Etats d'âme

Il y a des petites phrases …


…qui font mal. Et ce sont celles qui croisent le plus souvent nos routes. Pas parce que la personne en face voulait volontairement blesser, mais elle ne s’est pas rendue compte de la portée de ses propos. On ne réagit pas tous pareil, du coup c’est vrai qu’on peut dire des choses qui nous paraissent anodines et qui ne le sont pas pour la personne à qui elles sont destinées. On a tous été des deux cotés de la barrière : celui qui blesse, celui qui est blessé.
Il y a aussi ces petites phrases qui font plaisir et qui encouragent même sous une apparence très banale. Et parce qu’elles sont plus rares, il faut les apprécier d’autant plus. Ca peut être un rien, un simple sourire, un regard complice, bienveillant, motivant. Un petit mot qui signifie que la personne en face porte attention à qui vous êtes, ce que vous faites.

C’est une petite phrase comme ça que j’ai eu aujourd’hui. Ca aurait pu être un reproche mais par le ton employé, le regard, le contexte, ça ne l’était pas, j’en suis sure. Ce n’était pas un compliment à proprement parlé non plus, une constatation tout au plus. Mais qui veut dire finalement beaucoup. Je m’emballe sur pas grand chose parce que j’ai envie d’apprécier ces petits rien qui font plaisir.

Je ne sais même plus exactement ce qu’on s’est dit juste avant. La conversation tournait sur le beau temps, les loisirs, l’envie de sortir de chez soi, avec une personne qui d’ailleurs s’intéresse généralement plus à ce que la personne fait de son temps que de ce qu’elle fait comme emploi. Ca change surement pas mal de choses.

Cette personne a simplement dit « Tu change depuis quelques temps ». Ca parait rien mais c’est tellement motivant en fait. Parce que c’était vraiment dit de façon positive. Comme une « reconnaissance » que les petites actions que je tente de mener portent leurs fruits. Modestes mais des fruits quand même. C’est dur d’avoir du recul par rapport à sa propre évolution, de se voir changer (ou pas). A moins d’entreprendre un changement ultra radical, l’évolution est généralement plus progressive, plus difficile à constater parce qu’elle se fait petit à petit au quotidien.

Je crois que j’ai changé oui. C’est encore fragile et tout petit, mais oui, j’ai évolué. Je suis peut être un peu plus sure de moi. Je pars de loin donc il y a encore du boulot, mais ça vient. Du coup, j’ose probablement des choses que je n’aurais pas faite auparavant. Je n’ose pas encore assez, je n’ai pas gravi toutes les marches. Mais il faut un début à tout.

C’est tout petit parce que c’est une évolution sur plusieurs années. Reprendre des études, avoir des diplômes (qui me sont inutiles sur le marché de l’emploi mais qui restent une preuve que je l’ai fait!).
Aller à une activité collective, ce qui n’aurait pas été évident à une époque. Bouger devant les autres sans avoir honte de moi n’aurait paralysé de trouille.
Revenir vers ce qui me faisait vibrer enfant et qui me fait vibrer encore aujourd’hui : la musique. Je manque de culture bien sur, mais voilà, je réécoute de la musique souvent, j’apprend (en tout cas j’essaie) un instrument, j’ai envie d’en apprendre un autre (ne rêvez jamais de ukulélé!).
Conquérir des territoires où j’avais peur d’aller il n’y a pas si longtemps finalement (que de temps perdu, que de peurs injustifiées!).
Lire beaucoup, presque sans limite autre que le temps et ma capacité de lecture.
Tenter de combattre les « oui mais » qui surviennent constamment. Ce n’est, là encore, pas toujours simple mais ça vient. Je les contourne de plus en plus.

Je ne suis pas prête pour certaines choses encore mais j’en ai fait d’autres. J’apprends encore. On apprend toujours. J’espère franchir encore quelques paliers prochainement. Peut-être des plus importants. Peut-être pas. Même les petites batailles sont bonnes à gagner.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Il y a des petites phrases … »

  1. J’ai lu un livre de Patrick Estrade « comment je me suis débarrasser de moi-même » dans ce livre, l’auteur explique que le changement, c’est comme construire une nouvelle maison à côté de l’ancienne, on garde le meilleur de l’ancienne, et dans la nouvelle on prend ce que réellement besoin. Puis un matin, tu te réveilles et tu réalises que tu n’as plus besoin d’aller dans l’ancienne maison. Difficile de construire une nouvelle maison sans une bonne dose de confiance en soi mais l’idée est de ne pas rester figée et entreprendre de nouvelle chose. Facile hein? Non pas du tout, cela peu prendre des années.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s