Je suis une personne

Je suis une personne, pas un numéro dans les registres de Pole Emploi. Je ne suis pas un code ROME ou ce genre de chose. Je suis moi. Et j’ai mis des mois à le comprendre. Et en quelques offres envoyées en masse, juste parce que ça ressemble plus ou moins à ce que je cherche, mon conseiller PE vient de bousiller le peu de paix intérieure que j’avais trouvé ces derniers temps.

Parce que les secteurs d’activité sont des secteurs où je postuleraient pas de moi même, parce que géographiquement c’est trop éloigné, trop difficile d’accès et que je panique vite en voiture (j’en ai eu la preuve vendredi, les plaques que j’ai sur le visage me le rappellent).

Mais parce que ça correspond à ce que je cherche, ben je peux pas ne pas postuler et bien sur ces trucs dont je ne veux pas ben j’ai des entretiens. Si je vois un truc qui peut me plaire, je n’en ai pas par contre.
Du coup, au lieu de préparer l’entretien lui-même, ben je panique sur le trajet. Je pleure et j’ai des pensées noires.
Je suis la nana qui a mis 6 mois à se décider à aller acheter une guitare (et c’est sans compter les années d’avant où j’avais déjà envie d’aller à cet endroit) mais qui en une nuit doit se préparer à aller dans un lieu qui lui fait tout aussi peur.

Mes problèmes sont dérisoires face à ceux rencontrés par beaucoup de monde. Mais parce que je suis une personne, j’aimerais qu’ils soient compris, acceptés et qu’on en tienne compte. J’aimerais juste pouvoir être moi avec mes défauts, nombreux, et mes quelques qualités cachées quelques part.

Je suis peut-être trop sensible, trop émotive mais c’est comme ça. C’est moi. Mais que c’est dur à faire entendre dans ce monde, dans cette société. Je sur-réagis, je sous-réagis, je réagis mal. Je pleure pour un rien et ne pleure pas quand il le faudrait. Je ne sais pas expliquer ce que je ressens, j’ai envie d’être seule, j’ai envie qu’on me laisse tranquille mais la solitude me pèse. Je veux trouver un emploi mais pas n’importe lequel, n’importe comment.

Je suis une personne, pleine de paradoxes qui ne sait pas ce qu’elle veut et sait ce qu’elle ne veut pas.

Publicités
Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. Je suis humaine !

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  2. Tu existes, et ce autrement que par un numéro sur un fichier du PE.
    Il faut qu’ils arrêtent d’essayer de nous définir par le travail et de nous faire rentrer dans des cases qui ne nous correspondent pas.
    On sait ce qu’on ne veut pas, ce qui est déjà une bonne chose. On ne veut pas qu’on nous foute dans une cage pour ramer toute la journée, rentrer le soir pour dormir et recommencer le lendemain. On veut être nous sans nous laisser bousiller par le travail.
    C’est naïf ce que je vais dire, mais pour que tout ça tourne rond, c’est le travail qui doit s’adapter à nous, et pas le contraire. Evidemment, je sais bien que c’est mission impossible dans la société actuelle.
    Je pense que tout peut se débloquer et aller comme sur des roulettes du moment où on trouve une activité qui nous convient. Je dis bien une activité, pas un travail. C’est quand même fou la place que prend ce foutu travail dans nos vies 😦
    Allez, je te laisse, courage, tu trouveras !
    Bonne soirée 😉

    J'aime

    Réponse
    • Je suis d’accord avec toi, malheureusement, on vit dans une société qui n’est pas faite pour nous (ou nous ne sommes pas fait pour cette société, je ne sis pas dans quel sens il faut le prendre). Le travail prend de la place parce qu’il nous définie socialement et qu’on en a besoin pour avoir de l’argent et donc vivre (ou survivre). Vivre pour quoi si on est mal toute la semaine à cause du boulot et que le week end on est pas vraiment mieux parce qu’on angoisse sur la semaine à venir? Pour pouvoir aller dépenser de l’argent le dimanche dans les magasins? Cette société est folle!

      Bref, c’est la déprime! Avec ou sans travail j’ai l’impression qu’on en est tous au même point! On a du mal à construire une vie qui nous convient.

      Aimé par 1 personne

      Réponse
      • Oh, je connais ce raisonnement. Je l’ai aussi. Subir le boulot toute la semaine, être mal, et se gâcher le week-end à cause de la semaine à venir.
        Du coup, je n’ai pas vraiment de conseils à te donner, j’en cherche aussi. Peut-être faut-il faire un développement de soi-même pour réussir à ne plus percevoir le travail comme un point négatif, comme une corvée. C’est difficile, je ne sais pas comment y parvenir. Le travail ne doit pas prendre le dessus sur le reste de notre vie. Ce qui est totalement impossible dans la société actuelle.

        Aimé par 1 personne

        Réponse
  3. laurence3374

     /  04/04/2017

    pour PE on est rien que des numéros, dont faut à tout prix caser quelque part, hier j’ai bien vu avec ma conseillère que le but de cet entretien, ct juste pour me forcer la main pour cette fichus prestation pfff l’entretien a duré a peine 10 minutes, et elle a discuté que de cela; j’ai eu beau dire que ce m’apporterait rien, que c’est super galère pour m’y rendre ( 3 transports en commun plus d’une heure 30); rien a faire rien voulu entendre j’espère comme c’est noté sur la convocation que je pourrai faire au maxi des contacts via mail/tel etc. mes parents sont super sympa, ils ont proposé de m’y accompagné, mais bon ils vont pas faire le taxi genre tous les 15 jours….. surtout que c’est noté sur la convocation parking payant pfff et c’est méga galère pour se garer ailleurs….

    en plus suivant la personnalité de la personne qui va me suivre à cette prestation; je sens que cela va être « sportif »…. vu que je suis super limité pour les endroits où postuler.

    J'aime

    Réponse
    • parce que quand ils ne savent plus quoi faire (si tant est qu’ils aient vraiment fait quelque chose avant), ils ne savent qu’envoyer en accompagnement bidon.
      Le mien m’avait bien inscrit à l’atelier formation alors que j’ai aucun projet de formation. et de conclure à notre rdv suivant que si, il était sur que ça m’avait été bénéfique! Bien sur ducon, j’ai perdu une après midi de ma vie pour un truc inutile, j’ai failli me faire péter la vessie parce qu’on a pas eu de pause pour pouvoir sortir plus tôt (bonne blague) mais ça m’a été super bénéfique.

      On devrait supprimer Pole emploi, ça ferait des économies.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :