Ma vie de chomeuse

Dans une impasse, encore

Nous sommes le 30 septembre 2012. Il y a un an et trois mois, je faisais ma réinscription à Pole emploi suite à un BTS service en espace rural. J’étais pleine d’espoir, enfin diplômée, j’allais trouver un emploi. J’avais confiance, en moi et en l’avenir, j’avais redonné une impulsion positive à mes démarches en reprenant mes études. Je savais que ce ne serait pas évident, un BTS SER ce n’est pas le diplôme le plus recherché sur le marché de l’emploi mais j’avais foi en la polyvalence de mes compétences et j’étais prête à me donner à fond pour prouver de quoi je suis capable. Et qui sait, si j’avais la possibilité de mettre de l’argent de coté, je pourrais me programmer une licence pro dans les années à venir.

J’avais envie de participer au développement de mon département, de bosser aux services des gens, d’améliorer les choses. J’étais trop prétentieuse en fait. Le premier coup dur fut que le seul job que je décrochais était un emploi que j’aurais pu occuper avec mon seul brevet des collèges. De la poussière, des araignées, des allergies. Faire ce que les autres ne veulent pas faire. Encore. Aucune valorisation de mon diplôme, aucune valorisation de mon profil. Emploi dans la digne lignée de ce que j’avais fait avant, dans ma vie de sans diplôme.

Sans expérience et sans diplôme connu, j’ai vu les offres défiler, les réponses négatives (quand il y en avait) s’accumuler et le désespoir me gagner. Beaucoup de contrats aidés dans mon domaine, mais je ne suis pas éligible. 6 mois sans aucun entretien d’embauche ! 6 mois qui me ramène à un gros manque de confiance en moi et mes capacités et qui finissent d’obscurcir ma vision de l’avenir. Je serais encore longtemps l’éternelle Tanguy qui vit chez maman et qui n’a pas de job (et qui par la même occasion à une vie sociale inexistante).

Juin 2012, enfin éligible aux contrats aidés, je constate qu’il y en a –bien sur- beaucoup moins. Je décroche quand même mon premier entretien d’embauche de l’année sur ce type de contrat, pour un poste d’agent d’accueil touristique. Un petit espoir s’éveille en moi car même si ce n’est pas mon envie première, ça reste quand même dans la lignée de mon diplôme. Il m’aura donc fallu un an pour obtenir un entretien dans mon domaine d’activité mais je ne suis pas retenue pour le poste. J’aurais un autre entretien durant l’été pour un poste qui relève plus de l’éduc spé et un autre pour un job précaire de 3 semaines. Rien de concluant donc.

Le coup le plus fatal ne vient pourtant pas de ce manque d’entretien. Parce que j’aurais du en avoir un autre qui a été annulé. J’aurais pu avoir une chance de retourner dans mon association de stage mais les lourdeurs administratives en ont décidé autrement. Le coup de l’entretien (pour un contrat aidé) annulé pour cause de refus de financement du conseil général (le bonheur d’être au RSA, dépendre du CG !) signe la fin de ma motivation. Je suis à bout, je tourne en rond, je ne sais plus quoi faire pour m’en sortir.

Et nous sommes au bas mot 5 millions dans cette situation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s