Etats d'âme

Le burn-out du demandeur d’emploi

Le titre est un peu provocateur car beaucoup vont se dire : comment un chômeur peut il être en burn-out ? Soit, je conçois. Je reformule donc : a-t-on le droit, lorsque l’on est demandeur d’emploi, d’en avoir tout simplement marre, d’être à bout, de trouver que tout cette connerie de recherche d’emploi est absurde, inutile, vaine et peu satisfaisante ? A-t-on le droit de dire stop ?

Je pense qu’on en a le droit, on a le droit de le ressentir mais pas forcément de l’exprimer dans la société actuelle qui ne voit les individus que par leurs statuts sociaux, leurs emplois. Et pourtant, comme un salarié qui en aurait marre de son emploi parce que les taches sont répétitives, peu valorisantes, qu’il n’y a aucun épanouissement dans son travail, le demandeur d’emploi peut trouver sa recherche répétitive, peut encourageante, se lasser de consulter les mêmes sites, recevoir les mêmes réponses, … bref, on est presque plus dans du bore out que du burn out en fait.

Le sentiment n’est pas nouveau, je l’ai déjà éprouvé, comme toute personne. Je ne me prend pas pour un cas unique. Mais j’avoue que depuis environ un mois, il s’intensifie. Je vais de stress en stress, des petites fatigues que je n’arrive pas à vraiment calmer, l’envie de pouvoir faire autre chose, de me dessiner un vrai avenir avec une recherche d’emploi qui me correspond plus sans parvenir à savoir quel chemin prendre. J’ai envie de faire une pause mais ne sais pas comme la rendre productive pour repartir du bon pied. Ou alors j’ai envie d’hiberner carrément.

Je ressens tout ça parce que mon corps réagit à ces stress successifs, ces « angoisses », cette mini pression que je me met, ces hésitations, ces peurs et ces questionnements qui me traversent. Ca c’était calmé mais ça revient en force (c’est là que je me dis que l’époque où je faisais un peu de relaxation m’a quand même apporté pas mal mais que les effets s’estompent peu à peu). Les rougeurs reviennent plus facilement (puis c’est tellement sexy d’avoir le visage plein de plaques rouges que ça aide à la détente), une certaine fatigue morale qui pèse u peu physiquement, bref, des petites choses sans importance (je l’espère) que je n’avais plus ou moins ces dernières années et qui se repointent plus régulièrement.

Mais a-t-on le droit de dire stop quand on est au chômage ? A-t-on le droit d’avoir des états d’âme ? Je parle des personnes en recherche d’emploi mais en fait pour les personnes en poste, ce n’est pas vraiment mieux. On pourrait élargir le débat sur toute la population. A-t-on aujourd’hui le droit de dire stop quand on se sent mal dans sa vie, quand on veut réfléchir calmement à la direction qu’on veut lui donner ou faut il subir sans ronchonner le quotidien parce que si tu n’as pas d’emploi, tu n’as pas le droit au repos tant que tu n’en as pas trouvé un et si tu as un emploi, tu n’as pas à te plaindre et il faut tout faire pour le garder ?

Sommes nous condamné à nous sentir bloqué dans nos vies ?

Publicités

13 réflexions au sujet de « Le burn-out du demandeur d’emploi »

  1. « et si tu as un emploi, tu n’as pas à te plaindre et il faut tout faire pour le garder ?  »
    Malheureusement c’est un peu ça… On n’ose plus se plaindre de ne pas être bien par peur qu’on nous réponde « de quoi tu te plains ? »
    Parfois j’ai honte de me plaindre de mon boulot, parce que je sais que beaucoup de personnes au profil littéraire comme le mien aimeraient avoir mon job, et puis parce que je sais aussi, pour l’avoir expérimenté lors de nombreux CDD de JDM, qu’il y a bien pire ailleurs, autant en termes de conditions de travail que d’ambiance !
    Mais bon, au bout d’un moment, faut se dire qu’il y aura toujours plus malheureux que soi, dans ce cas plus personne ne doit se plaindre… Mais se plaindre ça fait du bien, ça défoule et puis quand on sature, c’est légitime de se plaindre !

    Et toi, qui es au chômage, tu as tout à fait le droit de te plaindre aussi, d’exprimer ton ras-le-bol ! Ta situation n’est pas forcément enviable, et elle a des conséquences sur ta santé… Donc oui, tu as le droit d’en avoir marre, d’être au bout du rouleau, de vouloir mieux !

    ça peut peut-être sembler paradoxal aux « braves travailleurs moralisateurs de comptoir », mais être au chômage, c’est fatiguant, usant… On est fatigué de ne rien faire d' »utile à la société », d’avoir l’impression d’être une « charge pour les autres », et d’être sans cesse montré du doigt par les politicards comme des vilains petits canards profiteurs… J’ai ressenti tout ça quand j’étais au chômage, et c’est pas simple au quotidien, car en effet, on ose pas trop se plaindre devant les autres, de peur de se prendre des réflexions à la con et des airs outrés…

    1. Il parait que raler est bon pour la santé, alors ralons!

      Perso j’avoue qu’être utile à la société, je m’en tape un peu. Je veux juste vivre mieux, vivre heureuse, me sentir à ma place. J’aimerais simplement pouvoir me dire que ça valait quand même un peu le coup de venir sur terre et qu’il y a des plaisirs plus intenses que les petits bonheurs qu’on se fait de temps à autre. La société je l’e….. bref lol

      J’aimerais me sentir vivante, tout simplement.

  2. Tu as vraiment un talent pour l’écriture, tu arrive vraiment bien à transcrire les sentiments.

    Merci pour ne pas avoir oubliés les gens qui bossent et qui ne sont pas plus heureux que les autres, c’est mon cas. Oui, je trouve que d’ailleurs dans chaque situation qui nous étouffe, on devrait prendre du temps pour soi, du recul, dire stop, mettre les idées au clair pour savoir vraiment ce que l’on veut. Et c’est quelque chose de vital.
    Parfois, on n’est tellement sous pression intérieur ou dans le désarroi que l’on prend les mauvaises ou les décisions que j’appelle  » c’est mieux que rien » mais parfois il vaut mieux rien que de se jeter à corps perdus dans un truc néfaste. Tant que l’on doit rien à personne et que cela peut nous rendre heureux , je dis OUIII!… Mais c’est vrai que dire non, que se plaindre de la situation parait parfois du luxe quand on pense au situation « pire que nous ». Mais je trouve que si l’on est dans un système qui ne nous rend pas heureux, on devrait pas accepter. Cela reste un peu utopique parce que pour diverses raison on ne peut pas se le permettre.

    1. Merci. Je ne sais pas si j’ai un talent pour l’écriture (je n’en ai pas pour écrire correctement en tout cas, c’est bourré de fautes!), j’écris juste ce que je ressens, ce que je pense. C’est parfois plus facile que d’autre de mettre les mots sur les idées.

      Mais je n’ai envie d’oublier personne! Le chômage n’est pas évident mais je sais qu’avoir un emploi peut être néfaste aussi pour le bien être (moral, physique). Le bien-être, le bonheur, le besoin de sens dont j’ai envie pour ma vie, je les souhaite pour tous également. On a tous le droit de se sentir bien dans nos vies, pas juste au boulot, mais en général, globalement, sur tous les plans de ce qui fait notre existence. Mon coté utopiste a envie de crier que dans la société pseudo civilisé où l’on vit, avec tous les progrès accomplis (industriels, scientifiques, sociétaux, …) , on a de quoi tous vivre bien et heureux. Mais ce n’est pas ce que la classe dirigeante à mis au centre de notre société. On en est encore à vouloir produire plus, pour moins cher, pour qu’une poignée se gave sur le dos des autres, … Bref, on pourrait faire un sacré débat là dessus.
      Je voudrais militer pour la joie de vivre pour tous!

