Est ce que c’est ça vivre?

Il y a peu, j’ai eu un repas de famille. Je suis jamais fana de ce type d’évènement mais là, c’était pas avec la partie la plus chiant de la famille donc j’y suis allée plutôt sereine. Ces personnes là ne font en générale pas chier, posent pas trop de questions. Bref. Sachant que je ne parlerais cela dit que peu, je me suis quand même fait une occupation de sécurité en chargeant ma lecture en cours sur mon téléphone (oui, j’ai pensé emmener ma liseuse mais je me suis dit que c’était abusé quand même).

Et j’ai lutté pour ne pas l’utiliser ce téléphone, beaucoup. Mais très vite, les conversations des gens ont tourné autour de leur taf ou de commérages sur machine qui est enceinte, truc qui bosse pas bien, … Bref, le genre de conversation qui m’insupporte.

Je veux dire, le taf est chiant ok. Donc une fois qu’on en est parti, autant ne plus en parler non ? Y’a des discussions plus intéressantes je crois ? Je sais pas moi, il me semble pourtant. Pourquoi s’amuser à cancaner sur untel ou unetelle ? Sérieux, on a pas assez de notre propre vie à gérer, faut aussi tout savoir en détail sur celle des voisins ?
Je n’ai pas écouter une bride de conversation sur des loisirs, ds passe-temps, des sorties. Ah, si, vaguement et très rapidement sur les vacances de quelques mais ce fut pour se plaindre aussi.

Passe-t-on constamment notre temps à raler ? C’est génétique ? Culturel ? Une croyance profonde que de toute façon la vie est pourrie et que rien ne peut la rendre un peu plus douce ?
J’aurais aimé avoir quelqu’un avec qui parler lecture ou musique ou autre chose de ce type (je ne suis pas cinéphile et plus trop série non plus, mais je m’adapte). Du coup, j’ai utilisé mon téléphone plus que je ne le pensais et j’ai lu un peu distraitement deux chapitres de mon ebook. Et j’ai regretté de ne pas avoir pris ma liseuse.

Les gens se plaignent du travail, attendent les vacances avec impatience. Une fois en vacances, ils s’ennuient et ne profitent pas non plus. Du coup, ils se disent « vivement la retraite » et y’a des retraités de peur de s’encrouter, qui préfèrent continuer à bosser. Pensent ils à profiter de la vie ? J’ai conscience qu’il faut de l’argent pour ça, mais on peut aussi se faire plaisir avec peur d’argent. On peut rêver de vacances à l’autre bout du monde, d’une ile paradisiaque tout ça mais si on sait qu’on ne peut pas se l’offrir, c’est générer de la frustration pour rien alors qu’il y a des petits actes du quotidien qui peuvent être de vrais instants d’évasion.

Il y a une vie en dehors du travail. Il y a la possibilité d’être un individu vu autrement que par la fonction professionnelle qu’il a. On a le droit de se voir autrement, d’autant plus quand on n’est pas passionné par le taf que l’on fait.
Non, les gens parlent boulot, cancanent sur les autres, parlent éventuellement d’un repas qu’ils ont fait mais comme ils y ont appris des ragots, on en revient vite à la même activité. C’est vraiment pas épanouissant.

Je me suis vraiment senti vilain petit canard à tenter de me couper de ce flot de paroles qui me paraissaient futiles, inutiles, superficielles. Je suis peut-être prétentieuse, je ne sais pas. Je ne suis pas cultivée pourtant, je ne fais pas grand chose mais je préférerais parler de bien des choses autres que le mois de grossesse de machine. Je me sentais finalement mieux au concert de musique classique il y a quelques semaines. J’étais habitée par la musique, je n’étais pas si seule que ça en fait. Mais ce type de repas me fait sentir seule et me fait me demander si je pourrais un jour avoir des compagnons de table qui me font passer une agréable soirée et oublier mon téléphone.

Publicités
Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. Je fuis les repas de famille depuis que ma mère n’est plus en mesure de m’y obliger et ce n’est pas plus mal… je ne vois pas l’intérêt de se forcer à avoir des interactions sociales non désirées. Les repas de famille c’est toujours les mêmes questions (alors que les gens s’en battent les ovaires des réponses), les mêmes médisances inutiles… bouh !
    Tu as déjà essayé de leur parler d’autre chose ou de leur dire que tu en avais marre de ça ? Ou de ne plus te forcer à aller à ce genre de repas ?

    J'aime

    Réponse
    • Je me vois mal leur parler de mes lectures ou de mon apprentissage de la guitare ou de ce genre de choses. Pour le coup, c’est eux qui en auront rien à battre. Je vois comment ma mère réagit quand je tente de lui en parler. Elle s’en fout totalement. Par contre, elle peut parler de trucs à la con durant des heures! « Et machine elle a fait ça ». « Oui, c’est qui machine ». « Quelqu’un, tu connais pas ». « Oui, donc je m’en fout de sa vie en fait et si je la connaissais je m’en foutrais aussi en fait de sa vie ».

      J’en ai pas tant que ça, pour Noel en général, y’a un peu moins de monde et les discussions sont un peu moins pénibles.

      Aimé par 1 personne

      Réponse
  2. Sweet-Things

     /  25/06/2017

    Coucou, je trouve que c’est facile de parler du boulot, des commérages ou du beau temps.
    Tous le. Monde peut suivre, comprendre et participez
    Mais du coup s’est effectivement très superficiel

    J'aime

    Réponse
    • Je ne suis pas, je ne connais pas la moitié des gens de qui ils parlent (et limite je m’en tape), boulot j’en ai pas et si c’est pour parler recherche d’emploi et avoir les mêmes conseils à la con que tout le monde fait en général, aucun intérêt.

      Aimé par 1 personne

      Réponse
      • Sweet-Things

         /  25/06/2017

        Je te comprends
        Mais parler de ce que l’on a ressenti en lisant un livre semble être difficile pour beaucoup, surtout ceux qui ne lisent pas 😉
        J’ai parois le même souci, et je me suis acheté des masques…
        Par exemple lorsqu’il y a plein de monde je mets mon masque de serveur, je fais passer les plats, fais quelques blagues à deux balles et je suis tranquille… Pas de discussions à la noix
        Et en plus tout le monde me dit qu’il est serviable !

        J'aime

        Réponse
        • Moi c’est le masque de la transparence. Je file dans mon monde. Là pour le coup, je me suis évadée avec mon portable (c’est pratique ces petites choses aux multiples fonctions en fait ^^).

          Oui, je conçois que parler lecture pour quelqu’un qui ne lis pas c’est compliqué. Mais j’ai du mal à en trouver des gens qui lisent autour de moi. Mais bon sang, où sont les lecteurs du coin!? Je vais devoir suivre ton conseil et organiser une sortie bibliothèque sur On va sortir lol (ne me dis pas de le faire pour de vrai, j’en suis incapable pour le moment lol)

          Aimé par 1 personne

          Réponse
  3. C’est vrai qu’on ne se rend pas toujours compte, mais on parle souvent de son travail et des gens de notre quotidien. Mais après, si tu souhaites parler littérature, ce n’est pas dans un repas de famille que c’est le mieux.
    Et toi, as-tu déjà lancé une discussion sur le dernier film que t’as vu, ou sur tes lectures ?
    Mais perso, je n’aime pas les repas de famille. Tu passes pour un je m’enfoutiste si tu ne poses pas les bonnes questions qui montre que tu t’intéresses à ta famille. Mais il ne faut pas trop donner son avis, surtout si tu n’es pas d’accord, sinon tu passes pour une emmerdeuse, voir pas beaucoup mieux.
    Non; ce n’est pas ça vivre. A toi de rendre ta vie plus intéressante Et t’aller le moins possible faire des repas de famille.

    J'aime

    Réponse
  4. alors là je suis tout à fait d’accord avec toi! Je n’ai rien contre ma famille, je les aime beaucoup mais bon quand on commence à parler de intel qui a eu son diplôme, machin truc qui pense déjà au déco de noel en juin ect…Très peu pour moi! Quand c’est comme ça on va toute suite me dire que je suis dans la Lune, parce que c’est vrai, je me coupe de la discussion et je pense à autre chose. Ok c’est pas super respectieux…
    Et encore c’est sans aborder les discussion polémiques, quand tu as un avis et que toute la tablée est contre toi, tu pas pour le marginal parce que t’es jeune tu comprend rien à la vie nianiania (par exemple quand toi tu parle de progrès et que les gens autour on des idées… arriérée si je puis dire…)
    Et aussi les questions indiscrètes/insistantes quand les sujets de conversations sont épuisés et l’on se tourne vers l’ado pour qu’elle évite un silence pesant (tellement agréable le role de plante verte bouche trou) Tu veux faire quoi plus tard? Ché pas j’ai pas d’idée (enfin si je veux devenir artiste mais comme pour toi artiste=flemmard=nefaitriendesavie)
    Là encore c’est pas le pire, j’ai pas encore eu droit au « tu n’as toujours pas de petit copain » (juste pour voir leur tête j’aurais envie d’inventer : non j’ai une copine!) mais enfin bon c’est indiscret quoi!
    Voilà c’est pas un tableau super réjouissant, j’espère que je ne t’ai pas dérangée avec mon blabla grogon xD
    Enfin tout n’est pas mauvais non plus, il y a des repas de famille ou l’on se retrouve calmement, tous ce pas bien et on profite d’être tous ensemble… Des moments rares mais bien appréciables 🙂

    Bonne journée Angie! Bisous

    J'aime

    Réponse
    • Tout n’est pas mauvais en effet. Par exemple, ce repas, les discussions ne m’ont pas intéressé mais l’ambiance était très bonne, les gens était contente d’être là, ensemble. Même si j’étais un peu dans mon « coin », dans mon monde, j’ai ri aussi.
      Je l’ai dis dans l’article je crois, ce ne sont vraiment pas les pires personnes avec qui faire un repas de famille, c’est juste moi qui colle pas avec les sujets de discussions jugés normaux par la plupart.

      Ah, quand on est ado, les questions sur la vie sentimentale. Une horreur, j’en frémis encore. Une intrusion dans l’intimité pour moi. Ca ne regarde personne. Quand on est adulte et en couple, c’est « pour quand le bébé? ». Ce besoin toujours de s’immiscer dans la vie privé et intime des autres.

      Aimé par 1 personne

      Réponse
  5. White

     /  25/06/2017

    Je parlais avec une connaissance aujourd’hui, elle m’a parlé en détail de son taf, comme si ça lui donnait un peu d’importance. Je ne pouvais pas lui parler d’un travail que je n’ai pas. J’aurais pu lui parler de jardinage (elle déteste), de livres (elle ne lit pas de livres).

    Pour tes sorties lecture, regarde sur les sites ou fac****k des biblio/médiathèques par chez toi. Parfois elles organisent des rencontres/soirées/apéro littéraires où tu peux parler de tes lectures.

    J'aime

    Réponse
    • Je ne suis pas sure que mes lectures correspondent à ce type d’évènements. Je ne lis pas de la grande littérature. je vais regarder, on sait jamais. Ici y’aura rien à moins de 30 km par contre.

      J'aime

      Réponse
  6. Pas bête l’idée de White, je verrais trop Angie dans une soirée littéraire, dans un café lecture… Yen a pas vers chez toi ?

    Sinon un club de lecture, bon c’est vrai que l’image qu’on a souvent de ce genre de clubs, c’est un groupe de mères au foyer qui s’ennuient, mais c’est peut-être pas le cas partout… 😉

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :