il faut des relations… Ou une sacré motivation pour le créer ou un coup de chance.

    Aimé par 1 personne

    Réponse
    • Ben va quand même falloir que je me débrouille sans relation et sans chance. J’ai toujours pas gagné au Loto.

      J'aime

      Réponse
      • Comme dirai Goldman: « Il faudra que tu apprennes
        A perdre, à encaisser
        Tout ce que le sort ne t’a pas donné
        Tu le prendras toi-même
        Oh, rien ne sera jamais facile
        Il y aura des moments maudits
        Oui, mais chaque victoire ne sera que la tienne
        Et toi seule en sauras le prix »

        Aimé par 1 personne

        Réponse
  4. Oui c’est hyper important un taff et ça devrait faire partie d’un tout logique, cohérent et épanouissant pour tou(te)s. Pôle Emploi (Onem en Belgique) ça me fait doucement rigoler – ou plutôt hurler de désespoir – car c’est vraiment de la traite de bestiaux pour savoir dans quel box nous ranger pour partir à l’abattoir 😉 [Une intermittente qui a pas mal galéré avec ses conseillers, et continue à s’interroger sur sa propre mission de vie ^^]

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  5. Courage ! Il faut du temps, de l’introspection et de la persévérance pour trouver ce qui nous épanouit et qui nous convient vraiment dans la vie…

    Aimé par 1 personne

    Réponse
    • Merci ^^ J’ai l’impression que je ne trouverais jamais. Je suis un peu découragée, démotivée.

      J'aime

      Réponse
      • Concentre-toi sur ce que tu aimes faire dans la vie, et commence ta réflexion à partir de là, pour construire peut-être un nouveau projet professionnel… je sais que ce n’est pas évident, c’est même très déstabilisant, mais il faut croire en soi 🙂

        Aimé par 1 personne

        Réponse
        • C’est ce qu’il me faudrait un nouveau projet pro. Mais j’avoue que je ne sais pas trop bien où commencer cette quête là. Ce que j’aime faire chaque jour ne me semble pas vraiment transposable dans un projet pro.
          Mais bon, j’espère que ça va venir un jour, à force de me gratter le cerveau en profondeur.

          Aimé par 1 personne

          Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :