Garder un esprit positif

10156069_754565301243261_435171872_nAu vu du contenu habituel de ce blog, le titre de cet article risque de surprendre. Je le comprend tout à fait. Je vous rassure, je ne vais pas me mettre à nier l’état catastrophique du marché de l’emploi, le peu de perspectives qui s’ouvrent à nous, je ne vais pas m’incliner devant les paroles des politiques et autres économistes ni même abandonner une once de la pensée gauchiste qui m’anime. Je vais rester une sale môme et j’assume (presque).

Après quelques semaines (encore plus) difficiles au début de cette fabuleuse année 2014, dû au chômage mais pas uniquement, l’instinct de survie a pris le dessus et m’a guidé vers une évidence : j’en étais au point ultime où soit je changeais d’état d’esprit, soit … vous aurez compris.
Il me fallait donc travailler sur tout ce pessimisme et cette négativité en moi avant que cela ne me tue. Ça paraît stupide et un peu gnangnan, mais je me suis tournée vers la pensée positive, l’acceptation que je suis un être humain qui ne mérite pas plus mais surement pas moins que les autres et surtout qu’il doit bien y avoir quelques qualités planquées quelques part en moi.
Je ne me suis jamais trouvée jolie, ni très dégourdie, encore moins intelligente (oui, j’ai une confiance et un amour de moi assez bas). J’ai souvent l’impression d’être transparente et que quoique je fasse ça ne réussit pas. Il m’est donc assez difficile de stopper ce mécanisme d’auto-flagellation afin de le remplacer par une confiance certaine en l’avenir et une acceptation de la personne que je suis.

Le parcours est difficile et je suis loin d’avoir gagné la partie. Le chômage est bien sur un obstacle de taille quand tout dans la société tend à vous faire comprendre que sans emploi vous n’êtes pas grand chose. Et étant bénéficiaire d’un minima social, ça en remet une couche.
Et pourtant, ne pas avoir d’emploi ne fait pas de nous des personnes de seconde zone. Nous avons tous nos défauts, nos faiblesses, nos peurs et nos failles mais aussi nos qualités, nos points forts, des compétences professionnelles mais aussi (surtout) humaines. Mais pressé de toute part et surtout financièrement de trouver un emploi, nous n’avons ni le temps ni l’objectif de mettre à profit ce que nous sommes d’une autre manière, ce qui demanderait il est vrai de réinventer toute l’organisation de la société.

Je suis la première coupable et je le paie par une vie vide de sens et un gros travail à faire sur moi-même pour retrouver un peu d’estime pour ma personne. Depuis plusieurs semaines, je lis donc des articles sur le développement personnel, j’apprends à me défaire de mes croyances limitantes, je tente de croire de nouveau en mes rêves, … J’essaie de m’initier à la méditation et j’écoute des musiques apaisantes. Mais surtout, j’essaie de faire le tri en moi, de redéfinir ce que je veux et ce que je ne veux pas. Seule c’est un chemin difficile mais il est nécessaire.
Ce qu'ils veulent

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :