Etats d'âme·Ma vie de chomeuse

Bilan suite mes derniers entretiens

Ces dernières semaines, j’ai eu quelques entretiens. Il y avait des offres en administratif, du coup, j’ai eu quelques retours. Voilà, plutôt positif au final. Mais, comme je l’exprime ces derniers temps sur ce blog, j’ai changé, j’ai évolué, même si c’est imperceptible pour beaucoup, moi je le ressens. Et cette évolution a forcément un impact sur ma manière d’aborder les entretiens. J’en avais déjà un peu parlé je crois.

J’avais déjà du mal à jouer un rôle avant. Vous savez le rôle de la candidate supra motivée pour le poste, qui en a rêvé limite toute ça vie et tout ça. J’y arrivais déjà peu avant, c’est pas dans ma nature de base mais depuis quelques mois ça n’est encore plus difficile. Dire que ci ou ça ne me dérange pas sur un poste, je ne peux plus. Alors forcément, ça me grille d’office, mais j’arrive pas à être juste la gentille candidate toute lisse que l’on veut. Oh ! Lisse, je le parais surement de l’extérieur. Comme pour beaucoup, c’est dedans que ça s’agite. Mais j’arrive plus à donner l’apparence que justement ça ne s’agite pas trop dedans.

Vu mon CV, les postes auxquels je peux postuler sont des postes de bases dans lesquels il y a très souvent de l’accueil à réaliser. Avant, j’arrivais à me la jouer que ça ne me dérange pas. Maintenant je n’y arrive plus. C’est un fait, faire l’accueil me ferait chier. Je l’ai fait un mois en cabinet dentaire et c’était déjà chiant alors accueillir des personnes en difficulté, peut être souvent énervées, agressives dans un Pole Emploi ou un centre social, ben je sais que je ne pourrais pas. Sauf que des postes où on ne fait plus que du back office, ben, c’est rare. Surtout à mon niveau. Donc quoi ?

Lors de mon dernier entretien, la recruteuse m’a parlé formation. On peut se former à l’accueil. Oui, on peut apprendre des techniques en effet. M’enfin, si de nature on est pas trop à l’aise avec les gens (et les gens bourrés puisqu’il était question de ça ici), ben on peut se former, ça ne changera pas grand chose.
J’ai changé, j’ai évolué, mais j’ai pas changé ce que je suis : une nana plutôt réservée, qui observe plus qu’elle n’agit, qui a du mal à avoir de la répartie et qui est terriblement peureuse. J’aimerais être autrement, ma vie serait surement plus facile, ça cogiterait surement moins là haut dans ma caboche mais voilà, je suis comme je suis.

Du coup, il faudrait vraiment que j’arrive à me repositionner en terme de recherche d’emploi, savoir où je peux aller et où je veux aller (même si le but ultime est de devenir riche sans rien faire, s’exiler dans un coin quasi désertique avec une bonne pile de livres, une guitare, un ukulélé et de vivre sans emmerdes. Si le prince charmant veut me rejoindre, il est le bienvenu). Parce qu’au final, on va finir par me dire que je ne cherche pas vraiment de taf à être si peu encline à défendre ma place en entretien. Mais je n’ai jamais su. Et comme je suis en phase de recherche de moi-même, faut que je me trouve aussi sur le plan professionnel (tout en sachant que je ne pourrais jamais exercer les métiers qui m’auraient profondément motivés).

Je ne sais pas trop comment y parvenir. Je pourrais demander une prestation à mon conseiller PE, qui serait ravi, j’en suis sure, de me caler chez un de leur partenaire pour un petit Activ’emploi ou Activ’projet ou une merde du genre. Mais j’ai peu fois en ces prestations.
Seule, je tourne en rond. Je suis perdue, je ne sais plus comment faire pour avancer un peu sur le plan professionnel. Sur le plan perso, c’est pas ça non plus, mais bref ça le monde s’en fout. Ce qui les intéresse tous, c’est qu’on trouve un foutu job, pas qu’on soit bien dans nos baskets.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Bilan suite mes derniers entretiens »

  1. Je t’avoue que je me suis grillée plus d’une fois en entretien aussi en ne cachant pas que l’accueil, le standard téléphonique, bref tout ce qui est en contact avec des êtres humains m’angoisse, me fait chier. Je préfère bosser seule.
    Cependant je reste profondément persuadée qu’on peut trouver quand même en étant franc du collier à ce niveau : on m’a déjà dit que c’était préférable de le dire maintenant, pour adapter le truc, plutôt que de le découvrir après la période d’essai.
    C’est à toi de poser des limites dès le début : oui tu vas passer à côté de certains postes, mais si c’est pour finir en burn-out parce que c’est au delà de tes limites tu ne perds pas grand chose.
    Le facteur humain est devenu quantité négligeable dans le monde du travail, plus personne n’ose poser de conditions, autant être des pionniers et ne pas hésiter, on a pas grand chose à perdre ^^

    1. Après je dis ça mais j’ose encore peu parler de mon endométriose en entretien -_-
      Faut dire aussi que la MDPH ne la reconnaît pas comme handicap donc dur de poser ses conditions ^^’

      1. C’est des hommes qui décident de ça à la MDPH je suis sure. Je te leur collerais des règles douloureuses, ils verraient déjà. Quand j’ai mal au début et que ça m’épuise déjà comme pas possible, je me dis qu’avec ton endométriose, tu as mille fois pire à supporter.

        Oui, mais j’ose pas poser les limites. Chaque fois que j’ai voulu le faire, j’ai eu l’impression d’être la nana qui abusait. Quel que soit le domaine, pro ou perso. J’ai toujours l’impression d’être quantité négligeable, trop sensible, trop peureuse, trop regardante, trop paresseuse, trop pas comme il faut. On ne m’a jamais dit que j’étais bien dans un domaine ou un autre parce que de toute façon les domaines qui m’intéressent ne sont pas ceux dans lesquels je cherche du taf et ceux que la société valorise.

        En gros, j’ai pas l’impression d’avoir eu une vie qui m’a aidé à être moi vu que j’ai écarté les choix que les autres auraient voulu que je fasse. Et j’ai 36 ans merde, c’est pour ainsi dire foutu pour moi. Je voudrais avoir pris conscience de tout ça il y a 10 ans. Il y avait une début de prise de conscience à l’époque, mais tellement léger. Il m’a fallu tellement de temps pour cheminer. Et j’ai pas bien avancé encore en plus.

      2. Oui c’est un homme qui décide, le médecin du 78 est bien un homme, qui m’a d’ailleurs déjà dit la dernière fois que l’endométriose n’était pas reconnue comme une maladie (alors que si) et que c’était « comme la fibromyalgie, dans la tête ». Bref, ça promet.
        36 ans ça va tu n’es pas une mamie non plus. Au contraire, ton âge te permet de t’imposer sans passer pour une gamine capricieuse 🙂 et surtout comme je te dis, si les gens s’oublient pour le travail, rien ne changera jamais. On ne peut pas compter sur les politiques, juste sur nous, pour faire changer les choses et évoluer les recruteurs.

      3. Sa connerie c’est dans la tête aussi, ça la rend pas moins réelle.

        Mon age me permettrait de m’imposer si j’avais une expérience pro, mais la, je fais juste la difficile qui veut pas bosser aux yeux des gens. Tu sais bien comment c’est, faudrait tout accepter, pas d’état d’ame, pas d’envie, pas de revendications.

      4. Je suis pas sure qu’on arrive à faire changer les choses nous-même. Il faudrait une prise de conscience à plus grande échelle.

  2. exactement le même problème, pour l’accueil/standard, a la limite a petite dose mais pas plus, déjà je suis pas un pro en entretien souvent pas à l’aise; donc pour des jobs en grande partie accueil, jamais retenue, mais bon le résultat est tout aussi négatif, pour les postes avec compta/commercial etcc , donc vachement limité comme marge de manoeuvre. Vraiment dur dur de trouver sa place en administratif. Je confirme bien qu’ Activ Emploi, comme les prestations qui existaient avant, ne sert strictement à rien lol ….. pour l’âge , je suis plus âgée que toi, mais vu mon CV; on dirait que j’ai débuté ya pas longtemps, donc autant dire que cela n’arrange rien.

    1. Non mais c’est ça : soit faut être apte à faire accueil/standard, soit faut avoir une compétence particulière en administratif : compta, RH, … L’accueil à petite dose aussi mais en générale quand on fait l’accueil, c’est une tache principale que laquelle vient se greffer d’autres taches plus ou moins intéressantes. Ca c’est l’autre truc que je détesté : faire un truc et de voir être interrompu toutes les 3 secondes pour faire l’accueil.
      Je suis pas une commerciale, pas une comptable non plus, …
      Sur mon Cv, j’ai viré tout ce qui est avant 2009. Ca bloque aussi, parce que ça fait une grosse période où y’a rien. Mais bon, mettre le ménage et le recensement, c’est pas folichon non plus.

  3. Je suis tellement comme toi, exactement la même situation. C’est très rassurant pour moi de lire ton article. Je me sens moins seule. Les autres ne nous connaisse pas forcément. L’accueil c’est pas pour tous le monde …
    Je veut un taf a faire des dossiers dans mon coin. Ça ça serait top.

      1. cela existe un peu pour des tafs précaires courts, dans les CAF, CPAM, URSSAFF etccc mais bon c’est quasi que des CDD très courts sans avenir pour ce genre de boulot  » tranquille dans son coin », pour les CDI en général, les personnes sont obligées de faire de l’accueil /tel, ma mère a travaillé à la CAF et cela donne pas envie lol

      2. Oui pour les taf précaires. Mais bon bien que ce soit en retrait du public, on n’y fait rien de bien folichon non plus. De l’archivage, ce type de taches. C’est pas super épanouissant sur du long terme non plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s