Travail : bonheur et liberté?

Il y a environ dix jours, je suis tombée sur la rediff de Radio Brunet durant une nuit d’insomnie. Je ne me souviens pas de ce qui a été dit, je ne sais pas si le replay est encore dispo, bref, peu importe. Dans son Brunetmétrie, Brunet invitait à voter sur cette affirmation: «J’en ai marre du discours sur la souffrance au travail. Pour moi le travail, c’est la liberté et le bonheur.» On pouvait trouver un sondage aussi sur son fil Twitter, j’ai fait une petite capture, assez rassurante au niveau du résultat. Enfin, rassurante, ce n’est pas le terme, on va dire plus proche de la réalité d’une grande partie des travailleurs français.

Dans l’idéal, je voudrais être d’accord avec Mr Brunet. J’aimerais que le travail soit synonyme de bien-être, de bonheur, qu’on s’y sente bien. Je pense qu’en société auto-proclamée évoluée, c’est vers cela que l’on devrait tendre, en effet. On devrait combattre la souffrance, où qu’elle se trouve et donc au travail aussi. Mais dans les faits, le monde du travail, c’est pas les bisounours. N’en déplaise à Eric Brunet.

On peut trouver en son travail une source de liberté et de bonheur quand celui-ci nous plait, quand il nous correspond. Mais de combien de personne est-ce le cas aujourd’hui? Ou encore, si on est assez bien rémunéré pour que ce soit une source de liberté financière, qu’on n’aie pas de question à se poser en fin de mois sur l’état de son compte en banque. Mais là encore, combien de personne ont cette liberté?

Peut être que lorsqu’on est chroniqueur sur une grande radio nationale et que son travail est de préparer une émission qui nous plait, sur des thèmes que l’on aime, qu’on a la liberté plus ou moins relative de mener son émission comme on le veut, peut-être que oui, là, le travail peut-être source de bonheur et de liberté. Pas de soucis, c’est très bien, j’en suis ravie pour Eric Brunet si c’est le cas.
C’est un peu plus compliqué d’avoir ce même constat quand on enchaine les emplois subis, peu épanouissants, payés au minimum légal et qu’on peine à finir ses fins de mois.

Ce Brunetmétrie m’a terriblement agacé. Heureusement, les réactions que j’ai pu entendre et lire (sur Twitter) semblent fortement remettre les choses dans la réalité subie par un grand nombre de personnes.

Nous voulons bien que le travail soit source de bonheur et de liberté mais dans ce cas, il va falloir faire évoluer le marché de l’emploi dans le bon sens et ce n’est pas ce qui se passe actuellement. On stigmatise les demandeurs d’emploi, on veut nous coller n’importe où, même sur des offres à 3H/semaine, on met de plus en plus de pression sur les salariés pour qu’ils fassent plus en moins de temps et avec moins de moyens. Les gens semblent avoir de plus en plus de mal à s’en sortir mais son de plus en plus sollicité à consommer. Voilà comment on voit les individus: des outils de travail et des consommateurs. Où est l’épanouissement ici? Ou est la liberté?

Donc, non, Monsieur Brunet, dans le monde que vous défendez, le travail ne peut pas être synonyme de bonheur et de liberté et si on parle de plus en plus de souffrance au travail, c’est peut être parce qu’elle est de plus en plus répandue. Tout simplement.

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Absolument d’accord avec ce que tu avances ! J’ai 27ans et pourtant deja épuisée par mon travail… Pour cause, j’ai décidé de prendre une année sabatique (oui déja) pour me remettre de ma dernière expérience (qui m’avait vallut deux semaines d’exiles pour échapper aux menaces sur mon lieu de travail), et surtout pour prendre du temps pour moi et mon bonheur. Depuis … Quel bonheur ! Enfin libre de mes mouvements, de mon emploi du temps, de mes envies, de ma vie ! Résultat, j’ai pu voyager a bien des endroits et je prévois de remettre ca sur le long terme en fin d’année. Tout quitter pour recommencer sous un autre spectre où le travail n’est plus nécessité et contrainte, mais où il devient opportunité de rencontre et plaisir de renouveau. Je te rejoins quand tu parles de refonte du systeme de travail, où le travailleur ne serait plus seulement percu comme consommateur et outil mais comme plus value et comme puits de savoir faire et connaissance… Bref on est encore loin mais beaucoup de choses se font, le fameux « alternatif » (pour nous Francais quand ailleurs c’est deja du commun). Gardons espoir et préservons nous aussi.
    Au plaisir 😉

    J'aime

    Réponse
    • Merci pour ce commentaire.
      Oui, dans tous ce négatif, on peut souligner que des initiatives positives voient de plus en plus le jour et remettent l’humain au centre des choses ainsi que le respect de l’environnement. C’est encore rare (ou peu médiatisé, il ne faudrait pas trop ébranler le système si favorable à certains) mais ça arrive.
      Je te souhaite de beaux voyages et de t’épanouir dans tous les domaines de ta vie.

      Aimé par 1 personne

      Réponse
  2. White

     /  25/05/2017

    Tant mieux pour lui si ce monsieur fait le métier qu’il aime avec un super salaire certainement. Mais ce n’est pas le cas de beaucoup de travailleurs. Où est le bonheur de faire 10 000 fois le même geste par jour, ou devoir faire 3 h de transports en commun par jour?
    Un article parlait d’un employeur regrettant de ne pas trouver d’employés qualifiés, mais il ne payait que quelques centimes au dessus du smic…
    Moi non plus, je n’en peux plus des petits jobs. On ne se fait pas un avenir avec ça.

    J'aime

    Réponse
  3. Il faudrait qu’il aille tester un peu les boulots qu’on a en bas… Il verra si passer 10h le cul sur une chaise devant un pc en se faisant insulter au téléphone par les clients et hurler dessus par les sup c’est du bonheur…
    Le bonheur c’est de se lever sans avoir la boule au ventre, d’aller bosser avec le sourire, et de se dire qu’on fait le plus beau métier du monde. Oui ça c’est le bonheur. Vivre de ce qu’on aime c’est le top et c’est pas donné à tout le monde.

    J'aime

    Réponse
  4. Sweet-Things

     /  14/06/2017

    On devrait tendre vers cela mais les logiques économiques cherchent plutôt des machines que des individus rayonnants.

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :