EEV

Les états d’esprit du vendredi – Acte 17

Semaine stressante mais semaine qui finit avec les EEV, créés par Zenopia et The Postman.

Vendredi 20 juillet 2018,11h06

fatigue : ca va
humeur : bof
estomac : petit dej
cond. phys. : bof
esprit : inquiet, tourmenté, angoissé, …
boulot : C’était déjà stressant d’avoir un entretien le 25, apprendre qu’ils font ça sur 1H et donc 2 entretiens de 30 min chacun, c’est pire que tout.
culture : pas encore finit Du domaine des murmures
penser à : préparer les rdv du 25
avis perso : les surprises ça peut être sympa, ou terriblement inquiétant.
loulou : a chaud
msg pers 1: Je ne sais pas ce que tu prépares mais ça m’angoisse. Pourquoi tant de mystère?
msg pers 2: prenez soin de mon pauvre ordi 😦
amitié : –
love : un jour peut-être
sorties : dimanche
essentiel : apprendre à gérer stress et angoisse.
courses : rien
envie de : d’aimer, être aimer, de douceur, de sérénité
Musique :
Je vais épargner à mon pauvre Macbook d’aller sur Youtube
Photo :

Fin : 11h14

Inclassable

Quand tout va bien

Chaque jour son lot de petit malheur. Soucis informatique aujourd’hui. Ou comment regretter de ne pas avoir sorti les 600€ de plus qu’il fallait pour avoir un Macbook. Bref, mon Asus acheté en novembre me fait écran bleu sur écran bleu (c’est beau Windows) et suite a un petit appel au SAV il va faire un petit tour à leur atelier. C’est cool.

Je suis donc joie encore aujourd’hui. Et pour vous écrire ben, j’ai ressorti mon joli Macbook blanc tout lent. Mais fiable jusque là (me lâche mon poussin).

Je vais tenter de continuer mon cours sur Open Class Room mais pas sur qu’il soit d’accord.

Dans mon malheur, j’ai eu la grande idée de faire une sauvegarde de mes données sur mon DD externe ce matin quand l’espèce de truc qu’on appelle ordinateur me laissait encore accéder à Windows. Donc normalement, je n’ai rien perdu. Normalement.

J’avais prévu un autre article pour aujourd’hui mais je n’ai pas eu le temps de le retravailler. Il attendra un petit peu.

Je vais me remettre à jouer au Loto je crois, en priant de pouvoir me racheter un Macbook très très vite. Je pense avec nostalgie aux neuf années que mon petit chou m’a offert sans emmerde, sans galère.

Bref, je viens de finir la procédure de retour pour le Asus. J’attends le numéro d’accord de retour bla bla et tout. Et je prie pour qu’ils trouvent vite la panne que je retrouve mon investissement foireux à 600€. Parce que j’adore mon Mac mais il est lent quand même mon pépère.

Ma vie de chomeuse

Recherche de taf, alternance et changement de vie

Comme vous l’avez compris, j’ai décidé de postuler très sérieusement loin de chez moi. J’avais défini un périmètre pas trop éloigné mais qui incluait quelques grosses villes, normalement plus porteuses d’emploi. Une s’est démarquée et je me suis donc concentrée dessus, et on va dire que niveau perso, ça m’arrange bien aussi.

J’ai commencé par répondre à des offres d’emplois normaux (CCD, CDI), faire des candidatures spontanées pour le même type de contrats, du basique quoi.
Puis sur Pole Emploi, j’ai vu une offre de la CCI pour un contrat en alternance d’un an. Pas forcément que refaire une formation était dans mes priorités mais pourquoi pas. Un contrat de professionnalisation, c’est du taf aussi après tout, il y a juste la partie formation en plus. Un peu plus de boulot mais pourquoi pas. Se remettre au goût du jour niveau connaissances, approfondir, élargir les compétences, ça peut être une bonne option.
Être acceptée en centre de formation, ce n’est pas très difficile. A mon avis il faut être très très mauvais en entretien pour foirer. Le plus dur, c’est de trouver une entreprise. Surtout quand vous avez 37 ans et que vous serez payé 100% du SMIC alors qu’il y a tant de petit(e)s jeunes qui cherchent et seront payés un pourcentage du SMIC. L’avantage de la formation de la CCI, c’est qu’il y a finalement peu de jours en centre de formation par mois. C’est un point que je tente de mettre en avant.
Les centres de formation ont normalement des entreprises partenaires. J’ai été « recruté » par la CCI suite à ma réponse à une offre d’emploi qu’ils ont passé pour un de leur partenaire d’ailleurs. Bon, j’ai pas eu de nouvelles hein. Mais ça n’exonère pas de faire des démarches soi-même pour trouver une entreprise, le centre de formation ne fait pas le boulot à notre place. J’en ai fait pas mal. Des retours négatifs, beaucoup de non retours pour le moment. J’ai tenté de relancer mais bon, pour s’entendre dire qu’il faut x semaines pour traiter une candidature, au bout d’un moment, on abandonne.

Mercredi dernier, je suis allée à la réunion « pédagogique » d’un autre centre de formation, suite à une de leur offre pour une de leurs entreprises partenaire aussi. Une perte de temps. La réunion n’a de pédagogique que le nom, le directeur de centre passe son temps à débiner les autres centres de formation. Au final, j’ai très peu saisi en quoi son centre est mieux qu’un autre, ce qu’il va apporter de plus. Je préfère, à tort peut-être, « bosser » avec le centre de formation de la CCI qui me semble plus connu qu’un centre de formation qui va peut-être disparaître aussi vite qu’il est apparu.
En plus, ce charmant monsieur nous a fait comprendre, aux trois personnes de plus de 30 ans de la salle, qu’il ne présenterait pas nos candidatures à ses partenaires parce qu’ils voulaient tous des personnes de moins de 26 ans et encore, même au delà de 21 ans c’est compliqué. Ben autant vous dire que je suis heureuse que mon après-midi fut réussi parce que ma matinée fut une perte de temps absolu. J’ai juste fait 150 km, c’est rien.
Faisant déjà des démarches pour la formation de la CCI, je ne vais pas en faire de nouveau pour un second centre, c’est idiot.

Hier j’ai eu un contact suite à une candidature que j’ai envoyé. Un poste orienté très commercial. En fait, la personne recherche pour un CDI mais était prête à prendre en contrat de professionnalisation. Quand je me suis souvenue de son offre d’emploi (vu sur Le bon coin), je me suis demandée ce qui se passait pour qu’elle n’ai pas de candidatures à la pelle pour un CDI à temps plein en administratif.
Au téléphone, tout ce qu’elle savait dire, c’est qu’elle voulait quelqu’un de dynamique. Franchement, elle m’a saoulé, je ne l’ai pas aimé. Je ne crois pas lui avoir beaucoup plu non plus. Je ne suis pas dynamique, encore moins au début d’un nouveau taf, quand on découvre une entreprise, de nouvelles taches et tout.
Je ne vais pas donner suite, j’ai vu des avis assez mitigés sur l’entreprise. L’ambiance semble un peu particulière. C’est peut-être ma seule opportunité que je laisse passer, on verra.

Option 1, trouver un taf, en cdd, en cdi. Mais mini 6 mois temps plein. Option 2, l’alternance, qui reste au final un cdd de 12 mois. Option 3, le projet fou. La formation de développeur informatique. Je n’y connais rien du tout, que dalle. Je ne pensais pas survivre aux tests et à l’entretien du 29 juin. Et j’ai pourtant eu la surprise de recevoir un mail m’indiquant que si. J’aurais du faire parti de la session de recrutement du 12 juillet, mais j’ai eu l’appel lorsque j’ai emmené ma mère à un de ses rdv, je n’ai pas pu rappeler assez rapidement. J’espère donc avoir ma place le 25 parce que ça me ferait chier de louper cette opportunité. C’est peut-être totalement idiot, je vais peut-être me planter. Mais je disais depuis quelques temps que faire autre chose que de l’administratif me tentait (vu que c’est bouché) et ça c’est une piste. Une piste qui me plaît plus que d’être aide à domicile ou aide soignante, ou je ne sais quoi. Le fait que ce soit complètement fou est motivant. Apprendre quelque chose de nouveau est motivant. Donc on verra, déjà, avoir une place pour les entretiens du 25 juillet.

J’angoisse pas mal parce que si la recherche de taf aboutie, il faudra que je me lance à la recherche d’un appart et ce ne sera pas une partie de plaisir non plus. Dans l’idéal je voudrais avoir ma chienne avec moi, je ne sais pas si elle se fera à la vie en appart. J’aurais beaucoup de mal à vivre sans elle. Bref, l’étape taf d’abord. Plus vite je trouve, plus vite je peux chercher un logement. Changer de vie. Pour le meilleur j’espère.

Inclassable

Profiter sans anticiper, oui mais …

Je m’efforce de ne rien attendre, de ne rien espérer. Mais ce n’est pas humain d’être dans cette attitude alors au fond, ben j’espère. J’espère qu’il ressent un petit quelque chose pour moi, j’espère qu’on se dirige peu à peu vers un peu plus que du sexfriend, j’espère qu’il pense un peu à moi durant sa journée. J’espère des tas de choses au final. C’est mal je le sais, je sais que je ne devrais pas. Je profite de chaque moment qu’on passe ensemble, de son sourire, de sa douceur.

Mercredi, on a fait un truc fou (non, je ne satisferais la curiosité de personne). Quelque chose qu’on voulait faire tous les deux (pas forcément ensemble mais dans nos listes perso de choses à faire un jour, c’était en commun. Comme d’autres choses en fait), je ne pensais pas qu’on le ferait si vite mais, en ce moment, il est dans sa phase « c’est une surprise ». Donc on s’est retrouvé mercredi, je l’ai questionné sur ce qui était tombé à l’eau sans rien lui soutirer comme info (grrrr). Et très franchement, j’aurais parié pour que cette surprise ce soit ce qu’on a finalement fait. Parce que c’était assez … enfin un truc dingue que je n’aurais jamais pu faire il y a quelques mois (oui, oui, comme beaucoup de choses en fait).
Donc j’ai arrêté de le questionner sur la surprise de la semaine prochaine et j’ai savouré celle de mercredi. Quand on est arrivé à destination, je me suis dit qu’il était fou. Et je me suis surtout demandée quelle est cette autre chose, si c’est plus « fou » que ça ou si c’est plus « simple » ou … bref.

J’ai savouré, mercredi, chaque baiser, chaque caresse, qu’il me serre fort dans ses bras, qu’il soit protecteur, attentif, qu’il me prenne la main, tendrement. Qu’il me demande si j’avais des nouvelles de la candidature que j’avais envoyé (non, c’est trop tôt mon petit chat), qu’il soit taquin, secret, content de lui et de ses surprises (grrr).
J’ai savouré chaque petit geste, tentant de ne rien y voir de plus que de l’amitié, de la bienveillance, une complicité certes mais rien de plus.
J’ai savouré de le toucher, de me blottir contre lui, d’écouter le son de sa voix, si douce, si ferme aussi.

Et moi je succombe chaque fois un peu plus. J’aime ce que l’on fait ensemble, pas que le sexe même si on ne va pas se mentir, c’est quand même vachement bon ! J’aime ce moment où on va en terrasse boire un dernier verre avant que je parte. Ce mercredi c’était encore mieux. Même si je ne dois rien y voir, je sais, mais ce moment où il a pris ma main, voilà. Ce n’était pas la première fois, nos mains se cherchent souvent, se trouvent aussi souvent. Mais je ne sais pas. Ce mercredi ça m’a encore plus touché.

Je m’inquiète pour l’avenir. Si je n’ai pas de job, que je ne déménage pas, l’hiver ça risque d’être compliqué de se voir. Je n’ai pas envie que ça cesse, j’ai envie de le voir, j’ai envie … de lui. J’oublie le monde quand je suis avec lui, j’oublie ce qui se passe autour. Totalement. Je me sens bien. Quand je suis avec lui c’est un des rares moments où je trouve le bouton pause de mon cerveau. Je me fous de tout, je ne me soucis que de lui.

Je voudrais que ce soit réciproque, je voudrais que quelque chose de plus fort se tisse entre nous, je voudrais … tellement de chose. Je voudrais simplement ma chance en amour.

EEV

Les états d’esprit du vendredi – Acte 16

Journée ensoleillée et le jour des EEV créés par Zenopia et The Postman.

Vendredi 13 juillet 2018, 10h41

fatigue : ca va
humeur : ca va aussi
estomac : petit dej
cond. phys. : joker
esprit : se questionne, toujours. Tout en restant un peu perdu dans la journée de mercredi.
boulot : j’attends avec angoisse un appel pour savoir si je vais avoir ma place pour le recrutement du 25.
Un contact un peu bizarre ce matin pour l’alternance en administratif (enfin un contact vous me direz). Dois je me jeter dessus ou espérer avoir une autre occasion plus engageante?
culture : fini No et moi, et Marie et le Kapitan. Débuté Du domaine des murmures de Carole Martinez (ce qu’elle est poétique). Commencé un cours sur le HTML et le CSS. Faut bien débuter par quelque chose.
penser à : profiter sans anticiper
avis perso : jeux de mains, jeux de vilains hi hi
loulou : toujours besoin d’une douche
msg pers : reculer pour mieux sauter, ok, mais sauter où?
amitié : –
love : un jour peut-être. Tendresse et expérimentation en attendant.
sorties : La semaine prochaine, il parait que c’est pas négociable.
essentiel : vivre, profiter sans anticiper
courses : rien.
envie de : lui (même mes rêves s’y mettent, je ne peux plus lutter)
Musique :

Photo :

Fin :

Coté coeur

Quand il n’y a plus de mots …

Ou ceux que l’on n’ose pas dire, que l’on retient, que l’on cache. Quand tout ce que l’on veut exprimer passe par un geste, un regard, un baiser. Quand tout ce dont on aurait besoin, c’est une présence. Sa présence.

Quand les choses ne se transmettent plus par un sms, par un message, par des mots, parce qu’il n’y a pas de mots. Il y a l’instant, le moment précieux partagé. Quand ce sont les mains qui s’expriment par des caresses Quand ce sont les corps, mon corps en tout cas, qui ont envie de s’exprimer.

Quand une simple présence fait oublier le monde autour, quand plus rien ne compte, même pas ce que les gens pourraient penser. Peu importe. Oublier la pudeur, ou presque. La seule chose qui existe est l’espace autour de nous. Comme une bulle.

Attendre la fois d’après, c’est un peu plus dur à chaque fois. Finalement, je l’admet, la distance est difficile à gérer. Quand on a envie de s’exprimer autrement que par des mots.

EEV

Les états d’esprit du vendredi – acte 15 (ou quelque chose comme ça)

Le soleil se cache, pas le temps de s’habituer à la chaleur. Mais on s’habitue aux EEV créés par Zenopia et The Postman.

Vendredi 6 juillet 2018, 13h42

fatigue : un peu, période d’insomnie
humeur : moyenne
estomac : un sandwich
cond. phys. : …
esprit : se questionne
boulot : ai réussi la première étape (donc l’entretien de vendredi dernier), le prochain le 25 normalement, si il me reste une place. Vu que pour le 12, j’ai rappelé trop tard.
culture : toujours dans No et moi.
penser à : ne plus me poser de questions con, ne plus douter
avis perso : Lyon, c’est loin. Son pote pouvait pas habiter plus près!?
loulou : a besoin d’une douche
msg pers : vendredi dernier me parait bien loin.
amitié : –
love : un jour peut-être
sorties : normalement dimanche mais vu la merdasse que ça a l’air d’être l’organisation de la sortie avec OVS, vais peut être rester chez moi.
essentiel : ne plus se poser de questions.
courses : Shampooing, pull
envie de : câlins, beaucoup de câlins, de ses bras, d’aimer et d’être aimer.
Musique : Pourquoi c’est cette chanson qui m’est venu lorsqu’il m’a demandé de lui chanter un truc? Le message caché a-t-il atteint sa cible?

Photo :

Fin : 13h54