      Je n’aime pas les « c’est mieux que rien », je préfère les « on vaut mieux que ça » 😉

  3. Moi qui a enfin retrouvé un CDI après 5 ans de galère, je te comprend complètement . C’est normal d’être à plat après avoir fait x candidatures toujours sans réponse, d’avoir le stress des entretiens de pole emploi pas ou de leur prestataires Activ je m’emploi moi même (qui ne fond rien sauf prendre le pognon de l’état ), de devoir supporter le regard des autres et les pics et conseils à 2 euros qui ne servent à rien sauf à valoriser la personne qui les prodigues ( Quand tu as trouvé plus aucunes questions, même pas pour savoir si tu aimes, car les gens semblent pour certains presque écœurés de ne plus pouvoir ce sentir supérieure à toi.)

    1. Par contre ces mêmes personnes, dès que tu te plains un tant soit peu de ton boulot, sont les 1res à la ramener « ben t’as qu’à faire autre chose », « t’as qu’à suivre une formation pour changer de boulot », ou pire : « ben t’as choisi hein, fallait faire un autre métier ! « …
      Un jour je suis allée sur le site « job de merde » (qui il me semble n’existe plus, dommage), j’étais alors caissière en CDD et j’avais besoin de vider mon sac à cause d’un connard de client qui m’avait gonflée… Bref, j’ai écrit ce que j’avais sur le coeur et là, une personne « bien pensante » a cru utile de me dire « ben c’est bon arrête de te plaindre, t’as choisi ce taf, t’as qu’à faire autre chose si t’es pas heureuse ! » Gné ? C’est 1 job alimentaire et avec bac + 3 se retrouver caissière, on se doute bien que c’est pas franchement un choix, que je demandais alors pas mieux de changer de boulot, d’ailleurs j’étais en recherche active d’une formation mais ça se trouve pas en un claquement de doigts, une formation…
      Bref les gens feraient mieux de se mêler de leurs oignons avant de donner leur avis sur tout !

      1. Ah, les clients ! Je me suis occupé il fut un temps en plus de la vente, du SAV dans un magasin d’électroménager . Alors le client râleur, chiants et de mauvaise foi, je connais . Le type qui a fait tomber son ordinateur ou qui a ouvert le bloc d’alimentation de celui-ci avec un tournevis pour faire levier et qui râle 1h sur toi dans le magasin car la marque a refusé légitimement de réparer son bien. Le vieux qui arrive dans le magasin à 11H58 « juste pour regarder » pendant 30 minutes et la majorité de ta pose déjeuné car il sait que tu peux pas le foutre dehors. La mamie qui va te réclamer plus d’une heure d’explication pour un radio réveil acheté 5E ou pire pour un produit acheté dans un autre magasin … ^^

      2. Le SAV ça doit être bien pénible !
        En tout cas j’espère ne jamais avoir à refaire de la caisse de toute ma vie, le contact avec les clients franchement je pourrais plus…

  4. J’ai vu une enquète qui explique que moins de 50% de employé sont motivés par leur boulot.
    Donc je crois qu’il y en a un paquet qui tergiverse et aimeraient bien changer ….
    Ta situation n’est effectivement pas aisée.
    Je pense que je demanderais tout de suite une formation.
    Sinon tu vas être forcé de prendre un truc qui ne te plait pas et tu vas demander à changer dans 6 mois avec encore plus d’états d’âme. ….

    1. La formation c’est cool sauf que :
      1- c’est pas si facile d’en avoir une (pour avoir déjà fait ce parcours là, je le sais bien)
      2- Faut savoir dans quoi se former (et par ici, il n’y a pas un choix de folie en plus. Donc à par refaire une formation en administratif, voilà, voilà)
      3- quand on sort de formation, on est débutant. les employeurs préfèrent des personnes avec un peu d’expérience en général.

      Je pensais aussi à une époque que la formation était une idée géniale. Puis je me suis formée. J’ai déchanté.

      1. Vu sous cet angle…
        Prends un poste qui t’est proposé aujourd’hui, dans une grosse boîte et de la tu pourras sûrement évoluer

      2. Mais on ne me propose pas de poste Je ne serais pas au chomage sinon. Et y’a pas dr grosses boites ici.

  5. Et une fois en poste alimentaire dans une grosse boîte, tu devras attendre combien de temps qu’on te propose un emploi te correspondant? Un an, deux, trois…? Combien de personnes dans ton cas dans cette même entreprise pour une place qui se libérerait? Perso, ça ne m’est jamais arrivé ce genre d’opportunité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s