Chomage et formation

L’une des fabuleuses solutions miracles que l’on nous ressort régulièrement quand on est au chômage est la formation (mais après, bien après, le déménagement). Parce que c’est bien évident, à l’heure où les employeurs n’hésitent pas à exiger quelques mois (voire quelques années) d’expérience, se former à un nouveau métier et (re)devenir débutant va résoudre tous nos soucis d’accès à l’emploi.

Bref, le souci ne se situe pas vraiment ici parce qu’à défaut de conduire à nouveau vers l’emploi, une éventuelle formation permet de sortir quelques mois de la spirale du chômage et ça, c’est toujours bon à prendre.
Avoir un but en se levant le matin, apprendre ou réapprendre des choses utiles, élargir ses compétences, rencontrer de nouvelles personnes et travailler pour atteindre un objectif sur le long terme.

Le plus gros obstacle montre le bout de son nez lorsqu’il s’agit de trouver la formation, d’obtenir une prescription de Pole Emploi (bien souvent indispensable pour une prise en charge de la formation) et d’avoir une moyen de subsistance pendant la formation (oui, malheureusement, un chômeur en formation à encore besoin de se nourrir, de se loger, de se déplacer, bref de vivre quoi).

Je me souviens de la difficulté que j’ai eu pour accéder à une formation professionnalisante il y a quelques années. Je n’avais à l’époque aucune qualification, aucun diplôme. J’aurais pensé être totalement prioritaire pour ce genre de démarche mais pas du tout. J’ai été trimballé d’accompagnement en accompagnement dont le but était de définir un projet professionnel mais pas de trouver une formation. C’est sympa 5 minutes ce genre d’accompagnement mais montre une limite de taille : on est relâché dans la nature avant une éventuelle entrée en formation. Ca devrait être un des buts pourtant, si le prestataire avait cet objectif inscrit clairement comme condition de sa rémunération, à mon avis, ça pourrait faire bouger les choses.

Bref, deux diplômes plus tard, me voilà encore et éternellement au chômage. Et vous allez rire mais mon projet le plus long sera surement une formation, à nouveau. Sauf que là, entre le moment où l’envie m’a prise et le moment où j’ai eu la prescription de Pole emploi, il ne se sera écoulé que quelques semaines. Et encore quelques semaines pour rencontrer la personne en charge de la formation.

Je suis donc très contente, j’ai un projet et ça c’est cool (même si j’aurais préféré un taf). Mais je n’aurais pas déjà eu de diplôme, je sais que je n’aurais pas pu obtenir cette formation. Cela me met légèrement en rogne donc parce que les personnes prioritaires devraient être celles sans formations, sans diplômes. J’aurais aimé avoir cet « avantage » lorsque j’étais dans cette situation moi même.

Je crois qu’on va devoir réfléchir encore quelques temps avant de trouver une solution contre le chômage (et non contre les chômeurs, nuance). Mais existe il au moins une solution ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s