Statut chomeur

Le plus grand des bonheurs lorsqu’on est au chômage, c’est de recevoir son statut en pleine tête à chaque instant de notre quotidien. Déjà, vous vivez le manque d’emploi et le manque d’argent comme une enclume de plus en plus lourde à supporter, mais en plus les gens aiment tellement se catégoriser en fonction de leur profession que vous ne pouvez pas faire un pas dehors sans que le sujet soit abordé.

Je pense que les collègues galériens comprendront ce dont je parle. Les proches, les moins proches, la boulangère, le banquier, … qui ne peuvent s’empêcher de vous poser la question dès qu’ils vous voient « alors, toujours rien trouvé ? ». Le plus agréable généralement est le ton employé, souvent à la limite de l’accusation, marqué par le fameux « toujours ».

Pour ma part, j’y ai droit très souvent lorsque je vais chez le véto. Avec un ton faussement compatissant, on me demande où j’en suis, si j’ai trouvé quelque chose. En ce moment j’y ai droit chez le dentiste aussi (une chance que je n’y aille pas souvent). L’endroit idéal, c’est chez le coiffeur, si bien que je ne vais plus au salon proche de chez moi, je vais en ville, là où je peux être anonyme.

Hier j’ai innové un peu. Je devais aller chez mon agent d’assurance et j’ai enfin rencontré la nouvelle salariée, qui pour marqué le coup de notre rencontre m’a fait subir le petit interrogatoire usuel : alors niveau boulot, rien de neuf ? Et vous avez essayé ça et ça, et Pole emploi vous propose des formation, et dans ça y’a pas de débouchés avec les nouvelles lois, et là, vous avez essayé avec votre diplôme ?
Non, bien sur, je n’ai rien tenté du tout, pensez vous ! Pole emploi, proposer des formations ? Mais cher travailleur, vous qui avez la chance de passer de poste en poste sans passer par la case Pole Emploi, mettez vous dans la tête que Pole Emploi est plus souvent au abonné absent qu’autre chose. Les démarches, les chômeurs les font seuls, les renseignements, nous les cherchons seuls, et les formations de même.

Dans ces situations, vous vous sentez prise pour une débile profonde qui n’envoie aucun CV, qui ne fait aucune recherche, qui ne se pose jamais aucune question. Au final c’est ce qui est le plus désagréable dans cette obsession qu’on les gens à vouloir nous demander où nous en sommes, ce sont les conseils qui suivent. Des conseils souvent datés, voir obsolètes, des pistes tellement bateau et évidentes que vous les avez exploré dès les premiers jours de votre chômage et tenté mille fois depuis.

J’ai juste envie de dire : lachez-nous la grappe ! On vit le chômage 24h/24, on a parfois des insomnies, on se remet en question au moins une fois par semaine, des projets non aboutis peuplent nos tiroirs (voir sujet A nos projets manqués) et nos pensées. Ca va, on est assez détruit comme ça sans devoir se sentir comme une m**** en pleine rue, au guichet de la banque ou autres endroits publics.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Whi

     /  28/06/2014

    Les gens sont prévenus maintenant dans mon entourage, je réplique. J’en vois certains tous les 36 du mois, c’est la seule chose qui les intéresse. « T’as du boulot? ». Si tu leur annonces avoir peut être trouvé un job à 3000 e par mois (histoire de les faire enrager lol), dans leurs petites têtes ça sera « Elle n’a rien foutu pendant des mois et là elle va avoir un gros salaire!!?? », ben ils ne seront pas contents non plus.

    J'aime

    Réponse
    • Je pense qu’une partie de notre entourage est très content de notre mauvaise fortune, ça les valorise.

      J'aime

      Réponse
      • laurence3374

         /  28/06/2014

        c idem pour moi, même si cela s’est un peu calmé ces der temps! avant au dentiste ct systèmatique, il m’avait même dit pourquoi pas une formation d’assistante dentaire pfff il a bien compris que cela m’intéressait pas, je sais même pas si j’ai les capacités? de toute façon les tafs  » debout » c’est pas pour moi a cause du dos! parfois c’est même une conseillère bancaire qui me connait même pas ! mais qui en discutant avec ma mère lui demande si tjs au chômage? pfff ya même des mères d’anciens copain d’école de mon frère qui demande a ma mère pfff bien sûr en disant mon fils est par pharmacien, a acheter sa pharmarcie! je pense que les gens ont besoin de se valoriser, donc sont limite  » content » de voir que certains galère! j’ai aussi une tante chiante donneuse de leçon qui demandé assez souvent, depuis un certains temps elle s’est calmée! elle demandé et le plus chiant disait tu as qu’a faire ceci cela pfff quand j’étais chez mes parents ct les voisines qui demandaient! une disait les jeunes ne veulent pas bosser ya du taf par ex dans les vignes super lol pfff

        J'aime

        Réponse
  2. Cinderella

     /  28/06/2014

    C’est vrai que c’est gonflant quand t’as l’impression qu’autour de toi tout le monde bosse sauf toi, et que les gens se gênent pas pour te le faire remarquer en se la jouant compatissants du style « ah oui c’est vrai que c’est pas facile en ce moment… » mais avec un ptit regard limite moqueur qui en dit long…
    J’ai du bol : mon entourage est super compréhensif vis-à-vis du chômage, car mes frères ont eux aussi galéré pour trouver du boulot comme moi (d’ailleurs yen a un qui galère toujours entre intérim et intérim…), ma tante aussi, femme seule avec 2 gosses dont un handicapé, sait ce que c’est que galérer à enchaîner les contrats aidés (heureusement que maintenant elle a un boulot fixe). Quant à mes potes, ils sont pour la plupart passés par la case chômage, AFPA, CDD etc eux aussi, donc quand j’étais au chômage on me cassait pas trop les burnes… c’était plutôt les professionnels qui étaient chiants, genre quand tu vas à la CAF ou à la sécu avec un dossier dans lequel t’es obligée de mettre ta situation professionnelle… quand ils voient que tu coches « demandeur d’emploi », là tu peux être sûre que tu vas y avoir droit aux « vous êtes dans quelle branche ? et vous trouvez rien ? vous avez pensé à vous réorienter parce que bon, si vous trouvez pas dans votre branche faut chercher ailleurs… » screugneugneu !

    Et toi ma pauvre Angie, qui habite un ptit coin où tout le monde connaît tout le monde, j’imagine comme ça doit être pénible, chaque fois que tu croises qqun que tu connais, ou que tu vas chez ton commerçant habituel…

    J'aime

    Réponse
  3. Sophie

     /  29/06/2014

    Une des pires remarques que l’on a pu me faire lors d’un repas familial, à Noël précisément : « Et toi, tu bouges ta graisse pour trouver du travail ? » Ben nan, j’attends qu’il sonne à ma porte !!! J’ai ressenti du dégoût dans sa voix.

    Il y a eu la fois aussi où je me suis présentée à un 1er RDV avec une assistance sociale, j’étais déjà assez honteuse comme ça, le regard dirigé vers le sol et là, la bonne femme à l’accueil me demande : « Vous cherchez du travail au moins ? »
    C’est cette façon qu’elle a eu de me prendre de haut, je me suis sentie comme une merde … J’en avais les larmes aux yeux.

    Ce sont de mauvais souvenirs que je préfère oublier.

    A l’heure actuelle je suis en CDD de mai à sept. J’étais tellement ravie de pouvoir enfin travailler et là, je tombe de haut, mon patron me gueule tout le temps dessus, remet mes compétences en cause et m’a même dit qu’il n’avait rien vu de ce que mon CV annonçait, c’est à dire organisée, impliquée etc …
    Autant j’aime ce que je fais, autant j’ai hâte que ce contrat arrive à son terme, il me dévalorise plus qu’autre chose alors que cela aurait du avoir l’effet inverse.

    Je ne suis plus une gamine, j’ai 46 ans, 2 ados à charge, j’ai passé l’âge qu’on me gueule dessus, j’essaie d’évoluer mais j’avoue être perdue dans ce monde de fous !!!

    Bonne chance à tous

    J'aime

    Réponse
  4. Sentiment partagé également!
    J’en viens à envisager de ne plus sortir du tout car j’en ai assez de me justifier auprès de mes « amis » ou bien de déchanter à chaque fois qu’on m’entraîne au resto (sans me prévenir que nous nous rendons dans un truc à 30 euros l’assiette…).

    J'aime

    Réponse
  5. Himalaya

     /  02/08/2014

    Comme je comprends tout ça … Cela fait longtemps que je fais mes courses et sorties genre coiffeur et autre en dehors des horaires de travail pour éviter les questionnements sur ma situation. On a honte de ne pas travailler. Quand on me demande si j’ai trouvé du travail je réponds que j’ai arrêté de chercher, ça coupe court. C’est efficace car on me laisse dorénavant tranquille et je n’ai plus à me justifier.

    J'aime

    Réponse
  6. anais

     /  05/08/2014

    Bon j’avoue ça fais un bon moment que je lis ce blog sans jamais oser mettre un petit commentaire mais là, je ne peux que réagir.
    Combien de fois je me suis retrouvé nez à nez avec une connaissance qui s’est empressé de m’aborder avec un fameux « salut anais! alors tu toujours au chômage?? » OUI MERCI JE VAIS BIEN:! nan mais bordel ils ont que ça à la bouche ? comme si j’avais oublié que je n’avais pas de boulot …
    et la belle mère qui rabâche sans arrêt les merveilleuses expériences de son fils prodige… et la haute Savoie par ci, et la haute Savoie par là, et il était bien payé, 3000 par mois et patati et patata… OUI ON A COMPRIS QU IL EST MERVEILLEUX ET QUE JE SUIS UNE MERDE A COTÉ !
    et tout ça à chaque fois qu’on la voit, c’est systématique.. heureusement que je suis bien éduqué parce que j’en aurais remis certain à leur place depuis un bon moment.
    J’ai de plus en plus de mal à supporter ce harcèlement quotidien, cette pression que nous mettent les autres en permanence .. on dit qu’il n’y a pas que le travail dans la vie, et bien le chômage non plus !

    J'aime

    Réponse
    • Bonsoir Anais, vous faites bien de réagir, il ne faut pas vous en priver! En effet, jamais une petite question concernant notre bien être général, non, direct le chomage. On finit par être enfermé dans ce « role » du chomeur, rôle on ne peut plus inconfortable sur bien des aspect et qui pousse, enfin de mon coté, à se cloitrer chez soi coupant tout lien social bien sympa pour se changer les idées.

      J'aime

      Réponse
      • anais

         /  06/08/2014

        un rôle… c’est exactement ça. On ne représente que ça pour les autres.On est sans emploi et puis c’est tout. Plus rien d’autre ne compte. Comme si on avait un post it collé sur le front avec écris dessus « chômeur depuis x temps ». De mon côté j’ai également tendance à fuir les soirées (en tout cas avec les amis de mon copain) car je sais qu’une fois de plus on va aborder le sujet, on va me prendre la tête alors que moi je compté juste passer une soirée agréable.

        J'aime

        Réponse
  7. La pression de l’entourage est peut-être la pire chose qu’il puisse y avoir lorsque l’on est sans emploi !

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :